arabic version ilboursa
bourse tunis

L’Etat rembourse 500 millions de dollars en empruntant la veille 1,4 milliard de dinars sur le marché local

Le ministère de l'Économie, des Finances et de l'Appui à l'investissement a publié, le 23 juillet 2021, un communiqué sur sa page Facebook, annonçant le remboursement de l'emprunt obligataire de 506 millions de dollars (500 millions de dollars en principal et 6 millions de dollars en intérêts), soit l'équivalent de 1.412,6 millions de dinars.

Pour rappel, ledit emprunt a été mobilisé sur le marché financier international le 24 juillet 2014 après que l'administration américaine a accordé sa garantie à la Tunisie dans le cadre de l'accord de garantie conclu entre la Tunisie et les États-Unis le 3 juin 2014. Cet emprunt a été émis au taux d'intérêts de 2,452% pour une durée de 7 ans à rembourser in fine.

La Tunisie a pu honorer ce remboursement (en dollars), grâce à la levée sur le marché local de 1.400 millions de dinars dans le cadre de l'adjudication du 19 juillet 2021 avec date dénouement le 22 juillet 2021, soit juste un jour avant le remboursement du crédit susmentionné. En effet, le trésor a émis en date valeur du 22 juillet 2021 des BTC de maturité 90 jours pour un montant de 1,4 milliards de dinars au taux de 6,52%.

Rappelons que, début août 2021, la Tunisie doit rembourser un second emprunt obligataire de 500 millions de dollars garanti également par le gouvernement américain.

Le remboursement de la dette extérieure avec une dette intérieure plus chère en intérêts, confirme les propos de l'agence américaine Fitch Rating lors de sa dernière dégradation de la note souveraine de la Tunisie le 8 juillet 2021 de " B " à " B- ". En effet Fitch a révélé que les autorités tunisiennes s'appuient de plus en plus sur le financement intérieur, car la Tunisie peine à reconduire ses échéances extérieures. L'agence a aussi rappelé que la Tunisie a eu recours l'année dernière au financement monétaire direct de la Banque Centrale, malgré les objections de cette dernière.

Fitch avait souligné que l'accès prévu aux marchés internationaux serait compliqué en l'absence d'un programme avec le FMI. Une nouvelle garantie américaine pour les émissions internationales est en cours de discussion, mais selon Fitch, il est peu probable qu'elle se concrétise avant le quatrième trimestre 2021 et elle pourrait être liée à la réussite des négociations avec le FMI.

Rappelons que le FMI a estimé, en février dernier, que la dette de la Tunisie deviendrait insoutenable à moins qu'un programme de réforme solide et crédible ne soit adopté avec un large soutien.

Selon l'agence Fitch, l'incapacité à trouver un accord avec le FMI et à accéder aux marchés financiers internationaux, qui se traduirait par une forte dépendance continue à l'égard du financement national, exercerait une pression sur le remboursement de la dette externe estimée à 4% du PIB par an en moyenne sur la période 2021-2023.

De toute les manières, et à notre avis, l'État ne peut indéfiniment rembourser ses engagements en devises en empruntant des dinars, à moins d'augmenter significativement ses réserves en devises, ce qui est peu plausible.

Rappelons également, que l'agence de notation Fitch a estimé le 8 juillet dernier, que dans un scénario de non-réforme, " la Tunisie pourrait finalement être considérée comme nécessitant un traitement par le club de paris avant d'être éligible à un financement supplémentaire du FMI, avec des implications pour les créanciers du secteur privé.

Moez Hadidane

Publié le 25/07/2021 21:23:46

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.