ilboursa arabic version ilboursa

Le FMI prévoit une croissance de 2,9% de l'économie algérienne en 2022

ISIN : DZ0000000000 - Ticker : DZIDX.dz
La bourse d'Alger est fermée

L'économie algérienne devrait progresser de 2,9% en 2022, selon le Fonds Monétaire International (FMI). Au terme d'une mission du prêteur multilatéral qui a visité Alger pour les consultations de 2022, il a été confirmé que les pertes de production engendrées par la crise sanitaire sont en grande partie résorbées.

Néanmoins, le FMI avertit que des séquelles durables sur le marché du travail et la croissance à moyen terme planent encore sur la conjoncture algérienne. Sans tenir compte des recettes des hydrocarbures, la richesse créée par l'Algérie se renforcerait de 3,2% cette année, contre une amélioration de 2,1% en 2021.

Le FMI considère que la Banque centrale d'Algérie a pris des mesures pour contrôler les pressions inflationnistes. Cependant, " la politique monétaire est restée accommodante ". Il devient ainsi nécessaire de mener un resserrement de la politique monétaire pour maîtriser l'inflation.

La hausse générale des prix s'est établie autour de 9,4% au cours des derniers mois, son niveau le plus élevé sur 25 ans alors que l'inflation sous-jacente, qui exclut l'évolution des prix de l'énergie et de l'alimentation, reste également en hausse.

Par ailleurs, le FMI salue l'engagement du gouvernement à ne pas recourir au financement monétaire et de ne pas faire tourner la planche à billets. En 2023, l'inflation devrait ralentir mais rester au-dessus de 8% en moyenne sur fond d'assouplissement de la politique budgétaire.

Le FMI exhorte à l'Algérie de poursuivre la conduite de réformes structurelles qui faciliterait la transition d'une économie centrée sur les rentes pétrolière et gazière " à un modèle de croissance plus stable et diversifié qui encouragerait la création d'emplois ".

La mission du FMI estime, en outre, que la dépendance à l'égard des recettes tirées des hydrocarbures et l'augmentation considérables des dépenses prévues en 2023 sont " sources de risques importants pour les perspectives des finances publiques dans un contexte de forte volatilité des prix des matières premières et d'incertitudes mondiale exceptionnelle ".

Mariem Ben Yahia

Publié le 22/11/22 10:00

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

DytrRyy3aTrHDWp_vjO5FvIzfDE5AtYgzidlLJywRCM False