bourse tunis

Maroc : Les exportations de phosphates et dérivés s'élèvent à 5,4 milliards de dollars en 2018

ISIN : MA0000000050 - Ticker : MASI.ma
La bourse de Casablanca ouvre dans 57h40min

Alors que le secteur des phosphates en Tunisie peine à sortir de sa crise qu'il connaît depuis 2011, le Maroc en a pleinement profité pour voir ses exportations de phosphates et dérivés atteindre les 5,4 milliards de dollars en 2018. 

Les chiffres parlent d'eux même : en 2018, les exportations marocaines de phosphate brut s'élèvent à 11,2 millions de tonnes, contre 11 millions de tonnes une année auparavant, en légère hausse de 2%, selon les données publiées par l'Office des Changes sur les indicateurs des échanges extérieurs du Maroc en 2018.

En valeur, les exportations de phosphate brut du royaume sont estimées à 8,26 milliards de dirhams, soit la contre-valeur de 865 millions de dollars.

Quant aux produits dérivés du phosphate, les exportations des engrais naturels et chimiques ont atteint l'année dernière 29,8 milliards de dirhams (3,1 milliards de dollars), celles de l'acide phosphorique se sont élevées à 13,7 milliards de dirhams (1,4 milliard de dollars).

Toujours selon l'Office des changes, les exportations du Maroc de phosphate et dérivés ont enregistré, au titre des cinq dernières années, un taux d'accroissement annuel moyen de 7,8%, passant de 38,3 milliards de dirhams en 2014 à 51,7 milliards (5,4 milliards de dollars) en 2018.

A titre comparatif, la Tunisie a exporté l'année écoulée 800 tonnes de phosphate brut pour 300 mille dinars (100 mille dollars) et 551 mille tonnes d'acide phosphorique pour 467,4 millions de dinars (155 millions de dollars).

Au total, les exportations tunisiennes de phosphates et dérivés se sont élevées l'année dernière à 1 milliard de dinars, soit la contre-valeur de 330 millions de dollars.

Vaste programme d'investissement depuis 2011

Au lendemain de la révolution tunisienne, le groupe Office Chérifien des Phosphates (OCP), qui détient le monopole de l'exploitation des phosphates au Maroc, a lancé un vaste programme d'investissement, dont le financement a été en grande partie assuré par l'émission d'un emprunt obligataire.

Ainsi, en septembre 2011, le groupe a, pour la première fois de son histoire, fait appel au marché de la dette privée et émis un emprunt obligataire de 2 milliards de dirhams (177,8 millions d'euros) d'une maturité de sept ans, dont le montant a été sursouscrit presque sept fois.

Par ailleurs, un projet d'investissement de 98 milliards de dirhams (8,7 milliards d'euros) a été mis en place sur la période 2010-2020. L'essentiel des investissements, soit 4 milliards d'euros), est consacré aux installations chimiques, notamment aux infrastructures de transformation des phosphates permettant à la production d'être transportée par minéroduc, ainsi qu'à la construction de quatre usines d'acide phosphorique et d'engrais DAP et de deux unités de granulation.

L'OCP qui a réalisé en 2017 un bénéfice net part du groupe de 4,6 milliards de dirhams (480 millions de dollars) pour un chiffre d'affaires consolidé de 48,5 milliards de dirhams (5 milliards de dollars), a annoncé en janvier dernier l'ouverture de deux nouvelles filiales. La première a été créée en partenariat avec la société espagnole Fertinagro Biotech et sera spécialisée dans la fabrication et la commercialisation d'engrais à forte valeur ajoutée, tandis que la deuxième aura pour objectif de renforcer la présence du groupe marocain en Asie et sur les marchés de l'Océan Pacifique. 

Omar El Oudi

Publié le 28/02/2019 09:39:54

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.