bourse tunis

Industrie Automobile : Les japonais Yazaki et Sumitomo investissent 100 millions de dollars au Maroc

Les équipementiers japonais spécialisés dans le câblage électrique, Yazaki et Sumitomo, ont conclu, le 12 janvier, deux protocoles d'accord avec le ministère marocain de l'Industrie, du Commerce et de l'Économie verte et numérique pour la création de quatre unités industrielles œuvrant dans le secteur automobile. Le montant global de l'investissement est de 912 millions de dirhams, soit 102 millions de dollars, pour 8.300 emplois générés.

L'enveloppe accordée par Yazaki est de 462 millions de dirhams, équivalant à 52 millions de dollars. Les fonds seront orientés vers l'extension de ses activités au Maroc par la création de trois nouvelles usines à Tanger, Kénitra et Meknès. A terme, les nouvelles structures créeraient 6.300 emplois.

Pour sa part, Sumitomo érigea sa cinquième usine à Casablanca afin de répondre aux demandes de ses clients, qui sont Fiat Chrysler Automobiles (FCA) et CNH Global, filiale de Fiat Industrial. L'investissement convenu est de 450 millions de dirhams, soit 50 millions de dollars. La nouvelle unité industrielle permettrait la création de 2.000 emplois.

Les deux groupes japonais font état d'une forte présence au Maroc depuis le début des années 2000. L'équipementier Sumimoto s'est implanté depuis 2001 au royaume chérifien à travers trois filiales (Sews MFZ, SEBN et Sews Cabind). Il s'agit du premier employeur du Maroc à travers 25.000 postes d'emplois créés. Quant à Yazaki, il s'est installé au Maroc en 2000 et emploie près de 13.000 personnes. Son chiffre d'affaires atteint les 5 milliards de dirhams, soit 560 millions de dollars.

Il est important de souligner que l'industrie automobile marocaine rend compte d'une croissance soutenue depuis une décennie. En dépit de la crise sanitaire actuelle, les exportations automobiles chérifiennes se sont accrues de 34% entre septembre 2019 et septembre 2020, représentant un gisement de croissance supplémentaire.

Ainsi, les multinationales s'assignent d'autres objectifs au royaume. A titre d'exemple, l'équipementier Adient a investi, mi-décembre, près de 19 millions de dollars pour la construction d'une nouvelle unité au Maroc, dans la Zone d'accélération industrielle (ZAI) de Kénitra.

Myriam Ben Yahia

Publié le 14/01/2021 10:18:07

1 COMMENTAIRE SUR CET ARTICLE
kby


14/01/21 11:54
A travers cette information et celle de l'investissement de l'OCP en Chine, nous voyons la conséquence du désordre actuel en Tunisie depuis dix ans. Le Syndicat, les blocages corporatistes et l'incompétence des politiques ont fait perdre à la Tunisie de multiples opportunités d'investissements et donc de création de richesses contrebalancées par un endettement uniquement destiné au paiements de salaires donc à la consommation sans aucune valeur ajoutée quant au PIB.....Un désastre criminel vis à vis des générations futures .
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.