ilboursa arabic version ilboursa

Gazoduc transsaharien : La BAD soutient le projet reliant le Nigeria à l'Europe via l'Algérie

ISIN : MA0000000050 - Ticker : MASI.ma
La bourse de Casablanca Ouvre dans 0h41min

La Banque Africaine de Développement (BAD) soutient fermement le projet du Gazoduc transsaharien (TSGP) reliant le Nigeria à l'Europe via l'Algérie, a déclaré Akinwumi Adesina, président du groupe, lors d'une conférence de presse à Charm el Cheikh en Égypte.

La déclaration intervient en marge des Assemblées annuelles du groupe, où Adesina a souligné l'importance de cet investissement soutenu par la BAD et l'Union Africaine (UA).

Le Gazoduc transsaharien : Un projet d'envergure régionale

Le Gazoduc transsaharien est un projet d'envergure, s'étendant sur 4 mille km pour relier le Nigeria, le Niger et l'Algérie. En juillet 2022, les ministres de l'Énergie des trois pays ont signé un mémorandum d'entente pour lancer la construction de ce pipeline, qui fait partie du programme du NEPAD et vise à établir une infrastructure régionale d'importance internationale. Une fois opérationnel, il fournira également du gaz aux pays du Sahel.

Akinwumi Adesina a également salué les efforts de l'Algérie pour soutenir le développement en Afrique, soulignant son engagement et sa contribution de 10 millions de dollars au Fonds africain de développement.

Il a exprimé sa satisfaction quant à la collaboration entre la BAD et l'Algérie, soulignant l'importance de ce pays pour l'institution financière.

Mobilisation des fonds privés pour une croissance verte en Afrique

Lors des Assemblées annuelles du Conseil des gouverneurs du Groupe de la Banque et du Fonds africain de développement, la mobilisation des fonds privés pour financer une croissance verte et durable en Afrique a été au cœur des discussions.

Akinwumi Adesina a souligné la nécessité de mobiliser davantage de fonds privés, compte tenu du déficit de financement climatique estimé à plus de 125 milliards de dollars par an d'ici 2030 sur le continent africain.

Actuellement, plus de 80% des financements climatiques en Afrique proviennent d'acteurs internationaux publics, tandis que le secteur privé ne représente que 14%.

Défis climatiques en Afrique et importance de la transition vers une économie verte

Bien que l'Afrique contribue peu au réchauffement climatique, le continent est susceptible de subir une perte de jusqu'à 12% de son Produit Intérieur Brut (PIB) d'ici 2100 en raison des effets du changement climatique. Il est donc crucial de mobiliser davantage de fonds privés pour soutenir la transition vers une économie verte en Afrique.

Mariem Ben Yahia

Publié le 24/05/23 08:53

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

IRWu7wcSm1tJHJVVxs4ytDP039vhvB1rYfatE-tZvaE False