arabic version ilboursa
bourse tunis

Augmentation des frais de scolarité en France : 13 mille Tunisiens concernés

ISIN : XD0009762986 - Ticker : EURTND
La bourse ouvre dans 2h12min

Le gouvernement français a décidé de multiplier par 16 les frais de scolarité des étudiants extra-européens sur leur sol. Une stratégie baptisée « Bienvenue en France" qui concerne près de 100 mille étudiants étrangers dont 13 mille Tunisiens, 27 mille Algériens et 40 mille Marocains. L'idée d'universalité de l'enseignement supérieur français, accessible à tous quelle que soit la nationalité, est-elle révolue ?

Bien que lors de l'annonce de cette mesure, le Premier Ministre français Edouard Philippe, ait évoqué une volonté d'"opérer une forme de révolution pour que l'attractivité de la France ne soit plus fondée sur la quasi-gratuité mais sur un vrai choix, un vrai désir, celui de l'excellence…», on comprend plutôt que l'objectif non avoué de cette mesure est de ne permettre qu'aux étudiants nantis de faire leurs études supérieures en France.

A la rentrée de 2019, les droits d'inscription des étudiants non européens s'élèveront à 2.770 euros en Licence contre 170 euros aujourd'hui et 3.770 euros en Master et Doctorat contre 243 euros en Master et 380 euros en Doctorat actuellement. Une mesure qui devrait concerner près de 100 mille étudiants extra-communautaires, selon le Premier Ministre français, qui a également annoncé que la politique des visas sera améliorée et que les dossiers d'étudiants seront prioritaires.

À terme, la nouvelle stratégie française ambitionne de porter le nombre d'étudiants étrangers de 300  mille actuellement à 500  mille en 2027, soit une hausse de 46% censée permettre à la France de « gagner la bataille de la concurrence internationale en accueillant les étudiants brillants et les plus méritants, de Pékin à Kinshasa ». Des étudiants brillants et méritants oui, mais surtout assez fortunés pour supporter une hausse aussi spectaculaire de leurs frais de scolarité. 

Pour les parents tunisiens, déjà ébranlés par la dévaluation du dinar, cette nouvelle mesure s'apparente à une volonté de l'Etat français de fermer les portes de l'enseignement supérieur aux étudiants tunisiens.

Selon l'Agence nationale pour la promotion de l'enseignement supérieur français à l'étranger, Campus France, 45% des étudiants étrangers présents en France sont originaires du continent africain et 6 pays africains sont dans la liste des pays qui comptent le plus d'étudiants en France. Il s'agit du Maroc, de l'Algérie, de la Tunisie, du Sénégal, de la Côte d'Ivoire et du Cameroun.

Selon les statistiques de Campus France présentées en 2017, les écoles et établissements supérieurs français comptent 40  mille étudiants Marocains (1ère position), 30 mille étudiants Chinois (2ème position), 27 mille Algériens (3ème position) et 13  mille Tunisiens et Italiens (4ème et 5ème position) .

Khawla Hamed

Publié le 21/11/2018 13:34:43

3 COMMENTAIRES SUR CET ARTICLE
ALLgreen


21/11/18 15:58
la france est en voie de faillite
politique suicidaire
les etudiants etrangers se dirigeront vers d'autre pays
wall


21/11/18 19:52
pas de réaction du gouvernement Tunisien, même pas une convocation de l'ambassadeur français

Message complété le 21/11/2018 19:54:26 par son auteur.

toujours soumis à la France

surfeur


22/11/18 08:46
c 'est une bonne opportunité pour les écoles tunisiennes s'ils savent comment tirer profit
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.