ilboursa arabic version ilboursa

Un défaut souverain pourrait coûter au système bancaire tunisien plus de 7 milliards de dollars

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis Ouvre dans 3h57min

La Tunisie est en proie à une crise économique majeure, exacerbée par les récentes déclarations du président Kais Saïd à propos des migrants subsahariens, qui ont alimenté une vague de violences racistes de la part des Tunisiens. Les obligations tunisiennes ont glissé davantage et sont les plus grandes perdantes des marchés émergents ce mois-ci, après l'Argentine et la Bolivie, selon l'agence américaine Bloomberg.

Le coût de l'assurance contre le risque de défaut de la dette tunisienne a également augmenté de manière significative, atteignant 1.250 points de base vendredi dernier. L'Union africaine, Amnesty International et Human Rights Watch ont condamné les remarques de Saïd.

La Tunisie reste "stratégiquement importante pour l'Occident"

Viktor Szabo, directeur des investissements chez abrdn à Londres, a déclaré que les dernières turbulences ne devraient pas empêcher le conseil d'administration du FMI d'approuver le financement car la Tunisie reste "stratégiquement importante pour l'Occident", en particulier l'Union européenne qui coopère avec la Tunisie sur des programmes visant à réduire la migration à travers la Méditerranée.

" Il n'y a pas d'alternative à un financement du FMI pour la Tunisie ", a-t-il déclaré. " Sans programme du FMI, je ne pense pas que la Tunisie puisse éviter une restructuration compliquée ". La pandémie de COVID-19 et l'incertitude politique prédominante ont pesé sur l'activité économique de la Tunisie ces dernières années.

Dans ce contexte, l'exposition des banques à l'État reste importante, représentant 83 % des capitaux propres totaux au 31 août 2022 (y compris les expositions de prêts directs à l'administration publique), contre 5,1 % fin 2010. Bien que ce chiffre soit inférieur à celui observé dans certains systèmes bancaires comparables, il représente une source de risque majeure étant donné le manque de visibilité sur la manière dont le pays financera son double déficit, estime Bloomberg.

Dans l'ensemble, un défaut souverain tunisien pourrait coûter au système bancaire entre 4,1 et 7,6 milliards de dollars, soit entre 8,0% et 14,8% du PIB nominal prévu à la fin de l'année 2023.

Les obligations tunisiennes connaissent une forte baisse sur les marchés émergents

Les obligations tunisiennes, qui sont échangées à des niveaux de détresse depuis septembre 2021, se sont dépréciées de 663 points de base depuis mi-février pour atteindre 2.834 points de base par rapport aux Treasuries (titres du trésor des américain) au vendredi dernier, selon une mesure de JPMorgan Chase & Co.

Tout retard dans le financement du FMI aggravera la crise économique du pays, ont averti les analystes de Bloomberg en précisant que la dette souveraine de la Tunisie est de plus en plus risquée et sa détérioration est préoccupante pour les investisseurs étrangers.

" Le principal problème qui se pose actuellement en Tunisie est celui de la pénurie de devises étrangères, qui ne sera pas résolu tant que le FMI ne débloquera pas une tranche de financement au cours du premier semestre, suivie de prêts de partenaires bilatéraux ", a déclaré François Conradie, économiste politique principal chez Oxford Economics Africa. " Même si ces prêts se matérialisent, la situation sera très tendue ", ajoute-t-il.

La Tunisie a un remboursement d'un emprunt de 22,4 milliards de yens (168 millions de dollars) arrivant à échéance en août et 500 millions d'euros (534 millions de dollars) arrivant à échéance en octobre.

Mariem Ben Yahia

Publié le 14/03/23 08:38

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

Fv_oER8fVh2eDr5RZr1vjNU-36ODWcxwWpciq-Lj_ig False