bourse tunis

Top 10 des importateurs d’armes dans la région MENA

L'armement et l'économie ont toujours constitué une relation fusionnelle. L'industrie de l'armement reste un fleuron des pays occidentaux. Le centre indépendant à but non lucratif pour la recherche, l'éducation du public et le plaidoyer sur la politique étrangère américaine (Center for International Policy - CIP), a publié un rapport intitulé " Principaux des fournisseurs d'armes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord 2015-2019 ".

Le document rend compte ainsi des importations d'armes des pays de la région MENA ainsi que leurs principaux fournisseurs. La période couverte par le rapport est celle de 2015-2019. Le calcul des transferts d'armes repose sur la méthode de la Valeur des Indicateurs de Tendance (TIV). Il s'agit d'un système unique de mesure du volume des envois internationaux des principales armes conventionnelles.

Il est fondé sur les coûts de production unitaires et représente l'envoi des ressources militaires plutôt que la valeur financière du transfert. En d'autres termes la TIV n'illustre pas des prix de vente. Les données sont à prendre comme étant brutes permettant de calculer des tendances dans les transferts internationaux d'armes.

Quels sont les pays les plus demandeurs ?

Sur fond de tensions récurrentes alliées à une volonté d'imposer son hégémonie dans la région, l'Arabie Saoudite est le plus gros acheteur d'armes dans la zone MENA avec 17.693 importations en termes de TIV. Ce flux est en hausse de 129% par rapport aux derniers résultats de la CIP qui couvrent la période 2010-2014. L'Égypte est le second plus grand importateur d'armes de la région avec un niveau d'importations de 8.400, soit une augmentation de 211,92% par rapport à la période 2010-2014.

Notre voisin frontalier, l'Algérie, impètre également des échanges commerciaux d'armement avec les puissances occidentales et se place troisième avec une TIV de 6.155, enregistrant une augmentation de 70,78% comparé à la période 2010-2014. Les Émirats Arabes Unis (EAU) sont en quatrième position (4.989) suivis de l'Irak (4.960), le Qatar (4.944), Israël (2.876) le sultanat d'Oman (1.712), le Maroc (1.232) et la Jordanie (1.155).

Pour ce qui est de la Tunisie, le flux d'importation est évalué à 320, soit un accroissement de 233,33% par rapport à la période 2010-2014.

Qui arme les pays de la région MENA ?

En termes de part de marché, les champions de la vente d'armes aux pays de la région sont les États-Unis avec une part de 47,77%, suivis de la Russie (16,82%) et de la France (10,55%). La Royaume-Uni a fourni 5,28% des armes dans la zone. 4,71% des armes livrés sont allemandes et 2,69% sont italiennes. Les armes chinoises (2,26%), espagnoles (2%) et hollandaises (1,45%) alimentent faiblement l'arsenal de la région.

Néanmoins, la Tunisie se tourne à hauteur de 48% vers les armes américaines. Notre pays se fournit également auprès des Pays-Bas (42%) et la Turquie (8%).

De manière générale, la région MENA a accru ses importations d'armes de 51,30% avec des flux évalués à de 39.044 pour 2010-2014 passant à 59.074 pour 2015-2019. Le rapport du CIP pointe également l'amplification de l'utilisation des drones comme arme de guerre. Ils sont considérés comme étant une caractéristique courante des conflits au Moyen-Orient. Le Yémen est décrit comme  le banc d'essai du drone. " L'outil a été utilisé pour la surveillance et les attaques de rebelles houthis. La coalition saoudienne a employé fournis par la Chine pour surveiller et supprimer les dirigeants houthis ", souligne l'étude.

Myriam Ben Yahia

Publié le 25/09/2020 13:32:23

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.