bourse tunis

Qui est Anas Séfrioui, le milliardaire marocain qui veut racheter Carthage Cement ?

ISIN : TN0007400013 - Ticker : CC
La bourse de Tunis ferme dans 2h47min

Parmi les cinq candidats pré-qualifiés pour la phase des offres financières, dans le cadre de la cession de 50,52% du capital de Carthage Cement, figure la société marocaine Omnium des Industries et de la Promotion (OIP) de son propriétaire l'homme d'affaires marocain Anas Sefrioui. Son statut du 3e plus riche homme d'affaires marocain en 2017 en fait une véritable star au Maroc. Qui est donc Anas Séfrioui qui veut s'offrir le cimentier tunisien ?

Actionnaire majoritaire du premier groupe immobilier marocain, Addoha, le milliardaire marocain s'est classé en 2017 par Forbes à la 24e place des hommes les plus riches d'Afrique avec une fortune de 1,1 milliard de dollars. Il avait aussi figuré dans un autre classement réalisé par Forbes Middle East : le top 10 des promoteurs immobiliers des pays arabes.

Né à Fès le 16 mai 1957, M. Sefrioui avait quitté le second cycle du secondaire pour travailler aux côtés de son père Haj Abdeslam Sefrioui. Dès 1987, il se lance dans la viabilisation et le lotissement de terrains économiques. Une sorte de période probatoire qui prépare le grand bond. Celui-ci intervient en 1995, faisant écho à l'opération 200.000 logements initiée par le roi Hassan II.

Avec son groupe Addoha, M. Sefrioui est au cœur de nombreuses transformations africaines dans les domaines du logement et des matériaux de construction. Le milliardaire marocain est présent sur le marché africain du ciment avec son entreprise Ciments de l'Afrique (CIMAF). On le retrouve dans 11 pays africains avec près de 12 cimenteries, pour une production de près de 9 millions de tonnes.

Anas Sefrioui a par ailleurs saisi l'opportunité du plan du gouvernement sénégalais de réduire les importations de riz. A travers sa filiale Afri Partners, M. Sefrioui a annoncé en 2017 un engagement de près de 114 millions d'euros pour la production de près de 115.000 tonnes de riz par an.

Concernant la société Omnium des industries et de la promotion (OIP), elle a été créée au début des années 90 pour fédérer toutes les participations d'Anas Sefrioui. Devant la montée en puissance de l'activité de promotion immobilière et particulièrement celle liée au logement social, l'OIP est sorti du capital du vaisseau amiral Douja Groupe Addoha qui a rejoint la Bourse de Casablanca à l'automne 2006.

O.E.O

Publié le 22/11/2018 10:28:52

2 COMMENTAIRES SUR CET ARTICLE
Heykeltrader


22/11/18 10:20
Il n à pas des cimenteries avec une capacité de 9 millions de tonnes, mais plutôt des broyeurs installés dans différents pays d Afrique.

Par ailleurs ces broyeurs sont approvisionnes en clinker... Le clinker est abondant en méditerranée avec la baisse de consommation... La Tunisie n est pas competitive en raison du coût d énergie.
azemmouri


03/12/18 10:28
L'argent de l'état sert à piller même les pauvres gens, "groupe addoha" est un exemple très représentatif de cette main mise sur les bien de l'état et qui encaisse les aides aux logement octroyés par l'état aux plus démunis et construit des appartements insalubres et en ruine dès leur livraison. Beaucoup de familles qui ont payé leurs appartements et qui se sont retrouvé à la rue tellement leurs appartements sont délabrés (pas de total égout, malfaçons, immeubles menacé de s’effondrer et gros dangers pour les habitants...). Le Maroc prépare un avenir sombre à ses citoyens. Combien de famille, M. Sefrioui actionnaire majoritaire du groupe addoha et un des hommes les plus riches d'Afrique, a t-il ruiné?
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.