arabic version ilboursa
bourse tunis

L’OPEP revoit à la baisse ses estimations de la demande pétrolière mondiale pour 2021

L'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) a révisé ses estimations de la consommation mondiale de pétrole à la baisse pour le reste de l'année 2021. Le cartel pétrolifère s'attend désormais à ce que la demande de pétrole augmente de 5.82 millions de barils par jour (b/j), contre 5.96 millions de b/j dans ses précédentes estimations.

Néanmoins, l'organisation maintient ses projections pour 2022, prévoyant une augmentation de la production de pétrole de 4.2 millions de b/j. L'OPEP a, cependant, relevé ses prévisions de la demande de pétrole qui lui est adressée de 100.000 b/j pour atteindre 27.8 millions de b/j pour 2021.

En ce qui concerne l'année prochaine, la demande destinée à l'organisation devrait s'accroitre de 100.000 b/j pour atteindre 28.8 millions de b/j. Par ailleurs, l'OPEP a indiqué que sa production a augmenté d'environ 490.000 de b/j pour se positionner à 27.33 millions de b/j.

Le repli des stocks commerciaux de pétrole de l'Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) resserre encore plus le marché de l'or noir. En effet, la contraction des réserves s'est située à 19.5 millions de b/j au mois d'août par rapport à un mois auparavant pour s'établir à 2.855 milliards de b/j.

Le cartel souligne également que l'envolée des prix du gaz naturel pourrait être bénéfique pour la production de pétrole. Le PDG de la major saoudienne, Saudi Aramco, Amin Nasser, prévoit une hausse de 500.000 b/j de la demande pétrolière en raison du passage massif du gaz à l'or noir. Ainsi, l'offre de pétrole devrait rattraper son retard début 2022 dans le cas où l'OPEP et ses alliés s'en tiendraient à une politique de réouverture des vannes, selon l'Agence Internationale de l'Énergie (AIE).

L'Agence basée à Paris a, quant à elle, relevé ses prévisions de croissance de la demande de pétrole à 5.5 millions de b/j pour 2021 et à 3.3 millions de b/j pour 2022. En outre, elle a soutenu que le maintien de la hausse effrénée des prix du pétrole pourrait entraîner une érosion de la demande.

Mariem Ben Yahia

Publié le 14/10/2021 10:38:20

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.