bourse tunis

La Startup tunisienne AHKILI, une aventure entrepreneuriale thérapeutique

La Tunisie est classée en queue de peloton dans la dernière édition du rapport de l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) sur le bonheur dans le monde. L'étude met en exergue la détresse psychologique dans laquelle se situe nos concitoyens. Lamia Chouk s'est investie à la remédiation de ce problème en lançant, en février 2020, le projet d'assistance psychologique par téléphone, AHKILI.

La cellule d'écoute s'est imposée en deuxième position lors de la cérémonie de la phase nationale de la dixième édition du Prix de l'Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient (POPESAM) organisée par Orange. La créatrice d'AHKILI, Lamia Chouk, est pourtant étrangère au domaine médical. Analyste financier (2007 à 2012) et travaillant dans le domaine bancaire depuis huit ans, Lamia Chouk a puisé dans son expérience personnelle pour répondre à une volonté de création de dialogues actifs.

Un soutien psychologique pour tous

" La Helpline s'adresse à tout le monde, soit aux entreprises et aux particuliers ", explique Lamia Chouk. Le produit phare d'AHKILI est la cellule d'écoute destinée aux personnes physiques. Elle constitue la plus grande partie de la demande adressée. Le numéro 81 100 300 est surtaxé, cependant, face à la forte affluence gérée pendant le confinement la priorité d'AHKILI a été axée sur la gratuité des services, ce qui lui a permis de recevoir des appels internationaux.

AHKILI propose également aux entreprises des services d'aide médico-psychologique pour les salariés à travers un package, nommé Think People. Un catalogue de prestations est mis à la disposition des établissements. Sur ce volet, " les compétences les plus sollicitées sont celles des psychologues du travail qui gèrent les problèmes de Burn-out, par exemple ".

Qui sont les accompagnateurs ?

" Il est question d'employés AHKILI. Ce sont tous des psychologues, des cliniciens, des addictologues ou encore des neuropsychologues ", rend compte Lamia Chouk avant de souligner " qu'ils sont pionniers en matière d'accompagnement psychologique par téléphone dans la région et disposent d'un riche Background de travail associatif ".

Le confinement a amplifié la charge de travail. L'équipe d'AHKILI était de quatorze spécialistes. Leur pouvoir d'action s'étend aux conseils ainsi qu'à l'orientation vers des associations qui viennent en aide et encadrent les personnes souffrant de troubles psychologiques. " Face aux besoins d'écoute des appelants, les professionnels d'AHKILI étaient en permanence téléphonique 24h/24. Nous avons réceptionné 2.500 appels par mois lors de cette période ".

Ce qui est primordial chez AHKILI est le suivi des appelants. En effet, même si les appels restent anonymes, la continuité des séances et assurée. " L'anonymat et la confidentialité sont la garantie d'un bon suivi. Mises en confiance, les personnes en détresse psychologique, se livrent plus ouvertement, ce qui améliorent la qualité des consultations téléphoniques ". Ce moyen efficace permet de contourner l'omerta sociétale et juridique et de lutter contre le poids du tabou.

AHKILI se projette au-delà des frontières tunisiennes

Lorsque la Tunisie a pu amorcer son déconfinement début mai, AHKILI a connu une baisse d'activité en comptabilisant en moyenne 200 appels par mois. A cela s'est accompagné une baisse de l'effectif pour le ramener à cinq professionnels. Mais ce n'est pas de mauvais augure pour Lamia Chouk qui illustre sa stratégie par l'expression " reculer pour mieux sauter " en expliquant que " la prochaine étape de l'expansion d'AHKILI est de rendre le projet universel en développant une application mobile qui fournit une assistance psychologique en ligne ".

Elle permettra d'échanger la ligne surtaxée contre un modèle de paiement " qui ne laissera personne derrière ". " Avec le paiement mobile, AHKILI drainera plus d'appels internationaux ", poursuit-elle.   

Au sujet de la finale de la phase internationale du POESAM 2020 qui aura lieu en Afrique du Sud, Lamia Chouk veut " défendre l'innovation tunisienne ; on a des cracks avec nous ". Une chose est sûre, par son utilité publique, AHKILI a même suscité l'intérêt de la presse internationale comme Le Monde.

Par Myriam Ben Yahia

Publié le 19/10/2020 13:49:59

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.