bourse tunis

La BTK accuse une perte nette de 7,7 millions de dinars en 2018

Sauvée par le solde en gain provenant des autres éléments ordinaires, la Banque Tuniso-Koweïtienne (BTK) a pu limiter les dégâts en 2018 en accusant une perte nette de 7,7 millions de dinars.

Le ralentissement du rythme d’octroi des crédits se confirme à la BTK en 2018. L’encours des crédits accordés à la clientèle se contracte pour la 3ème année consécutive avec une baisse de 94,5 millions de dinars, soit de 7,3%, pour s’établir à 1,2 milliard de dinars. La part des engagements (bruts) classés de la banque est passée de 27,9% en 2017 à 31,7% en 2018. Ces engagements classés, sont couverts par les provisions et les agios réservées à hauteur de 61,8% contre 60,1% en 2017.

Le ralentissement de l’activité est perceptible également au niveau de la collecte des ressources. Les dépôts de la clientèle ont ainsi régressé en 2018 de 1,2% à 828,5 millions de dinars.

En dépit de ce ralentissement, la marge sur intérêts de la banque s’est envolée en 2018 de 88,3% passant de 17,3 millions de dinars en 2017 à 32,6 millions à fin 2018. Les revenus de portefeuille ont également progressé de 4,8 millions de dinars, correspondant à une hausse de 33,7% au niveau de 19 millions de dinars. En revanche, la marge sur commission s’est rétractée de 2,8 millions de dinars, équivalent à une baisse de 19% pour s’établir à 15,9 millions de dinars.

En aboutissement, après deux années de baisses successives, le PNB de la banque marque une reprise de 31,8% soit un accroissement de 16,3 millions de dinars au niveau de 67,6 millions de dinars.

La banque a réussi en 2018 à stabiliser ses charges opératoires qui n’ont augmenté que de 1,7% à 54,7 millions de dinars. Malgré son amélioration, passant de 104,9% en 2017 à 81% en 2018, la BTK continue à afficher un coefficient d’exploitation parmi les plus élevés du secteur. Les charges opératoires absorbent plus de 80% du PNB.

La hausse du PNB conjuguée à la stabilité des charges opératoires ont permis à la banque de dégager un résultat avant IS et avant charges de dépréciation de 19 millions de dinars, contre 5 millions l’exercice précédent. Toutefois, avec des dotations aux provisions et résultat des corrections de valeurs sur créances, hors bilan et provisions pour passifs de 35,3 millions de dinars, le coût du risque a absorbé totalement l’excédent dégagé. Le Résultat d’exploitation ressort ainsi déficitaire de 22,6 millions de dinars contre un déficit d’exploitation en 2017 de 38,5 millions de dinars.

Avec une charge d’IS fixée au minimum d’impôt, la banque a pu limiter les dégâts en dégageant un résultat net négatif de seulement 7,7 millions de dinars sauvée par le solde en gain provenant des autres éléments ordinaires de 15,2 millions de dinars. Ce gain provient, principalement par l’extourne de la provision sur les frais des prestations intellectuelles non payés pour le compte de la BPCE.

  2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Résultat Net (en millions de dinars) -1 10 10,4 6 -82,5 -40 -7,7

A propos de la BTK

La Banque Tuniso-Koweïtienne (ex BTKD) a été officiellement créée le 25 février 1981, avec un capital initial de 100 millions de dinars en application de la convention conclue le 29 octobre 1980  entre l’Etat Tunisien et celui du Koweït. En mai 2004, la BTKD s’est transformée en banque universelle. En janvier 2007, la banque change d’appellation pour devenir la Banque Tuniso-Koweïtienne (BTK).

Le 23 octobre 2007, les deux États actionnaires cèdent 60% du capital de la banque au Groupe Caisse d'épargne, via son pôle de banque commerciale à l’international (Financière OCEOR), pour le montant de 300 millions de dinars. En 2009, avec le rapprochement des groupes Banque populaire et Caisse d'épargne, la BTK devient une filiale de la BPCE-IOM du groupe BPCE.

Compte tenu de la perte enregistrée en 2016, la BTK a procédé en 2017 à une augmentation de capital en numéraire de 100 millions de dinars pour le porter de 100 à 200 millions. L’augmentation de capital de 2017 a été libérée dans la limite de 80%, soit de 80 millions de dinars. Les 20% relatifs à la participation de l’Etat ont été libérés le 02/01/2018.

La structure actuelle du capital social est répartie comme suit : Etat Tunisien : 20%, Etat Koweitien : 20%, BPCE-IOM : 60%.

©ilBoursa.com

Publié le 22/04/2019 20:08:59

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.