arabic version ilboursa
bourse tunis

La Banque centrale du Brésil annonce la plus forte hausse de son taux directeur depuis 20 ans

La Banque centrale du Brésil a relevé son taux directeur, le Selic, de 150 points de base, mercredi, à 7,75%, marquant la plus forte hausse depuis 2002. L'augmentation est la sixième consécutive en une année, une politique de lutte contre l'inflation menée par les neuf membres du Comité de politique monétaire (Copom) de l'organe régulateur brésilien. Le nouveau taux directeur atteint son niveau le plus élevé depuis 2017.

L'institution d'émission s'alarme sur l'explosion inflationniste dans le pays et agit agressivement sur le taux directeur afin de maîtriser le taux d'inflation annuel, qui s'est établi à 10,25% au mois de septembre 2021 par rapport à la même période l'année dernière. Les tensions inflationnistes dépassent la cible maximale fixée par la Banque centrale du Brésil qui se situe à 5,25%.

Le Copom projette d'autres hausses du Selic, qui pourrait être porté à 8,75% en 2021 et à 9,75% en 2022. L'organe, qui fixe le taux directeur tous les 45 jours a annoncé à travers un communiqué une nouvelle augmentation de 1,5 point du Selic au mois de décembre. En outre, la Banque centrale n'envisage pas de baisse du taux jusqu'en 2023 sous les 7%.

Le Selic était de l'ordre de 2% durant l'année 2020 néanmoins les économistes brésiliens, tels que Mario Mesquita, ont les yeux tournés vers l'inflation, dont le taux devrait exploser à des niveaux records à deux chiffres l'année prochaine. L'accroissement du taux directeur est le principal instrument de la Banque centrale pour contenir la hausse des prix.

Le Brésil sombre dans une crise économique et sociale en raison de la pandémie du Covid-19. Le pays bascule dans la pauvreté avec l'explosion du nombre de sans-abris ainsi qu'une envolée des prix des denrées alimentaires, aggravant l'insécurité alimentaire.

La politique monétaire des taux conduirait à une hausse des coûts du crédit et, par conséquence, provoquerait un fléchissement des investissements. Le cheminement induirait une hausse du taux de chômage, qui s'élève déjà à 13,2%.

Mariem ben Yahia

Publié le 28/10/2021 10:48:23

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.