ilboursa arabic version ilboursa

L'inflation au Liban dépasse les 200% en avril

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis Ouvre dans 10h45min

Le Liban fait toujours face à une vague d'hyperinflation sans précédent. Le taux d'inflation s'est établi à 206,2% au mois d'avril, en glissement annuel. La hausse générale des prix a atteint 7,1% en avril, en rythme mensuel, selon l'Administration centrale de la statistique (ACS).

Les transports affichent la plus forte hausse des prix en les voyant bondir de plus de 490% en avril dernier, comparé à avril 2021. Le secteur de la santé a vu ses prix progresser de plus de 430% en avril sur un an. En ce qui concerne les prix de l'eau, de l'électricité, du gaz et des carburants, ils ont augmenté de plus de 408%. Pour ce qui est de l'alimentation et des boissons non alcoolisées, ils ont vu leurs prix exploser de 374%.

L'accélération des prix s'explique par le fait que le Liban importe de manière excessive des produits pétroliers, tout en étant incapable de les réduire car la production d'énergie électrique et d'autres industries sont dépendantes de l'or noir. L'Ancienne Suisse de l'Orient, a négligé d'ériger une économie durable en raison d'un modèle fondé sur la consommation et la rente.

La livre libanaise a également vu sa valeur s'effriter. Le dollar s'échangeait dimanche contre 32.500 livres, un niveau qui a été atteint pour la dernière fois au mois de janvier. La devise libanaise a sombré de nouveau en réaction aux résultats des élections législatives qui se sont tenues le 15 mai. Elle a également continué de s'éroder face au billet vert car la corruption et l'inertie de la classe dirigeante reste coriace et difficile à atténuer.

L'augmentation des prix est également imputée aux effets de l'invasion de l'Ukraine par la Russie et aux hausses des cours des matières premières. Le prix de l'énergie est toujours le premier vecteur d'inflation étant donné que la Russie est le deuxième exportateur d'or noir au monde. Les prix pétroliers ne cessent de se renforcer, tirés par les craintes sur l'offre et la demande, celle-ci restant forte en dépit des prix records.

Mariem Ben Yahia

Publié le 23/05/22 10:00

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

YiZjJowQWtTppF3-UCCH-ATCbiShh8nkNXTd1K-BZdo False