bourse tunis

Habib Ben Saâd : Carthage Cement vaut plus d'un milliard de dinars

ISIN : TN0007400013 - Ticker : CC
La bourse de Tunis ferme dans 2h24min

L'affaire de la cession ratée de la société Carthage Cement a plané sur l'Assemblée Générale Ordinaire de la Banque de Tunisie qui a vu ses engagements envers le cimentier s'élever à 125 millions de dinars. Les actionnaires ont bel et bien de quoi s'inquiéter.

Bien que la BT ait récupéré 40 millions de dinars de sa créance sur Carthage Cement depuis 2011, l'engagement de la banque demeure élevé. Toutefois, le Directeur Général de la banque, Habib Ben Saâd, estime qu'il ne faut pas trop s'inquiéter du niveau d'engagement envers le cimentier. "Le niveau de provisionnement constitué en 2018, soit 34 millions de dinars, est suffisant pour couvrir notre risque sur Carthage Cement. Nous espérons même pouvoir récupérer une partie sur ce montant en 2019", estime M. Ben Saâd.

Le Directeur Général de la BT tient à être rassurant : "Malgré son endettement colossal de 550 millions de dinars, Carthage Cement est incontestablement le premier producteur et vendeur de ciment sur le Marché local et vaut largement au-delà du milliard de dinars", a-t-il déclaré.

Programme d'assainissement

Après une première cession ratée, les pouvoirs publics ont accepté un programme d'assainissement de la société qui sera bouclé d'ici juin 2019 pour pouvoir par la suite la vendre. Ce plan consiste, entre autres, en la conversion en fonds propres d'une partie des dettes contractées par la société auprès des banques de la place.

Cette mesure de restructuration, négociée avec les pouvoirs publics, permettra de renforcer le bilan et de maintenir l'attractivité du cimentier auprès des éventuels acquéreurs. 

Pourquoi le Groupe marocain s'est rétracté ?

Au moment de la première mise en vente, il y avait deux groupes intéressés par le cimentier. Il s'agissait de la société marocaine Omnium des Industries et de la Promotion (OIP) de son propriétaire l'homme d'affaires marocain Anas Sefrioui, et le groupe portugais Campanhia Geral De Cal E Cimento (détenteur de la cimenterie de Gabès).

"Jusqu'au dernier moment on pensait que le marocain présentera une offre avantageuse mais pour des raisons purement administratives et financières il s'est rétracté à la dernière minute", déclare M. Ben Saâd. 

En effet, le Groupe marocain avait demandé le règlement de certains problèmes administratifs avant de faire une offre. "Ces problèmes à régler concernent notamment la durée d'exploitation de la carrière, un terrain dans le port pour pouvoir exporter le ciment et la réduction du nombre d'employés", a-t-il précisé.

Omar El Oudi

Publié le 24/04/2019 14:54:03

3 COMMENTAIRES SUR CET ARTICLE
SofieneAs


24/04/19 17:06
PLus con que ce Saad et celui qui rapporte ses conneries, tu meurs!
godzilla4


24/04/19 17:17
ça me rappelle l'arnaque du partenaire stratégique dans GIF :)
Preciact


24/04/19 22:29
Tout va bien, la vie est belle :)

Sans une bonne infra-structure de chemins de fer, Carthage Cement ne s'en sortira jamais. Le coût de transport est un handicap pour les cimenteries, ils ne peuvent pas aller loin dans leurs exportations. ça coûte très cher. Voila la principale raison de la fuite des investisseurs. Tous les autres problèmes c'est des détails.
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.