ilboursa arabic version ilboursa

Fitch Ratings n'exclue pas une restructuration de la dette de la Tunisie

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis Ferme dans 3h12min

L'agence de notation américaine Fitch Ratings a indiqué ce vendredi 18 mars 2022 que dans un scénario de non-réforme, la Tunisie pourrait finalement être considérée comme nécessitant un traitement par le Club de Paris avant d'être éligible à un financement supplémentaire du FMI, avec des implications pour les créanciers du secteur privé.

En l'absence d'un accord avec le FMI, l'agence de notation américaine s'attend aussi à une érosion progressive des réserves en devises de la Tunisie et à une dépréciation du dinar.

Fitch rappelle que le budget 2022 de la Tunisie suppose qu'un programme avec le FMI sera en place au milieu de l'année et que la Tunisie recevra environ 4 milliards de dollars de financements extérieurs provenant d'un prêt de 700 millions de dollars non conditionné à un accord avec le FMI, de créanciers officiels et d'une émission obligataire garantie par les États-Unis couvrant les deux tiers des besoins de financement.

" Notre scénario de base suppose la conclusion d'un accord sur un programme avec le FMI au second semestre de 2022, les décaissements étant conditionnés à l'adoption de certaines réformes. Cela entraînerait probablement des retards supplémentaires dans les décaissements des fonds provenant des créanciers officiels par rapport au calendrier budgétaire et il existe également des risques d'exécution. Nous nous attendons à ce que la Tunisie continue de compenser la faiblesse de son financement extérieur net en empruntant massivement auprès de sources intérieures ", prévoit Fitch Ratings.

En effet, souligne l'agence de notation, il existe toujours une forte opposition sociale aux réformes fiscales et des événements politiques à venir éventuellement litigieux, tels que le référendum constitutionnel prévu en juillet 2022 et les élections parlementaires en décembre 2022. " Cela signifie qu'un accord pourrait ne pas être conclu et que le gouvernement pourrait avoir du mal à mettre en œuvre les réformes convenues requises pour les décaissements prévus du FMI ", prévient Fitch.

Et de rappeler que la performance de la Tunisie dans le cadre des deux précédents accords avec le FMI a été faible, avec des examens au cours du dernier programme qui ont constamment souffert de longs retards et d'une résiliation anticipée pour manque de conformité.

 

Omar El Oudi

Publié le 18/03/22 18:35

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

nHZF_3KO4_9mWV8QlTe4E_lB3DujZYigWqBolXocJz0 False