bourse tunis

Blanchiment d'argent : La Commission européenne maintient la Tunisie sur sa liste noire

La Commission Européenne (CE) a annoncé mercredi 13 février 2019 avoir adopté sa nouvelle liste noire des 23 pays tiers présentant des carences stratégiques dans leurs cadres de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

La Tunisie a, en effet, été maintenue dans la liste noire parmi les 23 pays ou entités figurant désormais sur cette liste à savoir : Afghanistan, Arabie saoudite, Bahamas, Botswana, Corée du Nord, Ethiopie, Ghana, Guam, Iran, Irak, Libye, Nigeria, Pakistan, Panama, Porto Rico, Samoa, îles Samoa américaines, Sri Lanka, Syrie, Trinidad et Tobago, Tunisie, les îles Vierges US et Yémen).

La Commission a ainsi proposé d’ajouter sept nouveaux pays, dont l’Arabie saoudite, à la liste de l’UE des pays tiers ne luttant pas assez contre le blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Cette proposition doit encore recevoir le feu vert du Parlement européen.

La présence de la Tunisie sur cette liste complique ses relations financières avec l'UE, contraignant les banques européennes à procéder à des vérifications accrues sur tous les paiements l'impliquant. Toutefois, le fait de se retrouver sur cette liste ne déclenche pas de sanctions, mais il oblige les banques européennes à appliquer des contrôles renforcés sur les opérations financières impliquant des clients ou des établissements financiers dans ces pays.

Prochaine étape

La Commission souligne dans son communiqué qu'elle poursuivra son dialogue avec les pays considérés comme présentant des carences stratégiques dans le présent règlement délégué et œuvrera en particulier en vue d'établir les critères relatifs au retrait de la liste. " La liste permet aux pays concernés de mieux cerner les domaines à améliorer afin d'ouvrir la voie à un éventuel retrait de la liste une fois les carences stratégiques éliminées".

La Commission indique par ailleurs qu'elle suivra les progrès accomplis par les pays figurant sur la liste, continuera à suivre les pays faisant l'objet d'un examen et commencera à évaluer des pays supplémentaires, conformément à sa méthode publiée. Elle actualisera cette liste en conséquence. Elle s'emploiera également à améliorer sa méthode au besoin, à l'aune de l'expérience acquise, en vue de garantir une identification effective des pays tiers à haut risque ainsi que le suivi nécessaire.

O.E.O

Publié le 13/02/2019 14:13:00

2 COMMENTAIRES SUR CET ARTICLE
SofieneAs


13/02/19 16:31
Bien evidemment.... On est dans un pays, ou un charlatan du Rgeb dispose de 2 millions de dinars, dans un centre d'endoctrinement et d'abus d'enfants... et l'etat est completement absent! a quoi vous attendez vous
elinoja


13/02/19 17:24
Billehi a3touna nhar ra7a sans mauvaise nouvelle
Une journée pour respirer !! Chay wra ba3dhou
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.