ilboursa arabic version ilboursa

Avec son scooter Orca, la Startup tunisienne Kaco déroule le tapis rouge à la solution électrique

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis Ouvre dans 4h40min

La Startup tunisienne Kaco, cofondée par Mohamed Ali Salmi, Houssem Lahbach et Malek Othman, introduit sur le marché tunisien des véhicules 100% électriques avec son Scooter Orca made in Tunisia. Force est d'admettre que ce nouveau véhicule ne manque pas d'arguments et saura convaincre les usagers tunisiens. Le deux-roues inspiré par la nature et au tarif compétitif roule pour une mobilité propre pour la jeunesse tunisienne et les travailleurs indépendants. L'Orca ne nécessite pas un permis pour être conduit et reste abordable pour celles et ceux qui veulent un véhicule taillé pour la ville. Le serial entrepreneur, co-fondateur de LOOH, Mohamed Ali Salmi, s'est prêté volontiers à une discussion avec la rédaction d'ilBoursa.

Comment est née l'idée de produire un scooter électrique 100% tunisien ?

A Kaco, nous sommes des constructeurs d'accumulateurs électriques, mais cela fait deux années que nous travaillons sur la recherche et le développement pour améliorer de nos propres batteries. Au départ, nous vendions nos propres Powerbank, ensuite nous nous sommes dit qu'il fallait se concentrer sur la fabrication de scooters au lieu de sous-traiter des batteries.

Nous voulions montrer aux gens que nos batteries sont performantes. Il est également clair que nous sommes conscients que le monde change et que les approches de la mobilité doivent progresser avec lui, en particulier dans les environnements urbains.

Qu'est-ce qui est made in Tunisie dans votre modèle Orca?

Kaco a repris les modèles des meilleurs scooters au monde pour offrir aux Tunisiens un véhicule présentant les meilleures caractéristiques, tout en étant accessible à tous. Le châssis, le carénage, la batterie, le système de management des batteries ainsi que l'assemblage sont tunisiens.

D'ailleurs, le carénage est en fibre de verre, une matière connue pour être robuste et résistantes, en plus de formuler un rappel au monde maritime puisqu'elle est utilisée pour la fabrication des coques de bateaux. L'élément essentiel reste la batterie qui est totalement produite en Tunisie, même si le moteur est de fabrication chinoise.

Comment ça marche ?

Pour 100 kilomètres de distance, 4 heures de charge avec des prises de 120 volts sont nécessaires. La batterie est modulable, à l'image de celle d'un PC, étant donné qu'il est possible de l'avoir en main et de la transporter même chez soi. Il s'agit d'un avantage pour les personnes qui vivent en appartement. Le compartiment peut supporter deux autres batteries, idéal pour les longs trajets.

En d'autres termes, il est possible d'acquérir l'Orca avec une autonomie initiale de 100 kilomètres et de rajouter une soixantaine de kilomètres d'autonomie supplémentaires. Pour l'Orca sans permis de conduite, la vitesse maximale est de 45 kilomètres par heure. Les usagers peuvent également profiter du confort que présente l'écran digital disponible.  

Qui sont les usagers qui pourraient être intéressés ?

Nous ciblons les jeunes fraichement diplômés au vu de l'inflation et le prix des voitures puisqu'il reste difficile pour eux de posséder un véhicule par leurs propres moyens, à moins de contracter un prêt ou de bénéficier d'un soutien familial. L'Orca est également destiné aux particuliers qui travaillent à leur propre compte et qui sont nombreux, tels que les électriciens, les plombiers et les livreurs. Notre modèle peut se révéler très utile et pratique. Pour cela notre Startup Kaco adapte le design de l'Orca en fonction de la profession de chacun. A titre d'exemple, nous travaillons actuellement avec des livreurs qui ont besoin d'un modèle personnalisé pour mener à bien leurs différentes missions.  

L'Orca ne fait pas mal au porte-monnaie car pour 100 kilomètres d'autonomie les coûts reviennent à 900 millimes. Par ailleurs, l'Orca coûte 4.000 dinars TTC. De plus, il n'y a pas de frais connexes comme ceux liés à l'entretien du véhicule, à savoir la vidange. Il n'y a pas de pièces d'usure dans l'Orca et la batterie est garantie pour une période de cinq années, même si elle peut tenir plus longtemps. Notre modèle est un scooter qui ne nécessite pas de permis de conduite. Pour circuler avec l'Orca, il faut juste avoir en sa possession le contrat de vente et l'assurance.

Où pouvons-nous nous procurer l'Orca ?

Il y aura trois Showrooms pour que les gens puissent tester le Scooter. Ils se situeront dans le Grand Tunis et à Sfax, en plus d'un autre lieu qui n'a toujours pas été déterminé par notre équipe. La Startup Kaco a levé des fonds pour la construction des accumulateurs électriques. En ce moment, la Caisse des Dépôts et des Consignations (CDC) et UGFS se mobilisent pour réussir le plus rapidement possible un tour de table de 6 millions de dinars pour une commercialisation de l'Orca dans six mois.

Comment seront les prochains modèles que vous créerez ?

Maintenant que nous avons finalisé le prototypage de nos batteries, nous pouvons les commercialiser dans la dimension souhaitée afin qu'elles soient adaptées à plusieurs types de véhicules, comme les voitures. D'ailleurs, nous pensons parallèlement à la commercialisation du scooter électrique au prototypage d'une voiture électrique. Nous gardons la même vision, c'est-à-dire un véhicule pratique, qui ne prend pas de l'espace et qui peut être conduit sans permis.

Nous œuvrons aussi pour la commercialisation d'un Scooter électrique plus performant et rapide, qui nécessitera un permis de conduite. Nous avons choisi de commencer avec un Scooter sans permis vu que les démarches administratives pour obtenir l'homologation d'un véhicule avec permis sont lourdes. C'est notre manière de s'adapter au marché.

Quels sont les objectifs de Kaco sur les prochaines années ?

Nous comptons nous étendre sur le continent africain. Néanmoins il y subsiste un problème d'accès à l'électricité, ce qui nous a conduit à songer à la création d'un espace de stockage. Un de nos autres objectifs est de sous-traiter la production de batteries pour d'autres jeunes pousses qui veulent travailler sur l'électrique tout en leur permettant d'être compétitives en leur proposant des prix abordables.

Kaco travaille essentiellement sur l'énergie renouvelable et concentre toujours une partie de ses bénéfices à la recherche et développement.

Propos recueillis par Mariem Ben Yahia

Publié le 19/08/22 09:38

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

Tq5SDU-d8pagm-sXZ2I36simZQKAG0iLLZDOX3uUYjE False