bourse tunis

Tunisie : Quand la BCT met en péril la survie des concessionnaires aut


Voir tous les sujets

Posté le 03/11/2017 09:58:06
Discussions intéressantes !
Répondre
Posté le 30/10/2017 15:38:15
Tu sais pourquoi je mix ?

Qelle est la part de la population qui profite vraiment des produits importés "de confo"rt ? Ces produits qui sont une des conséquences de la dépréciation du dinar ... Combien 10-20% ? Pourquoi on n'imposerait pas à ces 10-20% une taxe sur les produits importés pour mieux contrôler leurs consommations et afin que les 80% restants ne subissent pas une dévaluation de la monnaie qui engendrera une baisse du pouvoir d'achat dont ils seront les premières victimes ?

Cheers

Message complété le 30/10/2017 15:41:33 par son auteur.

* une des causes de la dépréciation du dinar

Répondre
Posté le 30/10/2017 15:08:35
L'homotunisianus et le patriotisme "donti mix" comme a dit l'autre...
Répondre
Posté le 30/10/2017 14:56:37
La nation d'abord ! Si le fait d'importer des automobiles a un impact négatif sur les caisses de l'état et les avoirs en devises, cette taxe est la bienvenue ! Après tout, une voiture est un produit de confort ;)

Vu la conjoncture difficile du pays, un effort patriote reste la meilleur solution pour surmonter cette turbulence ... Le consommateur qu'on devrait défendre c'est celui qui a un salaire dérisoire et qui combat pour survivre. C'est égoiste de dire que cette taxe est pour nous parce que ceux qui ont les moyens d'investir dans une voiture neuve ne dépassent pas 10% au maximum de la population !

Cheers
Répondre
Posté le 30/10/2017 14:39:47
@ tous
Mais vous n'avez pas compris C'est nous les consommateurs qui allons payer cette taxe. L'article défend nos intérêts.
Répondre
Posté le 30/10/2017 13:02:10
BIENSUR c'est le tour de la bourgeoisie de crever maintebant
Répondre
Posté le 30/10/2017 12:31:16
@Fontomas

Merci khouya pour ce commentaire ... Je partage à 1000% ton avis ! De nos jours on privilégie l'intérêt des personnes sur l'intérêt du peuple.

J'aurais bien aimé voir plutôt un article intitulé ''quand les importateurs tels que les concessionnaires mettent en péril toute une nation''.

@Ilboursa: malgré votre travail de qualité, des fois vos titres sont très décevants ! L'intérêt national exige que des réformes soient entreprises et que des décisions courageuses soient prises ! Le mot péril n'est pas adéquat surtout lorsque la BCT prend les bonnes décisions :)

Amicalement,
Répondre
Posté le 30/10/2017 11:57:45
La restriction et surtaxe de l'importation des voitures neuves adoptees par la banque centrale est une decision qui s'impose vu la chute du dinar face aux devises etrangeres et les reserves de devises en baisse continue.Le responsable de L'utica est inquiet pour les concessionnaires automobile qui gagnent des milliards mais pas pour la situation catastrophiques sans precedent qu'a
Connu l'economie du pays ni pour les 600milles sans emploi.
Bien sur l'impact de cette decision va etre negatif pour les concessinnaires autaumobile.
Répondre
Posté le 30/10/2017 11:57:45

http://cdn.webmanagercenter.com/wp-content/uploads/2017/03/Mehdi-Mahjoub-DG-City-Cars-KIA-_2.jpg" alt="" width="459" height="270" />


La récente note de la Banque centrale de Tunisie (BCT) adressée aux banques qui considère les voitures neuves comme étant un produit de consommation jugé non-essentiel, met en péril la survie de plusieurs concessionnaires automobiles de la place. C'est du moins ce que constate M. Mehdi Mahjoub, porte-parole de la Chambre syndicale des concessionnaires automobiles relevant de l'Union Tunisienne de l'Industrie et du Commerce (UTICA).


Contacté par nos soins, M. Mahjoub, a indiqué que cette mesure ainsi que celles relatives aux augmentations des taxes sur les importations prévues dans le projet de loi de finances 2018, vont mettre en péril la survie de plusieurs concessionnaires automobile de la place et enflammer encore les prix des véhicules neufs qui coûtent déjà cher en Tunisie.


D'abord, explique M. Mahjoub, la Note de la BCT qui appelle les banques à exiger aux importateurs une caution équivalente à la valeur des marchandises achetées pour se voir délivrer une lettre de crédit, est incompatible avec le fonctionnement actuel qui laisse 180 jours aux importateurs pour régler leur lettre de crédit. "Dans ce cas, les concessionnaires seront obligés de bloquer les fonds sept mois avant la production des voitures. Ce qui nécessitera un énorme effort de trésorerie", a-t-il expliqué.


Par ailleurs, le projet de loi de finances 2018 prévoit une augmentation de 25% des droits de consommation pour l’importation des véhicules particuliers, de 10 à 15% des droits de douane pour les utilitaires et de 1% de la TVA. "Les prix des véhicules neufs vont encore s'enflammer et pourront enregistrer une augmentation de 30%", prévient M. Mahjoub


Répondre

Retour au forum CITY CARS