PREMIUM

Voiture populaire : Nouvelles conditions d'octroi des certificats d'éligibilité

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis ouvre dans 19h52min

Les conditions d’octroi des certificats d’éligibilité pour l’acquisition d’une voiture de tourisme dont la puissance ne dépasse pas 4 chevaux fiscaux bénéficiant du régime fiscal privilégié, dite « voiture populaire », viennent d’être modifiées, a annoncé aujourd’hui mercredi sur les ondes de la Radio Shems Fm, Mehdi Mahjoub, porte-parole de la Chambre syndicale des concessionnaires automobiles relevant de l’UTICA. 

En effet, les personnes physiques désirant bénéficier d’une voiture populaire doivent se disposer d’un salaire mensuel net équivalent à 10 fois le SMIG au maximum, soit 3.800 dinars. Auparavant, le législateur exigeait que le montant de l’impôt sur le revenu annuel ne doit pas dépasser 5.000 dinars.

Pour les personnes mariées, ajoute M. Mahjoub, la nouvelle réglementation exige un total des deux salaires mensuels nets du couple équivalent à 15 fois le SMIG au maximum, soit 5.700 dinars.

En revanche, le bénéfice du régime fiscal privilégié octroyé ne peut être renouvelé qu'après sept ans de la date de mise en circulation du véhicule acquis précédemment.

Par ailleurs, le porte-parole de la Chambre syndicale a fait savoir que le programme général d’importation pour 2019 n’est pas encore arrêté par le ministère du Commerce. Néanmoins, il tient à rappeler que, durant les dernières années, les ventes de voitures populaires n’ont jamais atteint la totalité du quota annuel autorisé par le ministère, à savoir 5.000 voitures, et ce, en raison principalement de la hausse des prix et du coût des crédits.

Evoquant l'éventuelle baisse des prix des voitures populaires, M. Mahjoub a déclaré que malgré la suppression des droits de consommation sur les voitures populaires et la baisse de la TVA de 13% à 7% à partir de 2019, la poursuite du glissement du dinar vis-à-vis du dollar et de l’euro va absorber une grande partie de la baisse des prix prévue à travers les mesures prises par le gouvernement. « Néanmoins, si ces mesures n’ont pas été prises par le gouvernement, la voiture populaire vendue à 25 mille dinars en juillet dernier coûtera près de 33 mille dinars dans les mois prochains », a-t-il estimé.

M. Mahjoub a tenu également à préciser que les prix des voitures populaires sont fixés par le ministère du Commerce ainsi que la marge bénéficiaire qui est fixée à 1.000 dinars par voiture pour tous les concessionnaires de la place.

Omar El Oudi

Publié le 09/01/19 13:34

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.