bourse tunis

Tunisie - Conjoncture énergétique : La balance respire de nouveau

La demande d'énergie en Tunisie a connu une nette baisse avec la mise en place des mesures de confinement. Dans la même lancée, les cours du Brent avaient lourdement chuté. A cet égard, le ministère de l'Energie, des Mines et de la Transition énergétique a publié un rapport synthétisant la situation énergétique durant les cinq premiers mois de l'année en cours.

En effet, la demande d'énergie primaire a baissé de 13% entre mai 2019 et mai 2020 pour arriver à 3,3 Mtep (millions de tonnes équivalent de pétrole). Pour le gaz, une baisse de 7% a été constatée alors que les produits pétroliers affichent un repli de 19%. Quand bien même la baisse de la demande et des prix, un déficit du bilan énergétique a été enregistré à fin mai 2020 de 1,71 Mtep contre 2,09 Mtep l'année écoulée.

Durant la période de confinement, le rapport fait ressortir une stabilité de la consommation des deux premiers mois de 2020 et une baisse de 39% durant le mois d'avril. Au terme de ce même mois, le déficit énergétique avait baissé de 71%.

La balance qui respire de nouveau

Selon le ministère de l'Energie, des Mines et de la Transition énergétique, la balance énergétique dépend de trois facteurs, à savoir les quantités échangées, le taux de change et le cours du Brent. Ces facteurs se sont clairement améliorés durant les mois écoulés.

Une appréciation du dinar tunisien de 5% contre le dollar américain a été constatée durant les 5 premiers mois de 2020 par rapport à la même période en 2019. De plus, le cours du Brent a fléchi de 40%. En outre, le gaz algérien a vu son prix moyen baisser de 16% en dollars fin mai 2020.

Dans ce même sillage, les exportations des produits énergétiques ont enregistré une diminution (en valeur) de 45% tandis que les importations ont chuté de 30%. De ce fait, le déficit de la balance énergétique est passé de 2,78 milliards de dinars durant les 5 premiers mois de 2019 à 2,1 milliards au cours de la même période en 2020.

Une production tant bien que mal

Les 5 premiers mois de 2020 ont porté un coup à la demande des produits pétroliers. Une baisse globale de 19% a ainsi été enregistrée. Ainsi, le ministère a annoncé une régression de la demande d'essence de 17%, de gasoil de 18%, du jet de 56% et de coke de pétrole de 32%.

Il est à signaler que la moyenne journalière de la production de pétrole est passée de 37,5 mille barils par jour à fin mai 2019 à 36,46 mille barils par jour à fin mai 2020. Toutefois, la production courant le mois de mai a augmenté légèrement de 0,5% par rapport à mai 2019.

Quant au gaz naturel, les ressources ont été portées à 0,8 Mtep à fin mai 2020, soit une baisse de 10% par rapport à la même période de l'année précédente. Et ce, suite à la chute du forfait fiscal sur le transit du gaz algérien de 34%. Néanmoins, la production nationale de gaz naturel n'a baissé que de 2%.

A cause des ralentissements économiques des mesures de confinement, les achats du gaz algérien ont baissé de 5% durant la même période. D'ailleurs, les achats ont augmenté de 9% durant le mois de mai 2020.

Azyz MEDDEB

Publié le 07/07/2020 14:10:48

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.