ilboursa arabic version ilboursa

Manel BRAHIM : " L'accompagnement des clients d'Attijari bank en Afrique prend tout son sens "

ISIN : TN0001600154 - Ticker : TJARI
La bourse de Tunis Ouvre dans 10h2min

En marge du Forum International Afrique Développement (FIAD), nous avons rencontré Madame Manel BRAHIM, Responsable Marketing Stratégique et Communication Externe chez Attijari bank Tunisie, pour nous parler des avantages dont bénéficient les clients de la banque qui veulent s'exporter vers les 15 pays africains où le groupe Attijariwafa bank est implanté. 

Pour cette 7ème édition du forum, la machine est bien huilée, et les objectifs fixés depuis son lancement en 2010 ont été atteints dans leur majorité ? Alors comment le groupe Attijari bank compte-t-il faire bénéficier ses clients de ces succès ?

Vous l'avez si bien dit, on en est à la septième édition. Et si on reconduit aujourd'hui cette édition-là, c'est parce que c'était un grand succès il y a quelques années. Entre-temps, c'est vrai qu'il y a eu une rupture post-Covid, mais le dispositif du groupe s'est déjà consolidé. Je rappelle que le groupe est aujourd'hui présent dans 15 pays en Afrique.

Il y a l'Afrique centrale, l'Afrique du Sud et l'Afrique du Nord. Aujourd'hui, ce type de forum, cette plateforme, représente une réelle opportunité pour un marché comme le nôtre, la Tunisie. Notre pays est étroitement liée au marché européen sur le plan économique et commercial.

Il y a beaucoup d'appréhensions concernant l'Afrique, que ce soit sur le plan culturel ou en termes d'opportunités commerciales. Ce que le groupe Attijariwafa essaie de faire aujourd'hui, à travers la mobilisation de ses acteurs et filiales présents à travers le continent, c'est de renforcer les liens, de construire ce pont et de surmonter toutes les barrières possibles pour faciliter au maximum les échanges via la plateforme marocaine.

Comme je l'ai mentionné, cette présence a été consolidée non seulement en termes de présence physique mais aussi en termes d'expertise.

L'accompagnement des clients prend tout son sens. Bien sûr, notre cœur de métier reste le financement, mais nous allons au-delà. Localement, nous avons pris l'initiative de soutenir les petites entreprises tunisiennes avec un dispositif innovant intégrant des aspects non financiers, ce qui prend aujourd'hui tout son sens.

Nous accompagnons nos clients non seulement financièrement, mais aussi en leur offrant des conseils, du réseautage et de véritables opportunités sur le marché. Cela prend une toute autre dimension lorsque l'on dépasse les frontières de la Tunisie pour s'ouvrir vers l'Afrique.

Le forum a véritablement été un succès, comme l'a souligné le président Mohamed el-Kettani précédemment. À l'origine, nous avions prévu 4 000 networking à l'échelle du groupe et de ses filiales. Aujourd'hui, nous en sommes à 5 300.

Pour la Tunisie également, c'est un franc succès. Nous avons rassemblé une communauté de 50 entrepreneurs, hommes et femmes. Nous tenons à remercier nos clients pour leur confiance et leur mobilisation.

Effectivement, il y a même des prospects qui envisagent d'exploiter ce forum et cette plateforme pour créer de nouvelles opportunités sur le marché africain. Nous sommes venus avec une délégation de 50 personnes et nous remercions également les médias qui nous ont accompagnés pour la couverture.

Nous avons actuellement 300 rencontres B2B en préparation. Hier, il y a eu beaucoup de mouvements, et la Tunisie a été bien représentée. Les acteurs tunisiens sont fortement engagés et les premiers retours sont très positifs.

Un véritable courant d'affaires se dessine et nous souhaitons le voir se concrétiser avec succès. Ce rendez-vous n'est qu'une étape dans notre réseau de contacts. Maintenant, nous devons concrétiser ces opportunités et assurer un suivi rigoureux avec tous les acteurs impliqués.

Comment peut-on stimuler la demande des investisseurs africains pour investir en Tunisie ?

C'est vraiment du collatéral dans le sens où aujourd'hui, certes, les Tunisiens cherchent des opportunités au-delà des frontières sur le continent africain, mais également les acteurs africains sont aussi intéressés par la Tunisie.

Quelle est la valeur ajoutée de ce mécanisme de networking ?

A travers la plateforme et en capitalisant surtout sur l'expérience et le vécu du groupe au-delà des frontières, ces barrières préalablement citées en matière culturelle et business sont levées.

On parlait beaucoup aussi du Club Afrique Développement. C'est principalement les visites sectorielles. La force du groupe aujourd'hui réside dans ses efforts pour harmoniser les approches et transposer certains modèles qui ont réussi ailleurs, mais la vraie valeur ajoutée réside dans la prise en considération des spécificités locales.

Cette prise en considération est un levier d'intégration qui facilitera énormément les échanges avec ces acteurs.

Aujourd'hui, la plateforme du groupe, qui bénéficie d'une expérience en Tunisie mais aussi dans d'autres régions d'Afrique, cherchera à se consolider et se converger en se basant effectivement sur les visites sectorielles et ce, pour optimiser et développer des secteurs communs qui peuvent être consolidés entre les différents pays, quelle que soit leur implantation sur le continent.

Propos recueillis par Omar El Oudi

Publié le 28/06/24 17:10

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

YkrMtZAP8pgwjRA9bXNKIV7F65fg4W1GRl8vw898Omc False