bourse tunis

La startup tunisienne ANAVA intègre la Startup School de Y Combinator à la Sillicon Valley

Il n'a que 24 ans et a déjà eu plusieurs vies professionnelles. Ancien journaliste, blogueur, chroniqueur, présentateur et cyberdissident politique, Skander Ben Hamda n'en finit pas d'étonner. Aujourd'hui fondateur de la startup ANAVA reposant sur une idée originale de matchmaking sportif, il continue son ascension en intégrant le Programme Startup School 2018 de Y Combinator, le roi américain des accélérateurs de startups réputé pour avoir épaulé Airbnb, Reddit ou Dropbox. Mercredi 5 septembre 2018, il s'envolera pour San Francisco durant 2 mois pour relever un challenge d'envergure.  

La plateforme ANAVA pensée par Skander Ben Hamda est basée sur un concept de mise en relation d'individus selon leur affinités sportives et critères communs, c'est le matchmaking sportif. Ainsi, "lorsque des personnes ont l'envie commune de jouer un match de tennis, de baskets, de golf, de football, de faire du footing, du bowling ou une sortie collective en vélo, la solution ANAVA leur permet de trouver une communauté existante dotée du même degré d'enthousiasme pour partager ces activités. C'est sur ce point que réside le challenge" a expliqué avec optimisme le jeune entrepreneur.

L'application verra le jour en octobre 2018, après les deux mois de mentoring intensif de Skander Ben Hamda dans l'ultra sélectif Y Combinator. Une chance unique pour lui de rentrer dans un réseau d'élite de startups qui lui apportera de la visibilité et de la crédibilité. A ce propos, il a expliqué que le Y Combinator représente une communauté très ouverte dans laquelle discuter avec Paul Graham (Fondateur de Y Combinator) ou Marc Zuckerberg (inventeur de Facebook) est tout à fait ordinaire et anodin.

Lorsqu'il évoque ses ambitions pour ANAVA, il explique que ceux-ci sont dictées par sa volonté de créer de l'employabilité en Tunisie. En effet, comme il l'a défendu "un des objectifs de ANAVA est l'ubérisation des coachs sportifs grâce à une base de données clients et utilisateurs qui permettra de les noter et de les payer via la plateforme. Une solution sociale qui pourrait s'adresser aux personnes au chômage ou qui n'ont pas encore trouver leur place dans le secteur sportif afin de leur permettre de générer un revenu équivalent à un salaire mensuel". Une solution qui pourra également bénéficier aux gestionnaires de salles de sport, de terrains de football, de centres de loisirs, de centres paintball, jeu laser etc.…

Déterminé à produire un impact positif sur la société Skander Ben Hamda a bénéficié, à ses débuts, du soutien de Impact Partner, le premier et unique fonds d'investissement à impact social destiné aux entrepreneurs. Pour Fares Mabrouk, le DG de cette institution, le projet ANAVA répond entièrement à la volonté d'Impact Partner de "professionnaliser l'impact social".

"J'étais très chanceux car quand j'ai exposé mon projet à Impact Partner, on m'a boosté pour que j'aille de l'avant pour concrétiser mon ambition. J'ai pitché devant un comité d'investissement puis je me suis lancé. Là-bas, on m'a dit "ANAVA, fonce, fonce, fonce" alors j'ai foncé tête baissée. A mon retour de San Francisco, je voudrais transmettre un peu du savoir que je vais acquérir grâce à cette aventure humaine et prouver que c'est possible de réussir quand peu de choses nous y prédestinent".

K.H

 

Publié le 05/09/2018 10:15:14

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.