bourse tunis

Imed Ammar : Cynapsys by Gfi est une aventure humaine en faveur de la transformation digitale

Directeur Général de l'entreprise de services numériques (ESN) et de logiciels, Cynapsys, depuis plus de 14 ans, Imed Ammar est un ingénieur informatique expert dans la mise en place des systèmes d'informations intégrés et des systèmes embarqués intelligents. Avec lui, Cynapsys a été l'une des premières entreprises TIC tunisiennes à créer des filiales en Europe. En 2018, l'entreprise prend une nouvelle envergure en se ralliant au groupe international GFI Informatique et en devenant Gfi Tunisie. Interview.

Imed Ammar a décroché son baccalauréat en 1994 au lycée Mongi Slim dans le gouvernorat de Sfax dont il est originaire. Il a par la suite entamé des études d'ingénierie à l'Institut préparatoire aux études d'ingénieurs de Sfax (IPEIS) puis a décidé de quitter le domicile familial à 19 ans pour poursuivre ses études à la Faculté des Sciences de Tunis. A 22 ans, il devient ingénieur et intègre rapidement le marché du travail. Il débute en travaillant dans un cabinet de formation puis, en 1999, il rejoint le projet Tunisie Trade Net dans l'assistance à la maîtrise d'ouvrages.

Aujourd'hui Imed Ammar est à la fois Président du Groupement d'intérêt économique IoT Tunisia et membre du conseil d'administration de l'école d'ingénieur et de management Sésame. Il est également actif au sein de la chambre nationale syndicale des SSII, INFOTICA, de l'Association Cluster Mécatronique Tunisie, de l'Association des compétences Tunisiennes IT TACT et du Rotary Club de Tunis. Il accorde une grande importance à la transmission du savoir, à la construction des nouvelles générations et à l'éducation en tant que principal ascenseur social.

Un vol de voiture qui pousse Imed Ammar à s'installer en France

Dans les années 2000, alors que Imed Ammar est ingénieur d'études pour le projet Tunisia Trade Net (TTN), il se fait voler son véhicule. Revenant sur cet incident, il a expliqué  "J'avais une petite voiture qu'on m'a volé un beau matin. Mon salaire était alors de 800 dinars et j'avais contracté un crédit remboursable sur 5 ans. Je me suis retrouvé endetté et pris dans un cercle vicieux qui m'a poussé à saisir une opportunité de travail en France. J'ai débuté dans des SSII en accomplissant plusieurs missions notamment pour l'agence de Presse Reuters dans la mise à niveau des plateformes logicielles".

Après cette mission, Imed Ammar travailla sur la mise à niveau des systèmes d'information de la Bibliothèque Nationale de France (BNF) puis il accomplit d'autres fonctions pour le compte de Thalès, un groupe français d'électronique spécialisé dans l'aérospatiale, la défense, la sécurité et le transport terrestre. Imed Ammar se spécialise dans plusieurs domaines technologiques et façonne plusieurs innovations tels que la cryptographie et le chiffrement des testaments pour le compte de notaires français.

Le retour en Tunisie et les débuts à Cynapsys

Après avoir passé 4 ans en France, Imed Ammar revient en Tunisie en 2004 pour des raisons familiales. Il commence en tant que consultant indépendant de systèmes Java JEE et de gestion de projets dans des entreprises SSII puis il est repéré en novembre 2005 par les fondateurs germano-tunisiens de Cynapsys, Selim Ben Yedder et Khaled Jerbi.

Imprégné par les technologies acquises en France, Imed Ammar commence au sein de Cynapsys sur les chapeaux de roue. En 2006, il devient directeur technique de Cynapsys puis, fin 2007, il en prend la gérance.

"En 2008, Cynapsys a obtenu la certification ISO 9001. Nous avons commencé à développer le marché tunisien et français, puis, en 2009, la première filiale française de Cynapsys, Cynapsys France, a vu le jour. Mon banquier était d'ailleurs étonné de voir qu'une entreprise tunisienne puisse ouvrir une filiale française avec des capitaux tunisiens, une situation insolite qu'il a mis du temps à comprendre".

Le projet principal de Cynapsys consistait à réaliser des projets de systèmes d'informations en Java JEE, la spécialité de Imed Ammar. Par la suite, l'entreprise qui fournit actuellement le plus fort nombre de consultants en Java JEE, a commencé à gagner des projets de TMA (Tierce maintenance applicative ou maintenance appliquée à un logiciel) en France.

La révolution de 2011 et la multiplication des filiales de Cynapsys 

Durant la période post-révolution, Cynapsys a entamé des recrutements massifs. Pour Imed Ammar, cette décision était dictée par une volonté de s'engager pour la Tunisie à un niveau citoyen. Il rejoint l'Association Tunisienne pour la Communication et la Technologie (TACT) avec Baddredine Ouali, le Président du Conseil d'Administration de Vermeg, avec pour objectif de participer à la formation de près de 1.000 diplômés par an sur les cinq années à venir.

Dans le même temps, Cynapsys réalise sa première opération d'export sur le continent africain en collaborant avec le ministère mauritanien des Finances. En 2012 une seconde filiale est ouverte en France, Cynapsys Technologies puis une troisième en 2016, eDigitalis.

Imed Ammar explique "Mon expérience m'a appris qu'il fallait éviter les situations de mono client où se concentre le plus gros du chiffre d'affaire d'une entreprise. Mon expérience m'a donc appris à ne pas mettre tous mes œufs dans le même panier".

En 2014, la filiale allemande de Cynapsys, SAPRES, est créée avec Selim Ben Yedder et Khaled Jerbi, les deux germano-tunisiens fondateurs de départ de Cynapsys.

La difficile consolidation de Cynapsys jusqu'à l'arrivée de GFI Informatique en Tunisie

Après cette période faste et la création de plusieurs filiales de Cynapsys, l'idée de consolider l'entreprise et de réunir les différents associés et actionnaires s'est imposée. Imed Ammar explique qu'il s'agissait de "mettre à plat toutes les filiales et de réaliser un roadmap de l'entreprise sur 5 ans".

"Début 2017, nous nous sommes réunis avec les associés et actionnaires de Cynapsys pour réaliser une restructuration et planifier le passage de 150 employés à 500. C'était également l'occasion d'étudier les plans d'internationalisation de Cynapsys en Côte d'Ivoire, en Algérie, en Allemagne et en Europe de l'Est (pour servir le marché allemand), un projet ambitieux. L'entreprise se portait bien, elle n'a jamais contracté de crédit ni effectué de levée de fonds. Pourquoi ? Parce qu'une grande partie des bénéfices que nous réalisons était réinvestie dans l'entreprise" a expliqué Imed Ammar ajoutant que le projet de consolidation de toutes les filiales de Cynapsys n'a pas abouti jusqu'à l'arrivée en 2017 de GFI en Tunisie pour visiter l'entreprise.

Le ralliement : Cynapsys devient Gfi Tunisie

Acteur européen de référence des services informatiques à valeur ajoutée et des logiciels, le Groupe GFI est présent dans 21 pays à travers le monde et compte près de 19 500 collaborateurs. Le groupe est actif dans de multiples domaines comme la Banque, les Assurances, les industries, le Transport, Aérospatial, Telecom, Media et l'Energie. 

Lors de sa visite en Tunisie, Vincent Rouaix,  Chairman et CEO du Groupe GFI, Imed Ammar tissent des affinités et décident de collaborer ensemble. La multinationale décide alors de racheter la ESN tunisienne. Une cérémonie de signature de partenariat est organisée le 5 février 2018 à l'Ambassade de Tunisie à Paris en présence des cadres dirigeants du Groupe GFI et de l'équipe de Cynapsys.

Revenant sur cette période, Imed Ammar a souligné "La visite de GFI en Tunisie était un coup du hasard. Pour garder notre rythme de croissance soutenue, il nous fallait un partenaire, pas seulement financier car ce n'était pas un problème d'argent, mais un partenaire humain. Avec GFI,  j'avançais sans réaliser ce qui se passait réellement, nous avons débuté avec un projet Test avec une des filiales de GFI, à Lille. Une mission réussie qui nous a permis de confirmer notre crédibilité, de consolider Cynapsys et de donner un nouvel élan de carrière à nos collaborateurs », a précisé Imed Ammar.

De retour en Tunisie, le "ralliement" entre Cynapsys et GFI s'enclencha. Comme l'a expliqué Imed Ammar "J'ai senti que c'était cela la nouvelle dimension : nous étions 250 personnes chez Cynapsys à avoir intégré une multinationale de 20 mille personnes qui faisait 1.5 milliard d'euros de Chiffres d'Affaires. Tous les deux mois, Gfi Informatique faisait de nouvelles acquisitions, cela était intéressant de travailler avec d'autres entreprises. Vincent Rouaix nous a demandé d'être les numéros 1 des ESN spécialiste en transformation digitale. Au bout d'un an, le chiffre d'affaires et l'effectif de Cynapsys ont été multipliés par 2 avec la mise en place d'une nouvelle dynamique".

Propos recueillis par Khawla Hamed

Publié le 13/06/2019 13:18:01

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.