bourse tunis

Hatem Chabchoub : Groupe Loukil déterminé à préserver le patrimoine industriel des AMS

ISIN : TN0001500859 - Ticker : AMS
La bourse de Tunis ferme dans 3h37min

La société Les Ateliers Mécaniques du Sahel (AMS) a tenu le 25 juin dernier son Assemblée Générale ordinaire (AGO) statuant sur les comptes de l'exercice 2018. A l'issue de cette réunion, organisée à distance, nous avons entretenu avec son Directeur Général, M. Hatem Chabchoub, afin de dresser l'état des lieux de la situation financière de l'entreprise appartenant au Groupe LOUKIL.

La société Les AMS connaît depuis quelques années des difficultés financières qui se sont amplifiées suite aux litiges relatifs aux marchés cadres sur 3 ans signés avec la SONEDE, à prix fermes, et liés à la dévaluation du dinar ainsi qu'à l'envahissement du marché par la contrefaçon.

A tout cela, s'ajoutent les répercussions économiques de la crise sanitaire du Coronavirus devant les quelles la société s'est trouvée contraignante de mettre ses employés au chômage technique pendant six mois le temps de revoir les nouveaux circuits d'approvisionnement et le financement du cycle d'exploitation avec de nouvelles structures.

" Il faut bien préciser ici que le Groupe Loukil, actionnaire de référence de la société, œuvre depuis des années pour la sauvegarde des postes d'emploi et la pérennité de ce fleuron de l'industrie tunisienne. Cependant, à présent, il s'avère indispensable de mettre en place le plan de restructuration financière et opérationnelle déjà établi afin de faire face à la concurrence et de pouvoir fabriquer de nouveaux produits qui répondent aux besoins du marché ", souligne M. Chabchoub.

Ainsi, la volonté du Groupe LOUKIL de pérenniser l'entreprise se manifeste dans les diverses augmentations de capital réalisées depuis sa privatisation en 2008 totalisant 35,2 millions de dinars qui se répartissent entre 19 millions de dinars en support financier du Groupe LOUKIL et 16,2 millions en support financier réservé au public. " Outre ces augmentations de capital et pour faire face à la réticence de financement auprès du secteur bancaire tunisien, le Groupe LOUKIL a fait appel à des financements auprès des banques étrangères à travers la mise en place de Garanties Bancaires pour un montant de 3,3 millions d'euros ", indique Hatem Chabchoub. Mais pas seulement.

En effet, depuis sa privatisation, la société Les AMS a concrétisé trois programmes de mise à niveau pour un montant global de 23 millions de dinars. " C'est vrai que ces programmes de mise à niveau ont pu permettre à l'entreprise de produire de nouveaux articles, à l'instar des robinets des bouteilles de gaz et des compteurs d'eau, et de se doter de nouvelles technologies, mais, malheureusement, ils n'ont pas pu contrecarrer l'impact de la contrefaçon et des problèmes structurels de l'entreprise ", assène le Directeur Général.

Des marchés publics réalisés à perte

Selon notre interlocuteur, la société Les AMS a signé des marchés publics avec la SONEDE et la STEG pour plus de 25 millions de dinars qui sont exécutables sur trois ans. Toutefois, au vu de la baisse vertigineuse du dinar tunisien face aux monnaies étrangères et l'augmentation des impôts et taxes. " Ces éléments ont causé une hausse des coûts des matières premières ce qui a rendu ces marchés réalisés à perte de 5,6 millions de dinars sur la période 2017-2019 ", estime M. Chabchoub.

Et d'ajouter que les prix convenus pour ces marchés sont fermes et n'ont jamais pu être révisés bien que plusieurs autres sociétés aient bénéficié de la révision des prix et des compensations financières liées à la chute du dinar. " La demande de la société Les AMS, qui a dû tout subir, était rejetée par la même commission gouvernementale qui a accordé aux autres sociétés l'accord de révision des prix ", s'indigne Hatem Chabchoub.

Le fardeau de la masse salariale et des charges financières

Suite à l'acquisition des AMS par Groupe LOUKIL en 2008, il a été décidé de procéder à des opérations d'assainissements sociaux en vue de compresser les charges et d'empêcher la masse salariale de grimper à un seuil élevé qui ne permettra pas la maîtrise du coût de production. Dans cette perspective, trois opérations d'assainissements ont eu lieu pour un montant global de 7,3 millions de dinars.

Toutefois, la masse salariale de la société a augmenté suite aux négociations collectives, en premier lieu, et relativement suite aux avancements de carrières, variation de l'effectif …, en deuxième lieu. " En 2019, la charge du personnel avait atteint 9 millions de dinars représentant 48% du chiffre d'affaires de l'entreprise ", explique le Directeur Général de la société, qui expliquera que, mis à part les avantages accordés au personnel des AMS et non mentionnés par la convention sectorielle, les salaires mensuels servis aux employés de la société Les AMS (salaires de base majorés des autres primes (prime de présence, prime de transport, etc…)) sont nettement supérieurs aux salaires qui devraient être payés par la société et qui sont indiqués par la grille des salaires de la convention sectorielle.

Par ailleurs, la société est en train de supporter un autre fardeau qui tire ses résultats vers le bas depuis 2016, à savoir les charges financières. Celles-ci sont passées de 4,5 millions de dinars en 2016 à 7,2 millions en 2019.

La sauvegarde du patrimoine industriel et le maintien du personnel

Le plan de restructuration financière et opérationnelle établi l'année dernière par la société est complexe et nécessite une durée raisonnable pour sa mise en place. Pour ce faire, la société a décidé en juin dernier de mettre en chômage technique d'une période maximale de six mois l'ensemble de ses employés. " Les objectifs ultimes de ce plan sont l'assurance d'une rentabilité économique continue de la société afin de rééquilibrer sa structure financière ", souligne le Directeur Général de la société.

Selon les résultats énoncés par le plan de restructuration financière et opérationnelle de la société, la direction générale doit identifier et rapprocher un partenaire technique (ou financier) afin de concrétiser une levée de fonds qui servira au financement du programme d'investissement. " La direction générale et le Groupe LOUKIL vont sauvegarder le patrimoine industriel et foncier de la société ainsi que l'ensemble du personnel et approcher les divers bailleurs de fonds pour nous accorder la restructuration des encours bancaires, renforcer la situation des fonds propres via une nouvelle augmentation de capital et doter la nouvelle structure, nécessaire à assurer une relance de l'activité ", estime M. Hatem Chabchoub.

Pour conclure, le Directeur Général de la société a tenu à préciser que la situation que vit l'entreprise n'est exceptionnelle au vu de la situation économique que connaît la Tunisie et le climat d'affaires très impacté par les conséquences négatives de la crise du Coronavirus, le flou et le climat stérile anxiogène.

Omar El Oudi

Publié le 07/07/2020 09:53:06

1 COMMENTAIRE SUR CET ARTICLE
SofieneAs


01/09/20 14:25
Une véritable aberration les marchés publics en Tunisie:

dans les appels d'offres internationaux, vous trouvez que les soumissionnaires résidents sont obligés de coter en dinar tunisien (et prendre tout le risque lié à la dévaluation de dinar) par contre les soumissionnaires non résident font leur offre en devise Dollar ou euro... et ne sont donc exposé à aucun risque de devise....

On fait tout pour désavantager les sociétés tunisiennes et les mettre en périle..
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.