bourse tunis

Attijari Intermédiation : La crise pourrait se transformer en opportunité pour le Groupe OneTech

ISIN : TN0007530017 - Ticker : OTH
La bourse de Tunis ouvre dans 6h23min

Le Département Analyse et Recherche de l'intermédiaire en Bourse, Attijari Intermédiation, a publié une note d'analyse consacrée aux réalisations et perspectives du Groupe OneTech. Selon les analystes d'Attijari Intermédiation, le groupe ne devrait pas dévier de sa trajectoire stratégique, à savoir l'intégration en amont et en aval et le développement de ses propres modules complets, via l'acquisition d'une société de développement de solutions intelligentes et de logiciels embarqués.

Pour ce faire, le groupe a d'ores et déjà renforcé sa position au niveau de la société Sofia Technologies (société d'ingénierie et de design IT) en vue d'une participation majoritaire. Il compte également reprendre une politique agressive d'acquisitions ciblant l'intégration de nouvelles technologies.

En effet, les analystes d'Attijari Intermédiation estiment que la structure financière saine et peu endettée du groupe et les efforts consentis cette année pour conserver cette solidité, sa position historique dans l'activité de la câblerie, ainsi que les investissements continus opérés notamment dans le créneau porteur de la mécatronique, seront autant d'atouts qui lui permettront de servir cette stratégie à partir de 2021 et de reprendre le train de la croissance, une fois l'impact de la crise absorbé et digéré.

Réalisations au premier semestre et Perspectives

L'année 2020 était censée être une année de rattrapage par rapport à 2019, avec en ligne de mire un retour à une croissance plus soutenue. Cependant, la crise mondiale induite par la pandémie du Covid-19 n'a pas épargné le groupe OTH, exposé à l'un des secteurs les plus touchés à l'échelle mondiale.

Avec le repli du secteur automobile en 2020 et probablement attendu jusqu'en 2021 et une majorité de clients Européens ayant fermé leurs sites durant des périodes plus ou moins longues, le premier semestre 2020 fait état d'un repli de l'activité de OTH de plus de 30%. En outre, son résultat opérationnel est ressorti à peine bénéficiaire.

Selon le management, le deuxième semestre devrait connaître une reprise par rapport au premier, avec un retour à un rythme quasi-habituel durant le T4. Les efforts consentis dans la compression des charges, ainsi que la gestion plus rigoureuse du BFR permettant de générer davantage de cash, devraient y contribuer.

Par ailleurs, cette crise pourrait se transformer en opportunité pour des opérateurs comme OTH, les équipementiers étant amenés à réduire leur exposition à la Chine et considérer des alternatives de production plus proches et plus flexibles.

Pour le pôle câbles, OTH renforcera la part de l'export, avec notamment le ciblage du continent Africain. Quant au pôle mécatronique, et dans une quête d'intégration de nouveaux clients, le groupe est en train d'accélérer sa politique de diversification.

Pour ce faire, il s'oriente de plus en plus vers le développement d'objets connectés, en investissant dans le développement des technologies telles que la reconnaissance faciale, et l'intelligence artificielle. L'objectif étant la pénétration de l'industrie 4.0, la domotique, le médical, tout en renforçant le positionnement dans la nouvelle mobilité et le transport.

Retour sur les résultats de 2019

Après trois années marquées par une croissance moyenne soutenue de plus de 20% du chiffre d'affaires consolidé et une tendance équivalente attendue pour 2019, le groupe One Tech a finalement connu un net ralentissement de ce rythme de croissance, qui s'est situé à seulement 7,1%.

Deux principaux facteurs ont été à l'origine. Le premier est relatif à l'effet prix avec un effet de change défavorable en 2019 compte tenu de l'appréciation du dinar tunisien face aux devises principales d'export. Le deuxième facteur émane de l'effet volume et ce, suite à la baisse du marché automobile en 2019, ayant généré des retards dans les projets de plusieurs clients du groupe dans la branche mécatronique, et au recul de la demande locale pour le pôle câbles, résultant du ralentissement du secteur immobilier et du désistement de la STEG.

Quant à la rentabilité opérationnelle, elle a subi la revalorisation des stocks compte tenu de la baisse des cours internationaux des métaux, ainsi que de l'appréciation du Dinar ainsi que la hausse de près de 30% du coût de l'électricité, avec un fort impact sur les unités énergétivores du groupe.

Le document souligne également un lourd niveau d'investissement qui n'a pu être rentabilisé au vu de la croissance moins vigoureuse que prévu, ainsi que la fidélisation des compétences dans un contexte fortement concurrentiel, outre les recrutements opérés pour se préparer à l'introduction d'un nouveau gros client.

Ainsi, l'année 2019 s'est soldée avec un résultat d'exploitation en repli de 26,7%, correspondant à un taux de marge opérationnelle de 5,3% seulement, revenant au même niveau qu'en 2015. A cela, s'ajoute une reprise inattendue du Dinar face aux deux principales devises. La parité EUR/TND a perdu 8,37% alors que la parité USD/TND a reculé de 6,54% en 2019.

Ceci a mis un terme à l'impact habituellement positif de la position de change du groupe exportateur à hauteur de 80%. À ce titre, la position de change est passée d'un gain net de 12,3 millions de dinars en 2018, à une perte réelle de près de 10,0 MDT en 2019. Le RNPG a terminé en baisse de 60,4%.

Télécharger l'intégralité de l'analyse

Publié le 09/10/2020 10:49:09

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.