ilboursa arabic version ilboursa
La bourse Ouvre dans 8h48min

Analyse magasin général

ISIN : TN0006440010 - Ticker : MAG

Voir tous les sujets

Posté le 29/05/2022 12:37:29

👌


Répondre
Posté le 29/05/2022 12:33:57

je lis tes posts en entier maintenant -)


Répondre
Posté le 29/05/2022 12:31:49

@ khalil, merci encore pour ton retour, là j'arrive à lire tes posts, pour l'ESG, c'est du pipo, aucune des entreprises n'a écrit un parapgraphe dans les état financiers sur l'ESG, à ma connaissance 18 mois apresle guide !. à ma connaissance aucune entreprise n'a mesuré son empreinte carbonne, ni en chiffre no même d'une manière qualitative, si j'ai tord surprend moi -) et bon courage pour ton livre, il sera d'utilité universelle, dans ce contexte de crise continue


Répondre
Posté le 29/05/2022 09:30:49

D’un point de vue professionnel un guide a été élaboré par la BVMT le 02/12/2021 consultable via le lien suivant

http://bvmt.com.tn/sites/default/files/actualites/tunis-stock-exchange-publishes-esg-environmental-social-and-governance-reporting-guide.pdf

Le 02/12/2021

La Bourse de Tunis, publie aujourd’hui le Guide de reporting ESG (Environnemental, Social et de Gouvernance), destiné notamment aux sociétés cotées.

Ce Guide présente les principes de l’Initiative SSE (Sustainable Stock Exchanges) des Nations Unies et explique les concepts de base et l’utilité de la démarche RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et du Reporting ESG, ainsi que les recommandations pratiques de leur mise en œuvre tout en laissant aux entreprises une marge d’analyse suffisante pour tenir compte de leurs enjeux propres et de leurs spécificités.

Ce Guide s’adresse d’une part aux administrateurs, dirigeants et cadres des entreprises cotées, et d’autre part aux parties prenantes de l’entreprise (commissaires aux comptes, représentations du personnel, actionnaires, investisseurs….). Il est censé les convaincre de l’utilité de la démarche ESG aussi bien pour eux-mêmes, pour l’entreprise, que pour la communauté.

Ce guide propose une matrice d’indicateurs pour une démarche progressive de reporting extra financier, portant sur les considérations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Il est basé sur le standard Global Reporting Initiative(GRI), les recommandations de la WFE (World Federation of Exchanges), les 17 Objectifs de développement durable (ODD) adoptés aux Nations unies et sa déclinaison au niveau national « le référentiel National de la Gouvernance » (RNG).


Répondre
Posté le 29/05/2022 09:28:35

@farhoud : Concernant les normes ESG le processus sur la place est déjà enclenché que cela soit dans le subconscient des intervenants sur la BVMT (professionnels et particuliers) qui donnent un certain degré de confiance dans telle société plutôt qu’une autre que cela soit par la compétence du management , la régularité du sérieux des publications , l’ouverture à l’échange avec les petits porteurs lors des AGO , les politiques RSE indiquées dans les communications financières ou trimestrielles et j’en passe.


Répondre
Posté le 29/05/2022 09:25:20

@farhoud : Bonjour concernant ta démarche de lire ma première phrase et ma dernière phrase lors de la publication de mes posts c’est bien dommage car j’essaie d’apporter de la valeur en énonçant le maximum de concepts et de références ainsi comprendre vaguement ce que j’écris me chagrine un peu 🤣 pour ne rien te cacher effectivement j’écris à titre personnel un ouvrage que j’intitule « les lois dû palpable » mais ce n’est pas basé sur la bourse il s’agit plutôt de mon interprétation du comportement des agents économiques dans le contexte tunisien en fonction des cycles qu’ils traversent (une synthèse personnelle entre mon expérience de vie et mon expérience professionnelle) comme d’habitude il s’agit d’une passion car je pense que ce n’est pas passer inaperçu : j’aime écrire 😎


Répondre
Posté le 28/05/2022 18:38:37

Premier objectif 17 dt

Même principe que Monoprix : réévaluation de l’actif


Répondre
Posté le 28/05/2022 17:56:23

@Khalil, pour etre honnete, je lis la1ere et la derniere phrase de tes post -) j'espère que tu finiras par nous ecrire un livre -) sur nos discusdions-) j'espère aussi que tu finiras ton livre avant qu un des états financiers Tunisien inclue un paragraphe sur l'ESG, je n espere rien pour l'empreinte carbone, entouca pas avant que carrefour/ auchamps soit a empreinte négative en France, et que par ricochet, mg ou carrefour tunisie, soit à empreinte nulle ou neutre en Tunisie -)etlà ils bont communiquer sur ça en Tunisie, c'est sûr, -)


Répondre
Posté le 28/05/2022 11:53:17

@fonfon : voilà tu as mon opinion et ma vision sur ce secteur à MLT , celle de Kais concernant les fondamentaux ainsi que celle de Farhoud à ce sujet ainsi il ne te manque plus que l’analyse technique de Elinoja pour dresser ton plan d’action sur ce titre. Compte tenu de l’enjeu pour tes finances sur tes placements boursiers permet moi de te souhaiter bonne chance et en arrivant à un certain confort de vie sache que l’étape qui vient ensuite est celle d’améliorer l’environnement direct en intégrant dans tes placements certains facteurs qualitatifs (voir les fameux ESG : Dans un cadre traditionnel, on évalue les entreprises en fonction de leur rentabilité. Les fonds qui intègrent les facteurs ESG dans leur processus de placement évaluent également les entreprises en fonction d’éléments tels que :


la gestion de l’empreinte carbone;

l’action sociale (normes du travail, égalité des sexes); et

la qualité de la direction de l’entreprise.)

Plus de précisions en consulter le lien :

https://www.sunlife.ca/fr/tools-and-resources/money-and-finances/investing-basics/les-facteurs-esg-cest-quoi-est-ce-que-cest-utile-pour-un-portefeuille/


En tout cas sur ce titre bientôt on aura fait le tour ainsi les différents intervenants intéressés ont à leur disposition plus d’éléments d’appréciation et pour ça nous avons contribué à rendre la place plus efficiente en diminuant l’incertitude : Bravo à tous 👏


Répondre
Posté le 28/05/2022 10:40:28

La prochaine tendance à venir sur ce secteur c’est la deconsomation : La déconsommation est un concept décrivant une diminution du consumérisme.


La déconsommation est une évolution comportementale des consommateurs dans un contexte de raréfaction des ressources, de pollution, et de décroissance perçue ou souhaitée. Elle concerne en particulier les aliments industriels et aliments ultra-transformés, l'eau potable, les biens de consommation, les services et soins de santé ou médicaments, et l'énergie produite par des Ressources naturelles non renouvelables.


L'idée de déconsommation semble encouragée par le constat d'épuisement de raréfaction de nombreuses Ressources naturelles non renouvelables, et elle est déjà acceptée ou souhaitée par un nombre croissant de gouvernements et de tendances politiques au moins pour deux domaines, y compris pour des raisons économiques :


celui de l'eau (qu'on encourage à économiser ou au moins à moins gaspiller) ;

celui de la consommation d'énergie et des émissions de gaz à effet de serre ; 2050 est la date butoir retenue par la France pour le facteur 4.

En France, la consommation des ménages baisse en 2016 de 0,1% et au premier semestre 2017 de 0,3%, pour la première fois dans un contexte économique positif, signe selon Gaëlle Le Floch d'un « mouvement de fond »


Répondre
Posté le 28/05/2022 09:31:28

@Farhoud : oui c’est déjà le cas me concernant je fais exclusivement mes courses dans les commerces de proximité et je suis pour une refonte totale de ce secteur @fonfon : tu as raison concernant le fait que pour moi la bourse est secondaire et oui plus ton niveau de vie augmente et plus tu cherches à donner du sens à tes investissements ; il est vrai que certains vivent de la bourse (gagne pain) mais tout ce qui brille n’est pas de l’or concernant ce secteur voilà ce qu’il en est : La grande distribution naît en réponse à l'évolution de la consommation durant le XXème siècle. Les premières enseignes proposant de la vente en libre-service voient le jour à New York en 1930. Le modèle de vente en libre-service qui rend possible la vente au détail et donc la création des supermarchés arrive en Europe après la Seconde guerre mondiale, en 1948 à Paris et Londres, en 1951 en Suisse et en 1957 à Bruxelles.

Modèle économique de la grande distribution :


Traits caractéristiques

Produits d'appel : « faire un îlot de perte dans un océan de profit » (Bernardo Trujillo)

Forte rotation de produits à faible marge

Besoin en fonds de roulement négatif autorisant le placement d'une trésorerie structurellement excédentaire

Recours aux marques de distributeur (ou MDD)

Négociation serrée avec les fournisseurs, conduite par les centrales d'achat, en matière de référencement, de tarifs, promotions, remises, ristournes et autres accords de coopération

Marges dégagées dans les rayons alimentaires :

Le deuxième rapport de l'Observatoire des prix et des marges décortique précisément la formation des prix dans les cinq rayons alimentaires (boucherie, charcuterie, volaille, produits laitiers et fruits et légumes frais) en distinguant les marges brutes et nettes réalisées, ce qui permet de connaître non seulement la différence entre prix d'achat et prix de vente, mais aussi quels sont les coûts des enseignes (salaires, frais de centrale, loyers, etc.).


Les résultats sont variables d'un rayon à l'autre. Sur 100 euros de chiffre d'affaires, la distribution reverse à ses fournisseurs entre 69,40 euros (pour la charcuterie) et 76,60 euros (pour les produits laitiers). Soit une marge brute comprise entre 23,40 et 30,60 euros. Avec cette somme, les hypers et supers payent leur personnel (4 à 10,40 euros selon le service rendu : service à la coupe ou libre service) et toutes autres charges. Au bout du compte, la marge nette moyenne est de 1,90 euro. Négative pour la boucherie (-1,90 euro), légèrement positive (+0,60 euro) pour les fruits et légumes et (+1,90 euro) pour les produits laitiers, et beaucoup plus confortable pour les rayons charcuterie (5,10 euros) et volaille (5,90 euros).


Le rapport — malgré un effort de transparence évident — comporte cependant au moins deux biais importants : d'une part, la méthode de répartition des frais utilisée par les enseignes n'est pas connue, d'autre part l'étude porte non sur des produits ou familles de produits, mais sur des rayons entiers.

Position dominante de la grande distribution :

Pour de nombreux articles et plus particulièrement dans le secteur alimentaire, la grande surface exerce une position dominante par rapport aux filières d’approvisionnement. Lorsqu'un nombre restreint d’entreprises constitue le principal débouché de la plus grande partie de ces filières, la forte concentration de la distribution renforce cette domination (surtout dans les pays développés, et de manière croissante dans les pays en développement).


À l'inverse, les petits producteurs et paysans sont très nombreux et souvent victimes de la surproduction. Pour écouler leurs stocks, ces petits producteurs sont souvent contraints de se plier aux exigences de la grande distribution ou des industriels de la transformation.


N'étant plus maître de leur produit, dont le prix de vente et la quantité à produire sont dictés par la grande distribution, certains producteurs se tournent vers des alternatives tel que les circuits courts.


La grande distribution a aussi des répercussions sur le mode de vie. « le Caddie en Or Massif » illustre bien les effets pervers de la grande distribution sur les comportements du consommateur


Répondre
Posté le 28/05/2022 09:14:40

@Khalil grande distribution est par nature de leur fonctionnement reflette une economie non sociétale, si tu prones une approche economique sociétale, va faire tes courses dans les épiciers et les points de vente direct producteur, @fonfon ce sont des valeurs manipulables et manipulé @Kais la revalorisation d'immeuble est tellement complexe ds la LF , que pour pouvoir le faire les experts comptables mettront 2 ans pour se mettre d'accord sur des notes explicatives communes tu les verras probablement ds les EF de 2023 (avec l'IFRS)


Répondre
Posté le 28/05/2022 00:37:21

@Kais merci pour ta réponse. Tu as jette un coup d'oeil sur la réserve concernant le Goodwil le montant est important ça pourrait diminuer les réserves ? Et est ce que ces réserves peuvent absorber les résultats antérieurs négatifs que MG traîne depuis 2 ans


@khalil tergeviser sur l importance que le secteur de la grande distribution doit être ou pas dans la bourse c'est ton droit moi je pense que toute SA doit être en bourse indépendamment de son secteur d'activité. Maintenant laquelle encouragé ou ou investir c'est une autre paire de manche. Toi tu travailles à la BT donc la bourse pour toi c'est secondaire je suppose que tu tu as un salaire décent. Pour moi la bourse est mon gagne pain donc je n'encourage pas les sociétés ( je suis pas encore au stade de l aisance relative pour le faire )mais je cherche les actions qui ont du potentiel sur le court et moyen terme. Le long terme ne permet pas d avoir pitance à court terme. Je respecte tes choix et ta vision mais tu dois comprendre que les objectifs de chacun ne sont pas universelles mais personnelles en fonction de ses attentes dictees par sa situation sociale et economique.

Les fondamentaux de ce titre sont à mon sens prometteur à moyen terme . J attends encore de voir l'analyse technique de Eli vu que je suis encore entrain d'apprendre cet aspect. Mais je compte d ores et déjà prendre position sur ce titre vu que les fondamentaux le RsI les moyennes mobiles sont favorables. Juste j'attends Eli pour connaître les niveaux de résistance et le Fibo


Répondre
Posté le 27/05/2022 23:06:13

Pour moi ça bloque sur la première porte : l’utilité sociale et bon si après le titre est sous valorisé par rapport à sa valeur intrinsèque ce qui reste ce sont les fondamentaux : baisse du pouvoir d’achat , baisse de la fréquence d’achat et du panier moyen , baisse du résultat d’exploitation à cause de la progression des matières premières donc du coût de revient pour le producteur et puis pour couronner le tout depuis l’instauration de la taxe de 0,1 dt il y a clairement l’ombre de l’état derrière cette activité : le privé c’est le privé , le public c’est le public.


Répondre
Posté le 27/05/2022 23:03:46

Que va produire cette société au final franchement ? Quelle est votre vision du devenir de magasin général ou de Monoprix ? De ma façon de voir les choses il y a deux utilites pour la société : 1/ cela permet d’avoir les produits du quotidien regrouper dans un espace sur lesquels sont ajoutés des marges simplement pour avoir pris les produits et les avoir entreprises soit en stock soit en rayon 2/ à chaque course le citoyen paie la fameuse taxe de l’état de 0,1 dt puis passe devant des stands de programme de fidélité et d’autres magasins de proximité intégrés dans l’espace (magasin de vêtements , sélectionnés ménagers , des fleuristes parfois etc…) donc dans cet espace ce qu’il y a ce sont des loyers commerciaux qui s’ajoutent à l’activité de distribution


Répondre
Posté le 27/05/2022 22:59:28

Pour moi ils ne sont pas utiles à la société dans leur forme actuelle c’est exactement ce que je veux dire et non le rapport avec la bourse (lever des capitaux auprès du marché public) donc pour aller à l’extrémité de mon raisonnement cela devrait être des services publics dans la vision des choses. Donc bien au contraire je ne travaille pas pour eux (dans la vie je suis banquier donc je travaille pour la banque qui est là BT et j’en suis fier) mais j’espère qu’ils seront intégrés en tant que services publics ou qu’ils évolueront à la Amazone en ne faisant que le lien direct entre le producteur et le consommateur. J’espère que tu m’as compris Farhoud


Répondre
Posté le 27/05/2022 22:57:58

@ fonfon : La loi permettant la réévaluation des immeubles a été promulguée pour permettre aux sociétés de mieux présenter leur actifs et de dégager une réserve de réévaluation qui permet éventuellement d'améliorer leurs fonds propres, et de leur éviter dans certains cas de recourir à des augmentations de capital.

Je trouve que toutes les sociétés devraient profiter de cette opportunité, qui leur est donnée à partir des bilans 2021.

Pour revenir à MG, elle a un patrimoine immobilier très important et très sous évalué, ça réévaluation permettra de dégager de très importantes réserves, mais ces réserves ne pourront ni être distribuées, ni être intégrées au capital et être distribuées en tant qu'action gratuite.

Je pensais que la baisse était pour faire passer des transactions en bloc, les Bayahi sont champions à ce jeu, ils l'avaient fait avec TPR, Sotuver, leur holding CFI ayant vendu des blocs importants à leur assurance Loyd, mais pour MG en fin de compte je n'ai pas vu de vente de gros paquets.

Je pense qu'avec l'inflation même les plus grandes sociétés de distribution commencent à dévisser en bourse un peu partout dans le monde, mais malgré cela je trouve que MG pourrait rapidement reprendre un cours entre 20 et 25 dinars.

Les 35 dinars d'il y'a quelques années sont inaccessibles pour le moment



Répondre
Posté le 27/05/2022 22:54:42

khalil je n'ai pas qu il nétait pas utile, j'ai dit qu on en a pas besoin à la bvmt, avec la liquidité dont il dispose et l'accès qu'il offre au client final pour leur propriétaire, ils n'ont pas besoin de la bourse et la bourse n'apas besoin d'eux, et franchement ils sont peu liquide, à moins que tu travailles pour le compte de l'un d'eux ? -)


Répondre
Posté le 27/05/2022 22:47:07

Voilà moi je vois la chose avec des marges beaucoup plus réduites et essentiellement de la logistique le reste devrait revenir aux producteurs qui pourront améliorer leurs produits et aux consommateurs qui ont besoin de préserver leur pouvoir d’achat voir de l’améliorer car la consommation courante de qualité est nécessaire pour une bonne qualité de vie.


Répondre
Posté le 27/05/2022 22:45:16

Et du vrai emploi : des cadres , des managers etc… pas des caissières sous payées (ce qui pour moi ne convient pas à une vie décente) dans le seul but de staffer des hypermarchés


Répondre

Retour au forum MAGASIN GENERAL