bourse tunis

Wall Street : La startup africaine Jumia au coeur d'un scandale financier

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis ouvre dans 12h28min

Introduite en grande pompe le 12 avril dernier à la Bourse de New York, la compagnie africaine Jumia a été accusée de fraudes par le cabinet Citron Research. Des accusations qui ont coupé court à l'euphorie autour de cette IPO, la première du genre pour un opérateur africain à Wall Street.

Introduite à 14,5 dollars le 12 avril 2019, le cours de l'action Jumia a atteint un pic de 46,99 dollars le premier mai, avant d'entamer une chute libre de 54%, pour se situer hier lundi 13 mai à 21,25 dollars. Cette dégringolade est due à des accusations de fraude émises par le cabinet Citron Research le 9 mai qui affirme détenir un document confidentiel qui a été présenté par Jumia en octobre 2018 à ses investisseurs pour tenter de faire une levée privée avant de solliciter le marché américain.

La plateforme web qui suit les valeurs cotées sur les marchés internationaux depuis 18 ans affirme qu' « elle n'a jamais vu une fraude aussi évidente que Jumia". Et d'ajouter dans son papier "Que faites-vous lorsque vous êtes au bord de la faillite, que vos principaux actionnaires ne vous financent plus et que votre plus proche concurrent vient d'être vendu à une évaluation astronomique ? Vous gonflez les chiffres et espérez pouvoir céder des actions à des investisseurs américains".

Le cabinet de recherche affirme ainsi que les chiffres présentés par Jumia aux investisseurs 6 mois avant son IPO sont totalement différents de ceux fournis au niveau du formulaire délivré aux autorités américaines à savoir la Securities & Exchange Commission, l'organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers.

"Jumia a gonflé de 20 à 30% le nombre de ses consommateurs et commerçants actifs", souligne Citron Research qui ajoutera que l'information la plus troublante que Jumia a retiré de son dossier est que 41% des commandes avaient été retournées, non livrées ou annulées. "Cette information avait été divulguée dans la présentation confidentielle pour les investisseurs en octobre 2018. C'est une manière de gonfler les revenus et son potentiel de génération de cash", précise le cabinet.

La réponse de Citigroup

La banque d'affaires de Jumia, Citigroup, a publié le 10 mai une Note de Recherche dans laquelle la banque qualifie les accusations de Citron Research de manipulation tout en indiquant qu'il est difficile d'évaluer l'affirmation de Citron Research étant donné que le document dont il parle n'a pas été rendu public.

Concernant le pourcentage élevé des marchandises retournées, Citigroup affirme que cela ne devrait pas surprendre les investisseurs de Jumia. Toutefois, la banque affirme ne pas être au courant du taux de 41% avancé par Citron.

Résultats financiers exceptionnels au premier trimestre 2019

Jumia a présenté hier lundi 13 mai 2019 ses résultats financiers non audités relatifs au premier trimestre de l'année en cours. La compagnie basée au Nigéria fait état d'une progression de 58% de son volume brut de marchandises vendues par rapport au premier trimestre 2018. Cette forte croissance a mené à une augmentation de 102 % des revenus tirés de l'activité de marketplace (plateforme de mise en relation entre clients et vendeurs).

Cependant, le groupe annonce des pertes de 45,8 millions de dollars à fin mars 2019, contre un déficit de 34,1 millions à la même date de l'année précédente. Depuis sa création en 2012, Jumia affiche au 31 décembre 2018 des pertes cumulées d'environ un milliard de dollars, dont 195,2 millions en 2018.

O.E.O

Publié le 14/05/2019 10:19:58

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.