se connecter recherche

Tunisie : Le déficit énergétique frôle les 5 milliards de dinars, un gouffre insoutenable

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis ferme dans 2h8min

Les chiffres sont suffisamment éloquents : le déficit de la balance énergétique s’est creusé de 820 millions de dinars pour le seul mois de septembre. Il a atteint 4,7 milliards de dinars sur les neuf premiers mois de l’année contre 2,7 milliards durant la même période en 2017, soit une aggravation de 74%, représentant ainsi 33% du total du déficit commercial de notre pays.

De toute évidence, c’est à l’aune des cours mondiaux que ce déséquilibre est jugé. Le pétrole Brent a réussi à franchir début octobre la barre des 86 dollars le baril pour la première fois depuis le 3 novembre 2014. Un accroissement qui aura des répercussions négatives sur le budget de l’Etat 2018, dans la mesure où le gouvernement a fixé le prix de Brent à 54 dollars/ baril.

Le poids du déficit devient insoutenable

Si au cours des années soixante-dix, quatre-vingt et même quatre-vingt-dix, la Tunisie était considérée comme un pays exportateur de pétrole et de gaz, elle est devenue importatrice à partir des années 2000. La principale raison de ce revirement est l’accroissement de la demande et la baisse conjointe de la production énergétique.

En effet, la balance énergétique est devenue déficitaire en 2001. Le déficit s’est creusé depuis, pour passer de 356 Ktep (tonne équivalent pétrole) en 2001, à 600 Ktep en 2010, puis à 3,7 Mtep en 2016. Entre 2001 et 2010, le déficit énergétique a progressé au taux annuel moyen de 5,8%.

Les difficultés persistent encore au niveau du secteur énergétique. C’est la Banque Centrale de Tunisie (BCT) qui l’annonce. La valeur ajoutée de la branche « Extraction de pétrole et gaz » a baissé de 5,8% au deuxième trimestre 2018 après -1,9% au premier trimestre, contribuant ainsi à raison de -0,2 point de pourcentage à la croissance globale trimestrielle.

Force est de constater que les dépenses énergétiques ne cessent de croître représentant un poids qui devient insoutenable pour l’économie tunisienne. Ce constat met en évidence la nécessité de transformer le système énergétique tunisien sur la base de deux actions prioritaires : le renforcement de l’efficacité énergétique et le recours aux énergies renouvelables.

Omar El Oudi

Publié le 09/10/18 19:55

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.