se connecter recherche

Tunisie - Rapport de Davos : Ce classement qui fait rougir

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis ouvre dans 59h58min

Alors qu’en 2012 la Tunisie a été écartée du classement de la compétitivité mondiale, elle ne cesse, depuis 2013, de perdre sensiblement des places dans le Rapport annuel de Davos. Les résultats du classement 2015-2016, qui vient d’être publié, suscitent davantage d’attention puisque la Tunisie enregistre un net recul de son positionnement, comparativement à l’année précédente, passant ainsi de la 87ème place à la 92ème place avec un indice global de compétitivité de 3.93.

Ces résultats placent la Tunisie comme dixième économie arabe et huitième africaine.

"En 4 ans, la Tunisie a perdu 52 places passant du 40e au 92e rang mondial. Un classement qui fait rougir", a déclaré l'expert comptable et porte-parole de l'Institut arabe des chefs d'entreprises (IACE), Fayçal Derbel, lors de la conférence de presse qui s'est tenue mercredi 30 septembre au siège de l'institut à l’occasion de la publication du Rapport Annuel de Davos. "Ce classement vivement attendu et appréhendé reflète les réalités d'un climat de crise économique frappant la scène nationale", ajoute M. Derbel qui a tenu à affirmer que cette dégringolade est le résultat de la non-prise en considération des recommandations du précédent rapport.

Principaux facteurs de dégradation

Considérant distinctement les piliers évaluant la compétitivité, la Tunisie justifie ce classement principalement par les piliers dits "moteurs de développement" composés par l’enseignement supérieur et la formation (76e), l’efficience du marché des biens (118e), l’efficience du marché de travail (133), la sophistication du marché financier (118e).

L’aptitude technologique et la taille du marché faisant passer la Tunisie de la 94ème à la 98ème place. Quant à l’innovation et la sophistication des affaires, elles font perdre à la Tunisie 17 places, passant de la 93ème à la 110ème position.

Par ailleurs, sur 140 pays, la Tunisie se classe 125e au niveau de la qualité des relations sociales, 121e pour la flexibilité dans la détermination des salaires, 119e au niveau de la rigidité en matière de recrutement et licenciement.

Pour ce qui est terrorisme et crimes, la Tunisie est classée 128e au niveau du coût du terrorisme sur les affaires et 101e au niveau du coût des crimes et violences sur les affaires.

S'agissant du système bancaire et financier, les résultats font froid dans le dos. Ainsi, la Tunisie se positionne à la 133e place sur 140 pays en matière de solidité des banques, 121e pour la disponibilité des services financiers, 120e au niveau de l'épargne nationale, et 106e au niveau de la garantie des emprunteurs.

En outre, la Tunisie prend la 92e position en matière de paiements illégaux et pots de vin, la 126e place au niveau du poids des procédures douanières, et le 104e rang pour ce qui est de l'efficacité des organes de gestion.

Publié le 01/10/15 11:10

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.