ilboursa arabic version ilboursa

Tunisair : Un énième rapport accablant des commissaires aux comptes

ISIN : TN0001200401 - Ticker : TAIR
La bourse de Tunis Ouvre dans 18h32min

Comme à son accoutumé, le rapport des commissaires aux comptes sur les états financiers 2014 de la compagnie aérienne nationale Tunisair fait état de nombreuses anomalies. Des irrégularités qui mettent en cause la responsabilité personnelle des dirigeants qui se sont succédés à la tête de Tunisair. 

La Compagnie subit ainsi les résultats naturels de l'absence d'un système de contrôle efficace. Une situation qui a conduit à la persistance des comptes comptables débiteurs et créditeurs non justifiés de soldes respectifs de 55,3 et 39,3 millions de dinars.

En outre, révèle le rapport, l'examen de la rubrique "Clients & Comptes Rattachés" de la société  a permis de dégager à la clôture de l'exercice 2014, des comptes clients débiteurs et créditeurs non justifiés dont le solde global s'élève respectivement à 5,8 et 8,9 millions de dinars. Par ailleurs, d'autres soldes clients totalement provisionnés pour un montant de 29 millions de dinars demeurent non apurés et non justifiés, et ce malgré la réalisation d'une mission d'apurement de ces comptes par un cabinet d'études externe.

Il ressort également du rapport que certaines sociétés du Groupe Tunisair n'ont pas finalisé les travaux d'inventaire des immobilisations corporelles, autres que le matériel avionique, par l'élaboration d'un rapport d'inventaire et la réalisation d'un rapprochement avec les données comptables.

D'autre part, des écarts injustifiés ont été constatés au niveau de certains rapports d'inventaires tels que :

- TUNISAIR TECHNICS n'a pas pu identifier et rapprocher avec les données comptables la somme de 2.867 articles révisables et 598 biens administratifs.

- Un écart injustifié de 6,794 millions de dinars entre le solde comptable des pièces révisables de la société TUNISAIR EXPRESS, pour une valeur brute de 12,370 millions de dinars et le solde reconstitué à partir des factures disponibles qui s'élève à 5,576 millions de dinars.

"Cette situation est contraire aux dispositions légales prévues par la loi relative au système comptable des entreprises", rappellent les commissaires aux comptes.

Par ailleurs, le rapport souligne que certains comptes bancaires locaux ne sont pas appuyés par des pièces justificatives probantes telles que les relevés bancaires et les attestations de clôture. Par ailleurs, l'analyse des états de rapprochements bancaires arrêtés au 31 décembre 2014 a permis de constater la persistance de plusieurs suspens comptables et bancaires détaillés comme suit :

- Mouvements, "débit" et "crédit" comptabilisés, non encore rapprochés aux relevés bancaires s'élevant respectivement à 6,4 et 8,4 millions de dinars.

- Mouvements bancaires, "débit" et "crédit" portés sur relevés bancaires non encore comptabilisés s'élevant respectivement à 14,5 et 7,9 millions de dinars.

O.E.O

Publié le 13/04/16 11:29

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

Y4HMeRNeiiNVbJGegpcwIX5kWocaWUQZzNc35lB2Yy4 False