arabic version ilboursa
bourse tunis

Quelle place pour les femmes dans les fonctions dirigeantes des sociétés cotées ?

Rien n'interdit à une femme d'être PDG. Et pourtant, les fonctions dirigeantes restent l'apanage des hommes, en Tunisie. Il est question d'une tendance mondiale qui impose un plafond de verre pour les femmes, matérialisant un des aspects les plus visibles des inégalités professionnelles. Le Forum économique mondial évalue la part des femmes dans les postes de Managers senior à 36% à l'échelle internationale.

Les entreprises tunisiennes évaluent-elles les femmes pour leur genre ?

Les postes de direction sont encore mollement féminisés. En effet, parmi les 80 sociétés cotées à la Bourse de Tunis, seulement quatre femmes si hissent à la tête de la direction générale. Il s'agit de Najet Chabchoub, DG de BH Leasing, Jalila Mezni, PDG de la Société d'Articles Hygiénique (SAH), Lamia Ben Mahmoud, DG de Tunis Re, Dalila Koubaa Bader, DG de BH Assurance.

De même, quatre femmes réussissent à présider les Conseils d'Administration des sociétés cotées à la Bourse de Tunis. Actrice majeure de l'économie tunisienne, Amel Bouchamaoui préside le Conseil de City Cars, concessionnaire de la marque KIA en Tunisie. Amel Medini, préside le Conseil de la BH Bank tandis que Najia Gharbi préside celui de la STB. Au final, on trouve la jordanienne Randa Sadik à la tête du Conseil d'administration de l'ATB

Performance tunisienne à l'échelle africaine

Au niveau de l'évaluation du cadre réglementaire de la participation économique des femmes de 190 États, la Côte d'Ivoire occupe le premier rang à l'échelle africaine. L'étude réalisée par la Banque mondiale, et publiée en janvier 2020, attribue au pays la 62e place dans le classement général. Le Burkina Faso est deuxième en accédant à la 88e position. Il dépasse la République Démocratique du Congo (RDC), classée 92e.

A la quatrième place, le Maroc (97e) dépasse amplement la Tunisie (133e). Le Sénégal (145e)est sixième dans le panorama africain. L'Algérie (161e) et le Gabon arrivent ex-æquo à la 161e place dans la nomenclature générale. Le Cameroun (162e) et le Congo (174e) ferment la marche du Top 10 continental.

Les bons élèves de la parité femme-homme

Dans le monde, le média britannique, The Economist, publie chaque année à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes un indice nommé " Glass-ceiling ". Il s'agit d'un classement de 29 pays de l'Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE).

L'indice attribue les scores en fonction des aides fournies aux femmes pour terminer leurs études universitaires, de l'accès à l'emploi et aux postes de direction, mais aussi en tenant compte des systèmes de congé parental ainsi que de la qualité et des horaires de travail flexibles. Cette année, la Suède est en pole position, suivie de l'Islande (2e) et de la Finlande (3e). La Norvège est en quatrième position et dépasse la France (5e).

Myriam Ben Yahia 

Publié le 08/03/2021 15:00:54

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.