bourse tunis

Présidence de la CAF : Tarek Bouchamaoui, l’espoir pour la Tunisie de rayonner à l’échelle continentale

Le poste de président de la Confédération Africaine de Football (CAF) ne laisse personne indifférent. Son importance stratégique pour la Tunisie est de taille. Il suffit de lire la Une des journaux africains et de regarder les plateaux télé pour s'en convaincre.

Le Tunisien Tarek Bouchamaoui, membre du Comité exécutif de la CAF et du Conseil de la FIFA, semble être le seul candidat à rendre la course à la présidence plus compliquée pour le président sortant, le Malgache Ahmad Ahmad, empêtré dans de nombreuses affaires financières. Connu pour son amour pour le football, sa transparence et son honnêteté, Tarak Bouchamaoui est, en effet, le seul candidat capable de redonner à la CAF ses lettres de noblesse et de mettre fin à l'hégémonie de Ahmad Ahmad.

Très confiant, Tarak Bouchamaoui a affirmé que sa candidature est crédible et a des chances d'aboutir. " Je connais parfaitement les rouages de la CAF à laquelle j'exerce depuis 2002. Il est temps qu'un Tunisien brigue ce poste de président de la CAF, non pour défendre les intérêts du football tunisien, mais de tout le football africain ", a-t-il lancé.

Soutenir la candidature de Tarek Bouchamaoui à la présidence de la CAF semble être une opportunité pour la Tunisie de relancer sa politique continentale. Notre pays peine à aller au-delà de ses frontières depuis plusieurs années et ce, à la fois en matière d'actions diplomatiques d'envergure et au niveau économique. D'ailleurs, pour plusieurs pays, la diplomatie sportive constitue un outil de leur rayonnement continental et international, de leur compétitivité et de leur attractivité pour les grands événements sportifs.

L'opportunité qui nous est offerte de voir un Tunisien à la tête de la CAF jouera incontestablement en faveur aussi bien de notre politique étrangère que de notre diplomatie économique. Et certaines affaires, comme le dossier EST-WAC, mais aussi des litiges du Club Africain à la FIFA, témoignent de la capacité dont jouit Tarek Bouchamaoui de défendre les intérêts des clubs tunisiens. Le poste de président de la CAF aura ainsi des effets positifs sur l'image de la Tunisie qui reste à la peine en Afrique.

Il va sans dire que depuis des années, la diplomatie tunisienne est quasiment absente sur le continent et devient ainsi à la traîne sur le terrain de la politique étrangère et par conséquent sur le volet économique avec des échanges commerciaux très faibles avec les pays de l'Afrique subsaharienne d'à peine 2,3% du commerce extérieur total de la Tunisie en 2019.

Tarek Bouchamaoui a, par ailleurs, préparé un programme très courageux et ambitieux pour la CAF. Parmi les points de ce programme, la révision du modèle économique de la CAF, la modernisation de son administration, le soutien des fédérations pour développer les infrastructures et améliorer les compétitions.

Omar El Oudi

Publié le 19/10/2020 17:57:24

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.