bourse tunis

Planificateur, stratège, exécutif ... Comment contrôler sa charge ''mentale'' ?

Être visionnaire, anticiper le futur, calculer, établir des stratégies, des tactiques… être tourné vers le futur, pour contrôler, dès aujourd'hui, ce qui vas nous arriver, ce que nous comptons faire, ce qui va remplir notre to-do-list. 

Notamment, la charge mentale, s'alourdit lorsqu'elle couvre les différents domaines de vie. La vie professionnelle, personnelle (ce que vous faites pour vous et seulement pour vous), la vie familiale, dont se distingue la vie de couple, la vie sociale et aussi la vie spirituelle. C'est ici que vos “oiseaux chuchoteurs “ commencent à s'agiter de de vous sussurer des “Il faut que tu … “, “Tu devrais … “, “Il faudrait que …” … et vous sentez la chape de plomb s'alourdir au dessus de votre tête… je dis bien votre tête, car c'est là que tout se passe. 

“Devoir toujours penser à tout”, vous êtes-vous déjà dit cela? … Félicitations, vous vous mettez la pression… heu, la charge ! D'où vient donc cette “charge”, est-elle héritée? Est elle une habitude? Un mode de fonctionnement.

Nous sommes donc à la fois un “planificateur”, un “ stratège” et aussi celui qui “exécute” , une entreprise à vous tout seul(s) ! Comment survivre à tous ces rôles… vu comme cela ça a l'air plutôt simple… 

Comment décider de “J'arrête de tout faire seul(e)”, sans créer de conflits avec qui que ce soit? … là ça se complique ! Comment faire passer la pilule à nos conjoints, enfants, parents, collaborateurs, associés, amis? Sans conséquences désastreuses ? Voici quelques astuces testées et approuvées: 

1- La première technique est d'oser dire NON aux autres! 

Et enfin arrêter de se dire NON à soi : “Non, ça ne se fait pas”, “Non, il faut que tu fasses plaisir”, “Non, pour lui/elle tu peux faire un effort”... 

2- Remplacer la to_do_list par la did_list

Plutôt que de compter sans arrêt ce qui nous reste à faire et à allonger la liste, comme une autoroute sans fin qui est stressante et anxiogène, comptons ce qu'on a fait de bien… et tant mieux si la liste s'allonge, ça booste notre estime de soi. 

3- Utiliser la Communication Non Violente© pour faire des demandes 

Cette méthode nous apprend que derrière toute émotion négative (peur, colère, tristesse) se cache un besoin insatisfait. 

Prenons le temps de se connecter à soi pour l'identifier très précisément. Ensuite, il est recommandé d'exprimer son ressenti, son besoin et de faire une demande à l'autre en commencer par “Quand j'observe que… je me sens… et est-ce-possible pour toi de…?” 

PS: évitons le “tu” accusateur, privilégions le “je” responsable. 

4- Apprendre quelques techniques de productivité et de planification simples à mettre en pratique

  • La gestion du temps 
  • La gestion des priorités
  • L'optimisation des capacités, pour bien utiliser son énergie. 

Bien entendu, un travail d'accompagnement permettrait d'identifier les croyances qui guident nos comportements vers le “soit parfait”, le “fais plaisir” ou encore le “fait un effort. 

Des “drivers” qui nous permettent d'avancer, d'être aimé, accepté pendant un bout de chemin avant de devenir des “auto-saboteurs” qui nous font souffrir. La bonne nouvelle, c'est que nous pouvons inverser la tendance en changeant nos habitudes en douceur. 

Juste le temps de retrouver notre vitesse de croisière et de nouveau apprécier son quotidien en  investissant équitablement dans tous nos domaines de vie dans le seul objectif de trouver un équilibre et pourquoi pas de l'harmonie. Si ce n'est pas cela le bonheur ?

Par Zhaira Bennani

Coach-formatrice en développement du potentiel humain, consultante en communication et en image @well'com.

Publié le 12/10/2019 09:00:27

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.