arabic version ilboursa
bourse tunis

Oxfam : Il faudra plus de 10 ans aux plus pauvres pour se relever des impacts économiques de la pandémie

Les ultra-riches ont récupéré les pertes dues à la crise en un temps record alors que des milliards de personnes vivront en situation de pauvreté pour la prochaine décennie. C'est ce qui ressort du nouveau rapport d'Oxfam. 

En neuf mois seulement, les 1.000 personnes les plus riches au monde sont déjà parvenues à compenser les pertes qu'elles avaient subies du fait de la crise causée par la COVID-19. En parallèle, il faudra plus de dix ans aux personnes les plus pauvres pour se relever des impacts économiques de la pandémie, selon le nouveau rapport d'Oxfam "Le virus des inégalités" publié le jour de l'ouverture des " Dialogues de Davos " organisés par le Forum économique mondial.

Ce rapport montre que la COVID-19 pourrait accroître les inégalités économiques simultanément dans la quasi-totalité des pays du monde, une première depuis que ce type de données a commencé à être enregistré, il y a plus d'un siècle. À l'échelle mondiale, il pourrait falloir au moins 14 fois plus de temps à l'humanité pour que le nombre de personnes vivant dans la pauvreté retrouve le niveau enregistré avant la pandémie qu'il a fallu aux 1 000 milliardaires les plus riches, dont la plupart sont des hommes blancs, pour récupérer la fortune qu'ils avaient perdue.

Une nouvelle enquête d'Oxfam menée auprès de 295 économistes dans 79 pays révèle que 87 % des personnes interrogées, dont Jeffrey Sachs, Jayati Ghosh et Gabriel Zucman, s'attendent à ce que les inégalités de revenus dans leur pays s'intensifient ou s'intensifient fortement du fait de la pandémie.

Le rapport d'Oxfam montre comment notre système économique biaisé permet à une élite d'ultra-riches d'amasser des richesses considérables pendant la récession la plus dramatique que nous ayons connue depuis la Grande Dépression, alors que des milliards de personnes ont du mal à joindre les deux bouts. Il met en lumière l'effet néfaste de la pandémie sur les inégalités économiques, raciales et de genre ancrées depuis longtemps dans nos sociétés.

Pour les plus riches, la récession est terminée

Les dix hommes les plus riches du monde ont vu leur fortune totale augmenter de plus de 500 milliards de dollars depuis le début de la pandémie, une somme qui serait amplement suffisante pour financer le vaccin contre la COVID-19 pour toutes et tous et éviter que quiconque ne sombre dans la pauvreté à cause de la pandémie. Au même moment, la pandémie a entraîné la crise de l'emploi la plus grave depuis plus de 90 ans, des centaines de millions de personnes étant désormais au chômage ou occupant des emplois précaires.

Une fois de plus, les femmes sont les plus durement touchées

Dans le monde, les femmes sont surreprésentées dans les professions précaires et peu rémunérées les plus durement touchées par la pandémie. Si le taux de représentation des femmes était le même que celui des hommes dans ces secteurs, 112millions de femmes ne risqueraient plus de perdre leurs revenus ou leur emploi. À l'échelle mondiale, les femmes constituent également environ 70 % de la main-d'œuvre du secteur de la santé et du secteur social, des professions essentielles mais souvent faiblement rémunérées qui les rendent plus vulnérables à une infection au coronavirus.

Les inégalités tuent

Au Brésil, les personnes afrodescendantes sont 40 % plus susceptibles de mourir de la COVID-19 que les personnes blanches. Aux États-Unis, les populations noires et hispaniques auraient déploré près de 22.000 morts de moins si leurs taux de mortalité face à la COVID-19 avaient été les mêmes que ceux des personnes blanches. Les taux d'infection et de mortalité sont plus élevés dans certaines zones plus modestes, par exemple en France, en Inde et en Espagne. En Angleterre, les taux de mortalité de la COVID-19 dans les régions les plus pauvres sont quant à eux deux fois plus élevés que ceux des régions les plus riches.

Sans économies plus justes, nous ne pouvons espérer une reprise économique rapide à l'issue de cette pandémie

Un impôt temporaire sur les bénéfices excédentaires réalisés par les 32 multinationales ayant gagné le plus au cours de la pandémie aurait pu générer 104 milliards de dollars en 2020. Cette somme suffirait à offrir des indemnités chômage à l'ensemble des travailleurs et travailleuses, ainsi qu'un soutien financier à tous les enfants et à toutes les personnes âgées des pays à revenu faible et intermédiaire.

Malgré la persistance de la récession dans l'économie réelle, la fortune des milliardaires s'est reconstituée, les marchés boursiers s'étant redressés. Leur fortune totale avait atteint 11.950 milliards de dollars en décembre 2020, un chiffre équivalent aux sommes consacrées par tous les gouvernements du G20 à la lutte contre les répercussions économiques de la COVID-19. Pour les personnes qui étaient déjà en difficulté avant la crise de la COVID-19, le chemin vers la stabilité économique sera beaucoup plus long.

Lorsque le virus est apparu, plus de la moitié des travailleurs et travailleuses des pays pauvres vivaient dans la pauvreté et les trois quarts des travailleurs et travailleuses du monde entier n'avaient pas accès à une protection sociale, comme des indemnités maladie ou chômage.

Publié le 26/01/2021 09:31:23

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.