arabic version ilboursa
bourse tunis

Moody's : Faute de réformes, une nouvelle dégradation de la note de la Tunisie serait probable

Moody's a abaissé, mardi 23 février 2021, la note souveraine de la Tunisie de " B2 " à " B3 " avec perspectives négatives. L'agence de notation américaine a justifié cette dégradation de la notation par les difficultés que rencontre le gouvernement afin d'obtenir un consensus sur des réformes essentielles pour rééquilibrer les comptes budgétaires et assurer la viabilité de la dette dans un contexte de croissance modérée.

Moody's a souligné que les réformes sont également difficiles dans la mesure où elles devraient protéger la partie la plus vulnérable de la population tout en obtenant des résultats financiers significatifs qui aideront le gouvernement à retrouver une certaine flexibilité budgétaire.

Quant aux perspectives négatives, elles tiennent compte des risques de baisse liés à de nouveaux retards dans la négociation et la mise en œuvre d'un programme financé par le FMI, " ce qui accroît l'incertitude quant à la capacité du gouvernement à garantir un accès continu aux sources de financement extérieures officielles et aux marchés de capitaux internationaux à des conditions abordables pour répondre à ses besoins de financement bruts ".

Compte tenu des perspectives négatives, un relèvement de la note est peu probable, affirme Moody's. Néanmoins, la perspective serait probablement changée en stable si l'agence " concluait avec suffisamment de confiance que la capacité de mise en œuvre des réformes budgétaires et celles des entreprises publiques conduira à une stabilisation et à une réduction éventuelle de la trajectoire de la dette à court terme ".

De même, une grande confiance dans la capacité de la Tunisie à accéder aux financements officiels et aux marchés des capitaux pour faire face aux prochains paiements du service de la dette au cours des prochaines années à des coûts abordables, soutiendrait également la notation au niveau actuel.

À l'inverse, un déclassement serait probable si le retard dans la mise en œuvre des réformes se prolonge encore plus. " Cela maintiendrait le fardeau de la dette à un niveau plus élevé et pendant plus longtemps que ce que Moody's prévoit actuellement, ce qui pourrait soulever des préoccupations quant à la viabilité de la dette ".

Moody's précise que les retards dans la mise à disposition des financements extérieurs ou la hausse de leur coût, exerceraient également une pression négative sur la notation, potentiellement liée à la poursuite de négociations prolongées en vue d'un nouveau programme du FMI et/ou à des progrès insuffisants dans la mise en œuvre des réformes convenues. " La poursuite des troubles sociaux et de la crise politique aggraverait encore la pression négative sur la notation ", conclut Moody's.

Omar El Oudi

Publié le 24/02/2021 11:35:03

1 COMMENTAIRE SUR CET ARTICLE
WISDOM2050


25/02/21 15:34
La relance économique ne se fera que par la stabilité politique et les partis ainsi que la société civile devront être très sage durant cette période de crise qui perdurera pour au moins 3 ans pour la relance d'ici 2024 avec un horizon de 2030-2050 pour avoir une nouvelle TUNISIE pour cette pépite de jeunesse en quête de passion et d'innovation.
L'Etat est dos au mur vue la notation nous ne pouvons plus ni négocier, ni argumenter mais plutot coopérer avec un partenariat durable sur tous les fronts pour nos enfants pensez y et à bon entendeur soyons plus responsable et avançons. VIVE LA TROISIEME REPUBLIQUE.
MOHAMED WAJDI SIDOMMOU
Mentor
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.