bourse tunis

Le sombre bilan de la compagnie nationale TUNISAIR en 2017

ISIN : TN0001200401 - Ticker : TAIR
La bourse de Tunis ouvre dans 34h6min

A tout ceux qui douteraient encore de la gravité de la situation financière et la dégradation des perspectives de la compagnie TUNISAIR, force est de constater que les chiffres, eux, sont éloquents. En 2017, le transporteur national a essuyé une nouvelle perte colossale de 226 millions de dinars portant le total de ses pertes cumulées à près de 900 millions de dinars. Décryptage.

La compagnie aérienne nationale TUNISAIR a publié, avec près de deux ans de retard, ses états financiers individuels et consolidés arrêtés au 31 décembre 2017 tels qu'ils seront soumis à l'approbation de l'Assemblée Générale Ordinaire qui se tiendra le 08 janvier 2020. Ces états font ressortir une perte nette de 226,4 millions de dinars, contre un déficit de 185,3 millions (retraité) en 2017. Une aggravation qui porte la marque de la poursuite de la croissance des charges à un rythme plus accéléré que celui des produits, du poids des charges financières ainsi que d'une progression importante des pertes de change.

En 2017, les revenus de la compagnie ont atteint 1,32 milliard de dinars, contre 1 milliard une année auparavant, soit une augmentation de 30%. En termes de trafic passagers régulier, il a progressé de 11,3% (3.138.943 passagers en 2017 contre 2.819.512 passagers transportés en 2016). L'activité supplémentaire a augmenté de 22,8% (56.579 passagers en 2017 contre 46.067 passagers transportés en 2016).

Quant aux charges d'exploitation, elles sont passées de 1,2 milliard de dinars à 1,5 milliard entre 2016 et 2017, soit une hausse de 25,3%, dont 452,6 millions de dinars de redevances aéronautiques, 317 millions d'achats d'approvisionnements consommés et 242,6 millions de charges de personnel.

Ces dernières, qui ont augmenté de 10,2% (+22 millions de dinars), sont réparties entre le personnel du sol (138,5 millions de dinars), le personnel navigant technique (64 millions) et le personnel navigant commercial (39,6 millions).  

En 2017, les provisions constatées pour risques et charges totalisent 69,8 millions de dinars dont une provision de 18 millions au titre de l'affaire Mauritanya AIRWAYS dont le jugement rendu en première instance engage la responsabilité de Tunisair pour comblement de passif de la société en liquidation, et 5,4 millions au titre de la situation nette de la filiale AISA dont la réintégration par absorption est imminente.

A cet égard, le Résultat d'exploitation ressort ainsi déficitaire de 125,2 millions de dinars, contre un résultat négatif de 134,2 millions en 2016.

Par ailleurs, le loyer des avions a été multiplié quasiment par cinq passant de 6,5 millions de dinars en 2016 à 32,8 millions en 2017. Cette augmentation est due à l'immobilisation de 5 avions courant 2017, à la hausse de l'activité transport et à la hausse du taux de conversion de l'euro.

L'exercice 2017 a été également marqué par une augmentation de 75% des pertes de change pour s'établir à 105,7 millions de dinars, contre 60,2 millions un an plus tôt. Cette envolée provient essentiellement de la hausse des cours de change +6,2% pour le dollar et +21,3% pour l'euro ce qui a engendré l'augmentation de 81% (30 millions de dinars) de l'effet de l'actualisation des emprunts libellés en monnaie étrangère pour atteindre 66,3 millions, et l'augmentation de +67% de l'effet de change relatif aux règlements pour atteindre 39,4 millions de dinars.

Le rapport accablant des commissaires aux comptes

Les commissaires aux comptes (CAC) de la compagnie soulignent avoir rencontré lors de leurs travaux, des difficultés qui ont eu pour effet de limiter l'étendue de leurs investigations. En effet, aucun avocat, sur les six mandatés par TUNISAIR, n'a répondu à leurs demandes d'informations sur les litiges en cours, outre le nombre élevé de corrections comptables introduites au niveau du système, ainsi que l'indisponibilité de supports permettant de retracer lesdites opérations (alignements fournisseurs, corrections clients, opérations sur les stocks, comptes de liaison oracle).

Le rapport des CAC indique que l'examen des comptes clients et des comptes d'attente associés à la recette commerciale a révélé que les procédures de contrôle interne adoptées présentent des risques associés au système d'information liés à l'émission des titres de transport, à la facturation et à l'absence d'un système de contrôle efficace des encaissements.

Les comptes clients et comptes rattachés font apparaître des soldes comptables débiteurs et créditeurs non justifiés, pour des montants respectifs de 220,9 millions de dinars et 182,3 millions de dinars qui ont été présentés de manière compensée au niveau des états financiers pour un total net de 38,6 millions de dinars au 31 décembre 2017. Le montant de la provision à constater n'a pas pu être déterminé avec précision en raison de l'absence d'informations suffisantes à la date de clôture des comptes, précise le rapport.

Par ailleurs, l'examen de la rubrique " Autres actifs courants " a permis de dégager à la clôture de l'exercice 2017, des comptes débiteurs et créditeurs non justifiés de soldes respectifs de 77 millions de dinars et 11,8 millions. L'examen de la rubrique " Autres passifs courants " a permis de dégager à la clôture de l'exercice 2017, des comptes débiteurs et créditeurs non justifiés de soldes respectifs de 11,6 millions et 59 millions.

Par ailleurs, la compagnie a engagé des négociations avec l'Etat de la Mauritanie pour se faire prévaloir de ses créances, reconnues précédemment par l'administrateur de liquidation de la société " Mauritania Airways ", pour un montant de 44,2 millions de dinars au 31 décembre 2017. Aucune provision n'a été constatée au titre des intérêts moratoires courus durant la période allant de mai 2015 jusqu'au 31 décembre 2017 et du risque lié aux difficultés de recouvrement des créances de TUNISAIR.

Le rapport des CAC indique aussi que les fonds propres de la compagnie sont devenus en deçà de la moitié du capital social. A cet effet, le conseil d'administration en date du 10 avril 2018 a convoqué une réunion de l'Assemblée Générale Extraordinaire, le 25 avril 2018, qui a décidé la continuité de l'activité de la société sans statuer sur la question de réduction ou d'augmentation du capital pour un montant égal au moins à celui des pertes cumulées.

Au final, il convient de rappeler que la société n'a pas établi ses états financiers intermédiaires au titre des exercices 2016, 2017 et 2018 et n'a pas en conséquence respecté les procédures de dépôt, au Conseil du Marché Financier (CMF) et à la Bourse de Tunis.

Télécharger les états financiers individuels arrêtés au 31 décembre 2017

Télécharger les états financiers consolidés arrêtés au 31 décembre 2017

Omar El Oudi

Publié le 29/12/2019 19:44:00

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.