arabic version ilboursa
bourse tunis

Le refinancement des banques auprès de la BCT à son plus bas niveau depuis mars 2017

Le refinancement des banques descend pour la première fois depuis Mars 2017 sous la barre des 8 milliards de dinars.

Bien que les crédits à l'économie aient retrouvé du rythme depuis juillet 2020, le volume global de refinancement des banques auprès de la BCT a sensiblement reculé en 2020 et casse, pour la première fois depuis mars 2017, le support des 8 milliards de dinars en date du 25 janvier 2021.

La baisse du volume global traduit l'apaisement de la poursuite de la détente de besoin des banques en liquidité (total des facteurs autonomes de la liquidité + réserves obligatoires requises) amorcée depuis le premier trimestre de 2019. Ainsi, après un plus haut historique de 16,9 milliards de dinars atteint le 7 mars 2019, le recours des banques à la Banque Central a emprunté, depuis cette date, une tendance nettement baissière pour se situer le 25 janvier 2021 à 7,8 milliards de dinars, soit un peu moins que son niveau de fin mars 2017.

En dépit de l'effet restrictif exercé par les deux facteurs autonomes de liquidité, à savoir " retrait des billets " et les " opérations avec le trésor ", (on note un retour en force de l'élargissement de la masse des billets et monnaie en circulation au mois de janvier 2021), l'atténuation des besoins en liquidité bancaire trouve principalement son origine dans le troisième facteur autonome de liquidité, soit les Achats/ventes de devises à la Banque Centrale.

L'impact expansif engendré par la " dinarisation " des billets de banque étrangers, a été le principal vecteur dans l'amélioration de la liquidité des banques et par conséquent dans leur besoin de refinancement.

Toutefois, il convient de noter que l'atténuation des besoins des banques en liquidité aurait pu être plus importante n'eût été la souscription des banques aux émissions de Bons de Trésor principalement sous forme de Bons de Trésor à Court Terme.

De même, le volume global de refinancement des banques aurait pu être moins élevé que son niveau actuel si ce n'est les 4,9 milliards de dinars injectés par la BCT (Injection de liquidité) entre le 30 décembre 2020 et le 5 janvier 2021.

Comme évoqué plus haut, l'amélioration de la liquidité bancaire est expliquée par l'effet expansif du facteur " conversion devises en dinars ", qui résulte, en fait, du ralentissement du rythme des échanges extérieurs de la Tunisie. Rappelons à ce titre que les résultats des échanges commerciaux de la Tunisie avec l'extérieur aux prix courants durant l'ensemble de l'année 2020 montrent, selon les données de l'INS, que les exportations ont enregistré une baisse de -11,7% contre une hausse de +7% durant l'année 2019. Elles ont atteint le niveau de 38,7 milliards de dinars, contre 43,8 milliards en 2019.

De même, les importations ont enregistré une baisse de -18,7% contre une hausse de +5,5% durant l'année 2019. En valeur les importations ont atteint 51,5 milliards de dinars, contre 63,3 milliards en 2019.

Aux prix constants, les échanges commerciaux de la Tunisie avec l'extérieur ont enregistré en volume, sur l'ensemble de l'année 2020, une baisse à l'export de -11,1% et à l'import de -14,8% et ce, par rapport à l'année 2019.

Par conséquent, il est attendu que le déficit courant de la Tunisie recule à 7,6 milliards de dinars en 2020 (6,8% du PIB) contre 9,7 milliards en 2019 (8,5% du PIB) et contre un record historique de 11,8 milliards (11,2% du PIB) enregistré en 2018. Cette amélioration intervient malgré que la Tunisie enregistre en 2020 une chute de ses recettes touristiques de -64,4% à 2 milliards de dinars (700 millions de dollars) contre 5,6 milliards de dinars une année plus tôt. C'est le niveau de recettes le plus faible durant ces vingt dernières années (aussi bien en dinars qu'en dollars).

Au final, l'amélioration du solde courant de la Tunisie a permis d'améliorer les réserves en devises du pays malgré le tarissement des recettes de la balance financière (IDE et emprunts extérieurs).

Depuis le début de l'année 2021, le dinar s'est apprécié face au dollar de 0,02% et face à l'euro de 1,2%. Ceci n'empêche que le dinar a reculé de 0,1% face au yen japonais et de 0,4% face au dirham marocain.

Moez Hadidane

Tera Finances

Publié le 27/01/2021 09:36:05

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.