arabic version ilboursa
bourse tunis

Le Groupe Magasin Général essuie une perte record de 37 millions de dinars en 2020

ISIN : TN0006440010 - Ticker : MAG
La bourse de Tunis ferme dans 1h8min

La Société Magasin Général a publié ses états financiers consolidés arrêtés au 31 décembre 2020 tels qu'ils seront soumis à l'approbation de l'Assemblée générale ordinaire qui se tiendra le 29 juin 2021.

Pénalisé par l'effet combiné de la baisse des revenus et la stagnation des charges d'exploitation outre les charges financières nettes exorbitantes, le Groupe Magasin Général a multiplié presque par trois ses pertes en 2020 pour atteindre un record de 37 millions de dinars.

Le groupe a réalisé l'année dernière des revenus de 979 millions de dinars, contre 1,05 milliard de dinars une année auparavant, soit une baisse de 7%. En revanche, les charges d'exploitation ont quasiment stagné par rapport à 2019 pour se situer à 1,02 milliard de dinars, dont 819 millions de dinars d'achats de marchandises vendues et 84 millions de dinars de charges de personnel.

Par conséquent, le résultat d'exploitation du groupe tombe dans le rouge à -2,8 millions de dinars contre un résultat excédentaire de 29 millions de dinars en 2019.

Par ailleurs, les charges financières nettes restent en revanche un point noir dans le bilan du groupe. Celles-ci se sont établies à 42,5 millions de dinars contre 43,8 millions un an plutôt.

Le Groupe a réalisé, en revanche, des produits de placements pour 2,8 millions de dinars et d'autres gains ordinaires de 13 millions de dinars provenant essentiellement des plus-values sur cession d'immobilisations pour 11,6 millions de dinars.

Résultat des courses, le Groupe Magasin Général accuse une perte nette de 37 millions de dinars, contre une perte de 13,2 millions en 2019. 

La société Immobilière Magasin Général (IMG), filiale du Groupe Société Magasin Général, est défenderesse dans un procès pour l'annulation du contrat d'acquisition du centre commercial sis à El Manar pour une valeur de 4 millions de dinars HT. Ce procès a été intenté par l'Union Internationale de Banque (UIB) contre l'IMG et le vendeur du centre commercial pour l'annulation de cette opération de vente.

Un jugement pour l'annulation du contrat de vente a été prononcé par le tribunal de première instance de Tunis et confirmé par la cour d'appel de Tunis par le jugement N°48010 en date du 21 avril 2014.

Sur la base des titres exécutoires du dossier de cette affaire, l'UIB réclame le paiement d'un montant de 1,48 million de dinars ainsi que les intérêts de retard. La société IMG s'est pourvue en cassation en date du 28 novembre 2014.

En 2015, un arrêt de la cour de cassation a renvoyé l'affaire devant la même cour d'appel pour un second examen. Selon les commissaires aux comptes de la société, l'issue finale de ce procès ne peut pas être actuellement anticipée. Le stock de provision au titre de cette affaire s'élève au 31 décembre 2020 à 1,47 million de dinars.

Redressement fiscal 

La société BHM SA a fait l'objet d'une vérification fiscale approfondie au titre de la TVA, et couvrant la période allant du 1 décembre 2015 au 31 décembre 2017. Une notification des résultats de la vérification fiscale a été adressée à la société en date du 11 octobre 2018 et ayant pour effet la réduction du crédit de TVA de 1,9 millions de dinars.

Par ailleurs, suite au dépôt d'une déclaration de l'employeur rectificative de l'exercice 2015 en date du 11 février 2019, l'administration fiscale a notifié à la société BHM SA en date du 15 février 2019 une notification portant sur une amende fiscale administrative pour la non déclaration de l'identité des clients et des montants recouvrés en espèces au niveau de la déclaration de l'employeur de l'exercice 2015 pour un montant de 2,4 millions de dinars. Aucune provision n'a été constatée au titre de cette affaire par la société BHM SA au 31 décembre 2020.

De même, la société BHM Distribution a fait l'objet d'une vérification fiscale approfondie qui a concerné les impôts et taxes dont elle est soumise et couvrant la période allant principalement du 1er janvier 2014 jusqu'au 31 décembre 2016. La société a reçu en date du 24 juillet 2018 les résultats de la vérification approfondie.

Les compléments d'imposition réclamés s'élèvent à un montant total de 4,77 millions de dinars en principal, amendes et pénalités. Cette vérification a eu par ailleurs comme conséquence la réduction des crédits de TVA et d'impôt d'un montant total de 1,3 million de dinars.

Une provision a été constatée par la société s'élevant à un montant de 3 millions de dinars permettant de couvrir raisonnablement les risques rattachés à ce redressement.

Télécharger les états financiers consolidés arrêtés au 31 décembre 2020

Omar El Oudi

Publié le 08/06/2021 09:43:43

3 COMMENTAIRES SUR CET ARTICLE
mysuper


08/06/21 18:32
Pour le point noir des frais financiers MG, il faut peut être aller voir du côté des activités immobilières actuelles.
Le métier de distributeur/détail très concerné par l’évolution, la maintenance et la création de points de ventes, nécessite tout naturellement une activité immobilière. Celle-ci est un service d’appui à l’activité du front de vente.
Curieusement et de manière très insidieuse la Sté Immobilière Magasin Général a évolué vers une activité pure de Promoteur immobilier comme l’indique son site web « Build Immobilier » ( marque commerciale ). Celui ci indique avoir pour vocation la réalisation de toute opération de promotion immobilière et précise les nombreux projets réalisés, en cours et à venir.
L activité immobilière absorbe des ressources financières lourdes et génère de nouveaux risques financiers totalement différents du métier de distributeur.
MG a crée une nouvelle activité qui, selon le rapport des commissaires aux comptes ( AGO 2020 ) a vu un résultat net d’exploitation déficitaire de 7,158 MDT en 2018 et 15,642 MDT en 2019. Le RNE 2020 n’ est pas disponible à ce jour.
Il semblerait que l’ensemble du conseil d’administration se soit mis dans une situation illégale puisque son pouvoir de décision est limité par l’objet social de MG ( Art. 23 des statuts ) et que celui-ci n’inclue pas l’activité de promoteur immobilier .
De même il faut noter le silence des commissaires aux comptes malgré cette dérive aux impacts financiers négatifs et mobilisatieurs de ressources financiéres.
La Sté IMG a fait l’objet de deux augmentations de capital de 30 Millions de DT chacune, la dernière en 2021 conformément à la décision de l’AGE du 8/07/2020.
La gouvernance de MG qui aurait du avoir une préoccupation de création de valeur pour l’ensemble des actionnaires a semble t il préféré créer un deuxième métier même s’il est destructeur de valeur pour l’actionnariat minoritaire mais potentiellement créateur de valeur à moyen terme et long terme pour le Groupe Bayahi ultra majoritaire.
Il faut noter également , au dela de l’exemple « dérive immobiliere », que la gouvernance de MG ne s’est jamais beaucoup préoccupé du respect des actionnaires.

D’autres exemples existent :

A partir de 2012, la Présidence de MG a surcommuniqué sur l’arrivée du partenaire stratégique AUCHAN.
Ce partenariat devait favoriser la création d’un hypermarché ( communications à répétitions pendant plusieurs années, en annonçant même la date de la premiere pierre et la fin des travaux en AGO ) et la création de centres de vie, avec donc, très forte influence sur la volumétrie du groupe.
Les capacités techniques et managériales d’Auchan, combinées à une forte croissance devaient impacter sur la qualité des résultats opérationnels, les performances financières et la création de valeur.
Les actionnaires n’ont strictement rien vu de tout cela y compris pour d’autres annonces non moins intéressantes et il semblerait qu’aujourd’hui, AUCHAN en soit réduit à être un « sleeping partner ».

Les actionnaires minoritaires , patients dans un premier temps , mais déçus par toutes les promesses non réalisées ont fini par perdre confiance. Ils n’ont constaté que de très faibles dividendes éphémères et la chute du cours MG en Bourse , qui avait atteint environ 48 DT début 2012, et qui valait hier ( soit neuf ans plus tard) 15,52 DT.

Yvon J. Vache




mysuper


08/06/21 18:32
Pour le point noir des frais financiers MG, il faut peut être aller voir du côté des activités immobilières actuelles.
Le métier de distributeur/détail très concerné par l’évolution, la maintenance et la création de points de ventes, nécessite tout naturellement une activité immobilière. Celle-ci est un service d’appui à l’activité du front de vente.
Curieusement et de manière très insidieuse la Sté Immobilière Magasin Général a évolué vers une activité pure de Promoteur immobilier comme l’indique son site web « Build Immobilier » ( marque commerciale ). Celui ci indique avoir pour vocation la réalisation de toute opération de promotion immobilière et précise les nombreux projets réalisés, en cours et à venir.
L activité immobilière absorbe des ressources financières lourdes et génère de nouveaux risques financiers totalement différents du métier de distributeur.
MG a crée une nouvelle activité qui, selon le rapport des commissaires aux comptes ( AGO 2020 ) a vu un résultat net d’exploitation déficitaire de 7,158 MDT en 2018 et 15,642 MDT en 2019. Le RNE 2020 n’ est pas disponible à ce jour.
Il semblerait que l’ensemble du conseil d’administration se soit mis dans une situation illégale puisque son pouvoir de décision est limité par l’objet social de MG ( Art. 23 des statuts ) et que celui-ci n’inclue pas l’activité de promoteur immobilier .
De même il faut noter le silence des commissaires aux comptes malgré cette dérive aux impacts financiers négatifs et mobilisatieurs de ressources financiéres.
La Sté IMG a fait l’objet de deux augmentations de capital de 30 Millions de DT chacune, la dernière en 2021 conformément à la décision de l’AGE du 8/07/2020.
La gouvernance de MG qui aurait du avoir une préoccupation de création de valeur pour l’ensemble des actionnaires a semble t il préféré créer un deuxième métier même s’il est destructeur de valeur pour l’actionnariat minoritaire mais potentiellement créateur de valeur à moyen terme et long terme pour le Groupe Bayahi ultra majoritaire.
Il faut noter également , au dela de l’exemple « dérive immobiliere », que la gouvernance de MG ne s’est jamais beaucoup préoccupé du respect des actionnaires.

D’autres exemples existent :

A partir de 2012, la Présidence de MG a surcommuniqué sur l’arrivée du partenaire stratégique AUCHAN.
Ce partenariat devait favoriser la création d’un hypermarché ( communications à répétitions pendant plusieurs années, en annonçant même la date de la premiere pierre et la fin des travaux en AGO ) et la création de centres de vie, avec donc, très forte influence sur la volumétrie du groupe.
Les capacités techniques et managériales d’Auchan, combinées à une forte croissance devaient impacter sur la qualité des résultats opérationnels, les performances financières et la création de valeur.
Les actionnaires n’ont strictement rien vu de tout cela y compris pour d’autres annonces non moins intéressantes et il semblerait qu’aujourd’hui, AUCHAN en soit réduit à être un « sleeping partner ».

Les actionnaires minoritaires , patients dans un premier temps , mais déçus par toutes les promesses non réalisées ont fini par perdre confiance. Ils n’ont constaté que de très faibles dividendes éphémères et la chute du cours MG en Bourse , qui avait atteint environ 48 DT début 2012, et qui valait hier ( soit neuf ans plus tard) 15,52 DT.

Yvon J. Vache




marawane


08/06/21 18:43
Hhhhhhh drole de bourse et des stés cotées hhhh ça m'etonne pas que demaon MG sera en RH hhhh nos ib et requins adore les catastrophes deficits

MG pertes de 37 Milliards ?????? Elle ne fabrique absolument rien et la quasi titalité de sa clientelle paye cache au comptant ......

Heureusement les membres de ce forum n'ont pas des MG et ses 37 milliards vont passer en mode inapercue ....
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.