arabic version ilboursa
bourse tunis

Le Forum mondial sur le tabac et la nicotine organise la conférence « In Focus : Tobacco Harm Reduction »

Des experts de la santé publique et professionnels de l'industrie du tabac, réunis dans le cadre d'une conférence sur la réduction des méfaits du tabac se sont penchés, mardi, sur les conclusions et recherches scientifiques relatives à l'usage des produits de réduction des méfaits du tabac, en particulier la cigarette électronique.

In Focus : Tobacco Harm Reduction, organisée par le Forum mondial sur le tabac et la nicotine (GTNF), est une conférence virtuelle, qui en est à sa 11è année, a mis en relief les nouvelles alternatives proposées par les industriels pour aider les consommateurs des cigarettes à opérer une transition vers d'autres produits novateurs et moins risqué comme les produits du vapotage, les produits de tabac chauffé, les produits modernes oraux (MOP) et autres produits traditionnels sans fumée.

L'évènement était également une occasion pour le public de souligner le rôle fondamental de la science en termes d'apport de données neutres et impartiales pour aider les fumeurs à faire des choix rationnels qui améliorent leur santé et la qualité de leur vie.

Les panelistes ont été unanimes pour souligner la nécessité pour les centres de toxicologie dans l'élaboration d'études scientifiques qui seraient plus globales, plus fiables, plus multidisciplinaires et plus précises, mais aussi de lancer la réflexion pour l'instauration d'un cadre réglementaire qui émanerait de preuves scientifiques et qui ne serait pas basé sur des spéculations fausses et hasardeuses.

"De telles études scientifiques permettent d'apporter des données neutres et vérifiables à même d'inciter l'industrie du tabac à se tourner vers des solutions innovantes permettant de lutter encore plus efficacement contre la dépendance aux cigarettes", a commenté Patricia Kovacevic, juriste internationale et directrice du site web RegulationStrategy.com.

La conférence a également mis en avant l'importance des alternatives proposées par les industriels et qui permettraient de remplacer la cigarette par des produits moins nocifs (à l'instar des produits de tabac chauffé, des produits de vapotage, des produits sans fumée,...). Karl Fagerstrom, président de Fagerstrom Consulting, a  ainsi présenté l'exemple suédois en matière de politiques de réduction des risques liés à la cigarette. "La Suède a déjà atteint son objectif d'un pourcentage de fumeurs inférieur à 5%, en grande partie - a-t-il souligné - grâce à l'utilisation du tabac oral".

David Abrams, Professeur au Département des sciences sociales et comportementales de l'Université de New York, a quant à lui rappelé l'importance d'une étude qui avait été organisée entre 2011 et 2019  auprès de 1.297.362 adolescents américains, et qui avait permis de démontrer qu'une large frange de cette population avait commencé à abandonner la cigarette au profit des produits alternatifs sans combustion. Selon M. Abrams, une telle étude "apporte la preuve tangible que les produits sans combustion dont la e-cigarette et le tabac chauffé sont capables de représenter une alternative fiable face à la dépendance tabagique". Il ajoute "nous ne sommes pas des créatures rationnelles, les convictions fortes et les émotions peuvent prendre le pas sur les recommandations rationnelles et prudentes fondées sur la science, mais le besoin de changement est grand.  Il existe au moins un milliard de fumeurs dans le monde, la réduction des risques peut clairement avoir des avantages considérables pour sauver des vies très rapidement".

Dans le même ordre d'idée, Mme Maria Gogova, vice-présidente de l'Altria Client Services, a déclaré que "la généralisation et la disponibilité de produits sans combustion pouvant remplacer les cigarettes devrait s'accentuer davantage". Elle a aussi souligné le fait qu'il faut casser les idées reçues concernant la nicotine. En effet, la nicotine est perçue comme aussi nocive voir plus que la cigarette par 70% des fumeurs adultes de plus de 21 ans et 77% des adultes de plus de 21 ans. La majorité des consommateurs de tabac croient que les produits du tabac, la vape et le snus sont aussi dangereux ou plus que la cigarette, cette perception peut impacter négativement la décision des fumeurs de cigarettes de switcher vers des alternatives moins nocives.

Le Dr Neil Mckeganey, directeur du Centre de recherche sur la consommation de substances de l'Université de Glasgow, a annoncé le lancement de "The Big Vape Survey", une étude qui sera menée au Royaume-Uni sur un échantillon de 30.000 fumeurs âgés de 18 ans et plus. "Les résultats de cette étude seront communiqués aux consommateurs,  mais aussi aux fabricants et aux différents organismes de réglementation: ils contribueront à mieux comprendre l'impact de la cigarette électronique sur la santé publique", a déclaré Mckeganey. L'objectif de l'étude est d'évaluer l'efficacité comparative de différents dispositifs à risque réduit dans le changement des habitudes tabagiques des fumeurs adultes en évaluant la rapidité du passage de la cigarette à ces dispositifs, le moment où la réduction du nombre de cigarettes fumées se produit, et tout changement dans le désir d'arrêter de fumer.

Lors de la session questions réponses modérée par Clive Bates, Directeur de Counterfactual Consulting, une question a été posée aux intervenants : "Comment est-il possible de créer une structure qui incite les entreprises à réduire autant que possible les méfaits des cigarettes?" Selon Mark Kehaya, président d'Amv Holdings, "il ne faut pas que les produits sans combustion à risque réduit soient plus chers que les cigarettes".

M. Bates a émis une idée sur la manière de faciliter le passage à des dispositifs à moindre risque : "Il serait utile de permettre aux entreprises d'insérer des encarts dans leurs paquets de cigarettes traditionnels pour promouvoir les produits alternatifs à risque réduit." Une possibilité partagée par le panel d'experts.

Le discours de clôture a été prononcé par James Kenneth Glassman, sous-secrétaire d'État à la diplomatie publique et aux affaires publiques aux États Unis de 2008 à 2009. Il est revenu le besoin d'innover dans l'industrie du tabac et le rôle des législateurs pour sauver des vies. ‘'D'ici 2030, plus de 80 % des décès liés au tabagisme se produiront dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.'' Il a déclaré. ‘'La Convention-cadre de l'OMS pour la lutte antitabac ne mentionne même pas le mot "brevets" - c'est comme si l'innovation comme solution n'avait jamais effleuré l'esprit de quiconque. L'innovation scientifique entraîne un bouleversement massif de l'industrie, et les petites entreprises sont les principaux perturbateurs. La disruption gagne généralement, et la raison en est que les consommateurs veulent de nouveaux produits qui améliorent leur vie.'' Il a ajouté.

" Les nouveaux produits de réduction des risques liés au tabac sauveront encore plus de millions de vies que le vaccin COVID – alors pourquoi pas d'autorisation européenne de mise sur le marché pour ces produits ? Un obstacle au succès est l'exclusion de ceux qui innovent, ils sont évités par les forces dominantes de la lutte antitabac. Les innovateurs ne peuvent pas avoir de conversations ouvertes avec le public sur le risque relatif - c'est un énorme obstacle à la réduction des risques.'' a-t-il conclu.

Se sevrer du tabac avec la cigarette électronique 

Chaque année en France, plus de 70 000 personnes décèdent des conséquences de leur consommation de tabac. On lui doit le développement de nombreuses maladies dites évitables. Par exemple, dans 9 cas sur 10, le cancer des poumons concerne un fumeur. 

Pour se sevrer du tabac en douceur, la cigarette électronique s'impose d'elle-même comme une solution efficace, à tel point que ses mérites sont mis en avant par de nombreux médecins à travers le monde. Et lorsqu'il s'agit d'acheter un kit pour vapoter, c'est en ligne que vous trouverez le plus large choix, à prix compétitif.

Grâce à la cigarette électronique, vous dites adieu à toutes les conséquences terribles qu'a le tabac sur vous. Elle supprime en effet plus de 4000 substances dangereuses et / ou cancérigènes présentes dans le tabac. Vous respirez mieux, et vous ne sentez plus cette odeur qui s'incruste partout, dans les vêtements, la peau, les cheveux. 

A la place, vous pouvez choisir des liquides avec de délicieuses saveurs qui laissent échapper des odeurs douces. Vos proches vous remercieront, eux qui ne souffriront plus du tabagisme passif. Pour rappel, ce dernier cause la mort de 600 000 personnes par an à travers le monde.  

 

Publié le 05/05/2021 07:11:51

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.