ilboursa arabic version ilboursa

Le FMI prolonge l'allègement du service de la dette pour 25 pays à faible revenu

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis Ouvre dans 14h31min

Le conseil d'administration du Fonds Monétaire International (FMI) a approuvé le prolongement de l'allégement du service de la dette pour 25 pays à faible revenu éligibles du 11 janvier au 13 avril de l'année prochaine pour 115 millions de dollars et ce, afin de les soutenir dans leur lutte contre la pandémie et ses effets socio-économiques.

Il s'agit ainsi de la cinquième et dernière série d'allégements de la dette dans le cadre d'un programme destiné à aider les pays les plus pauvres au monde. Le dispositif d'allégement de la dette du Fonds fiduciaire d'assistance et de riposte aux catastrophes (Fonds fiduciaire ARC) a été déployé en avril 2020 pour une durée de six mois.

Au vu des différentes pressions exercées sur l'économie mondiale, le mécanisme a été reconduit en octobre 2020, en avril 2021, en octobre 2021 et en décembre 2021. L'approbation de la cinquième et dernière tranche porte à 964 millions de dollars l'allégement total de la dette lié au Covid sur deux ans depuis avril 2020, a déclaré le prêteur basé à Washington.

Le Bénin, le Burkina Faso, Burundi, la République centrafricaine, Les Comores, Djibouti, l'Éthiopie, la Gambie, la Guinée, la Guinée-Bissau, Haïti, le Kirghizistan, le Lesotho, le Libéria, Madagascar, le Malawi, le Mali, le Népal, le Niger, le Rwanda, Sao Tomé et Principe, la Sierra Leone, les Îles Salomon et le Tadjikistan sont les pays qui ont bénéficié du programme du FMI.

Les dommages causés par la pandémie de Covid-19 ont été plus importants que ceux de la crise financière mondiale de 2008-2009, notamment en Afrique et en Asie du Sud, selon la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED). Un soutien international renouvelé est nécessaire pour les pays en développement confrontés à la menace d'une " décennie perdue " dans un contexte de reprise économique mondiale inégale, a déclaré le fonds en septembre.

Le FMI a précédemment révélé que si l'impact de la crise sanitaire actuelle persistait à moyen terme, le Produit Intérieur Brut (PIB) mondial se réduirait de 5.300 milliards de dollars sur les cinq prochaines années. Les économies avancées devraient retrouver et leurs niveaux d'avant crise en 2022 pour les dépasser de 0,9% en 2024. Toujours est-il que la conjoncture des pays émergents, hors Chine, et des économies en développement resterait 5,5% en-dessous de sa trajectoire prépandémique jusqu'en 2024.

Mariem Ben Yahia

Publié le 22/12/21 08:30

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

G9CltR4rO_MVn4GOCH6pZkazQmXHhIuvobPolsaL58Q False