ilboursa arabic version ilboursa

La livre libanaise à son plus bas historique face au dollar

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis Ouvre dans 21h2min

La livre libanaise a atteint un nouveau plus bas historique contre le dollar sur le marché noir. La monnaie locale a dégringolé dans les transactions sur le marché parallèle à 29.500 contre le billet vert.

Le taux de change livre/dollar s'affole en raison d'une gestion erratique pérenne de la part de la classe dirigeante mais également à cause de nombreuses politiques délétères qui ont poussé plus de 82% de la population en-dessous du seuil de pauvreté avec un salaire minimum ne dépassant pas les 25 dollars.

Les politiciens libanais se chamaillent toujours alors que la population entame sa troisième année de ralentissement économique. Un plan de sauvetage gouvernemental reste un rêve lointain étant donné qu'un désaccord entre le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, et des responsables de l'organe régulateur se fait entendre quant à la répartition des pertes financières estimées par le gouvernement Mikati.

L'exécutif actuel estime les pertes du secteur financier à 69 milliards de dollars contre 83 milliards de dollars pour le gouvernement antérieur de Hassan Diab. Toujours est-il que les évaluations du Fonds Monétaire International (FMI) penchent pour les estimations du gouvernement Diab.

Une entente sur l'ampleur des pertes du secteur financier est nécessaire pour une reprise de dialogue avec le FMI puisque les négociations se sont ouvertes en mai 2020 avant de stagner deux mois après au milieu de nombreux désaccords sur le réel manque à gagner. Les pourparlers ont repris en septembre 2021 après la formation d'un nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre Najib Mikati. Cependant, les responsables libanais n'ont pas encore soumis de plan de négociation, ce qui pourrait pousser l'octroi d'une aide internationale à vau-l'eau.

La crise financière libanaise a débuté en 2019 lorsque l'ancienne Suisse de l'Orient a fait défaut sur sa dette l'année dernière. La dépréciation de la livre par rapport au billet vert a forcé la fermeture de plus de 12.000 commerces, magasins et boutiques. En outre, maintes grandes enseignes ont quitté le pays du Cèdre. En effet, le Liban, qui importait près de 100.000 voitures par an, en a réceptionné seulement 5.000 en 2021.

Selon la Banque mondiale, le pays du Cèdre connaît l'une des pires crises économiques au monde depuis 1850, à cause de la dépréciation inédite de sa monnaie qui a entraîné une paupérisation dramatique des Libanais.

Mariem Ben Yahia

Publié le 04/01/22 09:26

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

8sgpKNRCH6Z9nEJEzYfipZ9_7WUlSLq0lv3D-ZC6joY False