ilboursa arabic version ilboursa

La Grèce présente le budget 2023 sans la surveillance des créanciers, une première depuis 12 ans

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis Ouvre dans 11h32min

Le ministère grec des Finances a soumis au Parlement le texte final du budget 2023. La présentation des dépenses de l'État grec pour 2023 est historique car leur élaboration a été faite en dehors du cadre de la surveillance des créanciers pour la première fois depuis 12 ans.

Le budget de l'année prochaine a été préparé dans des conditions de grande incertitude en raison des développements géopolitiques mondiaux.

Les risques entourant les prévisions macroéconomiques au niveaux national et international pour 2023 sont élevés et restent alimentés par les défis géopolitiques, à l'évolution de la guerre en Ukraine, en plus des conditions d'approvisionnement en gaz naturel de l'Europe et des prix de l'énergie sur les marchés européens.

L'agence de presse américaine, Associated Press (AP), souligne que l'économie grecque a fait preuve d'une résilience considérable. Le taux de croissance de l'économie grecque devrait atteindre 5,6% en 2022 et 1,8% l'année prochaine. Le ministère grec des Finances escompte un ralentissement du rythme de croissance de la conjoncture économique du pays au vu des prix élevés des matières premières.

La conduite de la loi de finances 2023 sera ainsi inédite puisqu'elle a été préparée sans la tutelle des créanciers européens et du Fonds Monétaire International (FMI) depuis le déclenchement de la crise de la dette souveraine. L'AP estime que la crise a privé la Grèce d'un quart de son économie, " la plongeant dans une dépression qui a aggravé la pauvreté et fait grimper le chômage 27% ". À présent, le taux de chômage devrait atteindre 12,6% en 2022, contre 12,7% cette année.

Dans le budget 2023, le gouvernement s'attend à une inflation sous-jacente de 9,7% en 2022 et de 5% l'année prochaine. De plus, il prévoit un déficit budgétaire représentant 1,6% du Produit Intérieur Brut (PIB) cette année avant de baisser à 0,7% du PIB l'année suivante.

Mariem Ben Yahia

Publié le 24/11/22 08:25

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

VwvolcZfYswrpf-7_k6m_sKkCbe5_ep3rqO2Zww7v8c False