bourse tunis

Habib Ben Hassine : « Assurances MAGHREBIA ambitionne d’étendre son activité à d’autres marchés africains »

Deux ans après la dernière opération d'introduction enregistrée sur la Cote de la Bourse de Tunis, celle-ci va accueillir dans les prochains jours un nouveau venu : Assurances MAGHREBIA. Forte de près d'un demi-siècle d'expérience, la compagnie se dote des atouts nécessaires pour réussir ses premiers pas en Bourse. Son Directeur Général, Monsieur Habib Ben Hassine, reviendra dans cette interview sur l'histoire et le développement de la compagnie, l'état des lieux du secteur de l'assurance en Tunisie ainsi que les objectifs escomptés de l'introduction en Bourse de la compagnie Assurances MAGHREBIA.

Aujourd'hui Assurances MAGHREBIA est un acteur de référence du secteur de l'assurance en Tunisie. Comment elle s'est développée et a su structurer ses activités ?

La compagnie Assurances MAGHREBIA a été créée en 1973 par son fondateur M. Abdelaziz ESSASSI. Elle a démarré ses activités comme compagnie d'assurance monobranche spécialisée en Assurance Vie avant d'obtenir en 1974 son agrément multi branches.

Aujourd'hui, le groupe MAGHREBIA est composé de cinq sociétés autour des pôles stratégiques de l'assurance non vie, de l'assurance vie, de la finance, de l'immobilier et des services. Il s'agit de MAGHREBIA Immobilière (1990), MAGHREBIA financière Sicar (1998), MAGHREBIA vie (2009) et MAGHREBIA services (2012), devenue Codway en 2017.

Au fil des années, Assurances MAGHREBIA a noué des liens avec des acteurs internationaux sous formes de coopération techniques ou d'alliances stratégiques à l'instar de Eagle STAR, SNA, Assitalia, Mapfre, Generali, IHI, etc…

Elle a toujours été pionnière en termes d'innovation produits tels que le produit d'assurance vie Eagle à la fin des années 1970, le produit d'assurance vie Nouvelle génération MAGHREBIA de type Universal life en 1990, l'inclusion de la garantie Dommages Collision au contrat Automobile de MAGHREBIA en 1996, le produit Santé internationale en 2004 et le produit en unités de compte, Prospérité en 2006.

Sans oublier l'adhésion de l'UFI Group, dont fait partie Assurances MAGHREBIA, au pacte Mondial des Nations Unis en 2009, qui s'inscrit dans une démarche de Responsabilité Sociétale de l'Entreprise (RSE) visant à adopter des pratiques responsables et durables dans plusieurs domaines clés liés aux droits de l'Homme, au droit du travail, à la protection de l'environnement et à la lutte contre la corruption.

 

En termes de chiffres, quelles sont les performances de la compagnie ?

Durant les trois dernières années, Assurances MAGHREBIA a enregistré une croissance annuelle moyenne du chiffre d'affaires de 8,2% soit supérieure à celle du secteur non vie (7,8%). En 2019, Assurances MAGHREBIA a réalisé un chiffre d'affaires de 170 millions de dinars, un résultat technique de 13,6 millions, un ratio combiné net de 98,1% et un résultat net de 11,8 millions de dinars, en hausse de 16,7%.

En termes de chiffres cumulés de l'activité assurantielle, le groupe MAGHREBIA (Assurances MAGHREBIA et MAGHREBIA vie) a réalisé un chiffre d'affaires de 238 millions de dinars, un résultat net de 19,5 millions avec une structure équilibrée du portefeuille : Auto 25% (contre 44% pour le marché), Santé 25%, Vie 28% (contre 23% pour le marché) et IRDS 21%.

Au fil des années, le groupe MAGHREBIA s'est imposé sur le marché grâce à son réseau Multicanal (Agents, producteurs vie, Courtiers, Banques, IMF…) et sa stratégie de développement en termes d'innovation produits et de services associés. En 2019, le groupe MAGHREBIA se classe 1er du Marché global hors automobile et 1er au niveau de la branche incendie, 2ème en Assurances vie, santé et risques divers et 3ème en termes de chiffre d'affaires global.

 

Le taux de pénétration de l'assurance en Tunisie stagne aux alentours de 2% depuis des années. Quelles sont les raisons de notre retard par rapport aux autres pays de la région ? 

Durant les dix dernières années, le secteur de l'assurance a réalisé une croissance annuelle moyenne de plus de 10% au moment où la croissance économique moyenne du pays n'est que de 1,8%. Et c'est là où le problème réside.

Ainsi, cette faible croissance du PIB est la raison pour laquelle le taux de pénétration évolue très lentement en Tunisie passant de 1,8% en 2011 à 2,1% en 2019, contre une moyenne mondiale de 7,2%. De surcroît, cette modeste progression du taux de pénétration résulte de la croissance de l'assurance vie et non pas de celle de l'assurance automobile comme on le dit souvent. D'ailleurs, l'assurance vie représente aujourd'hui la deuxième branche d'activité du secteur passant de 15% en 2010 à 23% actuellement.

Réellement, le secteur est en train de progresser malgré la crise économique que connait le pays depuis des années. Le marché de l'assurance se maintient et les assureurs innovent et cherchent d'autres canaux de distribution pour proposer de nouveaux produits et faire évoluer d'autres branches. Mais le secteur des assurances reste, toutefois, étroitement lié à l'économie du pays et le faible taux de croissance de l'économie tunisienne, le manque d'investissement et la réduction de la matière assurable, constituent un frein pour une évolution plus rapide du marché de l'assurance.

Par ailleurs, il importe de rappeler que la branche assurance automobile est désormais déficitaire en Tunisie à cause de la stagnation des primes de l'assurance obligatoire responsabilité civile (RC) automobile depuis 2017 malgré un accord conclu qui prévoit une hausse annuelle de 10%, alors que le coût des réparations s'est envolé à cause de la hausse vertigineuse de la main d'œuvre et surtout des pièces de rechange suite à la forte détérioration du taux de change du dinar. A cet effet, la branche de l'assurance automobile tire vers le bas le résultat technique de plusieurs compagnies dont la part de ladite assurance dans le total de leur activité est très importante.

 

En quelques chiffres, comment se comporte le secteur de l'assurance en Tunisie ?

Le secteur des assurances en Tunisie a enregistré, durant les trois dernières années, une croissance annuelle moyenne de chiffre d'affaires de 7,5%. Et avec un taux de pénétration (Primes/PIB) de 2,1%, il présente un fort potentiel de développement. En 2019, les primes émises du marché se sont établies à 2,4 milliards de dinars, en croissance de 7,2% par rapport à 2018.

Quant aux placements du secteur, indicateur de sa contribution à la mobilisation de l'épargne nationale, ils ont atteint 6,2 milliards de dinars en 2019. Ce montant pourra doubler facilement si le secteur obtient plus d'avantages de la part des autorités. Et nous, en tant que compagnies d'assurance, nous nous engageons sur ça.

Globalement, le secteur reste dominé par les branches dommages, en particulier, par l'automobile qui a généré 44,2% des primes totales. Quant à l'assurance vie, sa part de marché est en amélioration constante atteignant 23,2% l'année dernière contre 22,5% en 2018.

 

Mais la part de l'assurance vie en Tunisie demeure faible en comparaison avec celle en Egypte (46%) ou au Maroc (45%). Quelles sont les raisons de ce retard et quel impact de la loi de finances 2021 ? 

Comme je viens déjà de dire, l'assurance vie a contribué en 2019 au chiffre d'affaires du secteur à hauteur de 23,2% contre 15% en 2010 et se classe désormais à la deuxième place en termes de primes émises. Depuis 2010, son chiffre d'affaires évolue à deux chiffres avec une croissance annuelle moyenne de 19% contre 9% pour l'assurance non vie.

Cependant, nous constatons que le Tunisien n'a pas encore la culture de l'assurance malgré tous les efforts fournis par les compagnies d'assurance ainsi que toutes les parties prenantes du secteur. Il s'agit d'une culture à inculquer. Mais malgré cela, l'assurance vie est devenue comme je l'ai dit plus haut la deuxième branche d'activité du secteur. 

L'assurance vie présente un potentiel important de croissance pourtant le développement des contrats collectifs vie est freiné essentiellement par le fait que depuis 2014 les contributions des employeurs dans le cadre de ses contrats sont soumises aux cotisations sociales. Ceci a impacté le développement de l'assurance vie collective et de l'épargne salariale, alors que c'est elle qui a fait évoluer cette branche dans plusieurs pays dans le monde. Elle constitue une motivation pour les employés et permet de les fidéliser.

Quant à la nouvelle disposition de la loi de finances 2021 qui stipule de relever le plafond de déduction des primes payées par les souscripteurs dans le cadre des contrats d'assurance vie et des contrats de capitalisation de 10 mille à 100 mille dinars, aura certainement un impact positif pour développer davantage la branche vie.

 

En 2009, Assurances MAGHREBIA a ouvert son capital au groupe italien Generali, quel a été son apport et comment s'est faite la transition après leur sortie en 2018 ? 

Suite au rachat d'Assitalia (ancien actionnaire d'Assurances MAGHREBIA) par Assicurazioni Generali, cette dernière est devenue l'actionnaire de référence de MAGHREBIA. L'apport de Generali s'est limité à la mise en place des standards internationaux en termes de gouvernance et un support en réassurance.

Le départ de Generali de la Tunisie a été dicté par sa stratégie de se concentrer sur ses marchés traditionnels. Durant les dernières années, Generali s'est retirée également de divers marchés d'Amérique latine et d'Europe. Il faut dire d'ailleurs que Generali n'a jamais cherché à s'implanter en Afrique en dehors de la Tunisie. Ceci dit, nous continuons à entretenir avec Generali des relations techniques, notamment en matière de réassurance, et nous faisons encore partie de son réseau international.

 

Quelles sont les perspectives de développement de la compagnie Assurances MAGHREBIA en Tunisie et est-ce qu'elle ambitionne de se développer dans d'autres marchés en Afrique ? 

Les perspectives sont prometteuses compte tenu du potentiel du marché et de notre stratégie de développement qui a démontré son efficacité. Pour la réalisation des objectifs fixés par notre plan stratégique nous allons, au fait, consolider nos acquis et notre engagement en faveur de l'économie nationale en accélérant le développement de notre activité au niveau national et international.

A cet égard nous allons continuer à accroitre la rentabilité de la société, consolider notre assise financière, être réactif à la dynamique de changement et renforcer notre démarche RSE. De plus, nous envisageons de concrétiser de nouveaux partenariats et investir dans la digitalisation de nos process et anticiper les nouvelles tendances technologiques afin d'améliorer la qualité de nos services.

Sur le plan extérieur notre ambition est d'étendre notre activité à d'autres marchés africains. Dans ce sens nous avons déjà participé depuis 2018 au capital d'un réassureur de référence de la zone CIMA (Afrique de l'ouest), mais nous visons également l'entrée dans le capital d'autres grandes compagnies africaines.

 

Qu'est ce qui a motivé la décision d'introduire Assurances MAGHREBIA en Bourse ?

Malgré la conjoncture difficile actuelle, le management de la compagnie Assurances MAGHREBIA a opté pour le choix d'introduire la société en Bourse, bien que l'objectif n'est pas de lever des fonds à travers une augmentation de capital, mais plutôt d'ouvrir le capital à d'autres actionnaires, essentiellement institutionnels.

Conscients des enjeux économiques et financiers de la période mais aussi des acquis déjà réalisés, nous ambitionnons d'être un acteur majeur dans le développement de l'économie nationale et du secteur tunisien des assurances. L'introduction en Bourse consolidera sans aucun doute la transparence de la société, renforcera sa notoriété et garantira la liquidité de ses titres.

Propos recueillis par Omar El Oudi

Publié le 21/12/2020 14:30:59

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.