ilboursa arabic version ilboursa

Fermeture forcée de quatre champs pétroliers en Libye

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis Ouvre dans 15h45min

Quatre champs pétroliers en Libye ont été fermés de force par les Gardes des Installations Pétrolières (GIP), affiliés depuis 2014 au gouvernement d'unité nationale. L'état de force majeure a été déclaré pour les champs d'Al-Charara, Al-Feel, Al-Wafa et Al-Hamada, ce qui entrainerait une baisse de plus de 300.000 barils par jour (b/j), représentant le tiers de la production nationale quotidienne libyenne, selon la Compagnie pétrolière nationale, la NOC.

L'arrêt de la production pétrolifère intervient quelques jours avant la tenue de l'élection présidentielle libyenne prévue pour le 24 décembre 2021. Les gardes ont bloqué le pipeline reliant al-Charara au terminal de Zawiya et le gazoduc alimentant le complexe gazier de Mellitah depuis al-Wafa. Le complexe de Mellitah, géré conjointement par la NOC et le géant italien ENI, permet d'acheminer le gaz vers l'Italie via un gazoduc maritime.

Le champ d'Al-Charara, un site majeur situé à 900 kilomètres au sud de Tripoli, est lui géré par une joint-venture entre la NOC, l'Espagnol Repsol, le Français Total, l'Autrichien OMV et le Norvégien Statoil.

Le complexe de Wafa est situé à environ 540 kilomètres au sud-ouest de Tripoli et à environ 160 kilomètres au sud de la ville de Ghadamès, dans la concession NC169A, le long de la frontière libyo-algérienne. Le champ contient des condensats de gaz mais également une petite quantité de pétrole.

Les hommes affiliés aux GIP exigent le paiement des primes et des salaires, selon le porte-parole des GIP, Alaa al Adham. L'historique des GIP est miné par les nombreux blocages de champs et de ports pétroliers. Depuis la chute du régime Kadhafi et le déclenchement de la première guerre civile libyenne, ces milices avaient défié les différents gouvernements en place en bloquant les exportations de pétrole pendant deux ans.

Mariem Ben Yahia

Publié le 21/12/21 12:27

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

G9CltR4rO_MVn4GOCH6pZkazQmXHhIuvobPolsaL58Q False