arabic version ilboursa
bourse tunis

Crise économique : Le Liban risque de plonger dans l’obscurité à partir de juin

Le Liban pourrait être totalement privé d'électricité au mois de juin 2021 des suites d'une suspension d'octroi d'un crédit supplémentaire de 200 millions de dollars, somme qui était destinée à l'achat de carburant nécessaire à la production de l'électricité par la société d'Etat, l'Électricité du Liban (EDL). La décision a été prise par le Conseil constitutionnel sur la base d'un recours des députés des Forces libanaises. Un été étouffant arrive au pays du Cèdre.

Suite à la demande du bloc parlementaire des Forces Libanaises, le conseil constitutionnel a invalidé la loi votée au parlement sur l'avance budgétaire au profit de l'EDL, qui détient le monopole de la production d'électricité au pays depuis les années 1960. Néanmoins, il est à souligner que la loi accordant à la société libanaise d'électricité une avance de trésorerie a été approuvée par la Chambre des représentants le 29 mars, après un examen soumis par le parti des Forces libanaises.

Dans les détails, la centrale de Zouk, située au nord de la capitale Beyrouth, cessera de fonctionner à partir du 18 mai, alors que d'autres centrales fermeront en juin si l'EDL ne garantit pas les fonds nécessaires pour l'achat de carburant. La suspension de l'activité de la centrale de Jiyé se fera à partir du 8 juin et de celle de Zahrani aura lieu à compter du 13 juin. Les interruptions continueraient à se succéder, selon le ministre sortant libanais de l'Énergie et de l'Eau, Raymond Ghajar.

L'ancienne Suisse de l'Orient sombre de plus en plus dans le chaos à travers une crise politique doublée de crises économique et financière auxquelles s'ajoute la pandémie actuelle. La population bascule dans la pauvreté et se voit atteindre le paroxysme de la crise, symbolisée dès son déclenchement par des coupures quotidiennes de courant.

La suspension de l'accès à l'électricité porte atteinte aux droits fondamentaux des personnes puisqu'elle engendrera la limitation d'autres droits comme ceux qui liés à l'eau potable, à la santé, à l'éducation, à l'emploi et à la sécurité. Le Blackout annoncé serait-il une leçon pour l'avenir ?

Mariem Ben Yahia

Publié le 07/05/2021 10:01:40

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.