ilboursa arabic version ilboursa

Banque mondiale : La hausse des prix de l'énergie et des aliments va durer jusqu'en 2024

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis Ferme dans 3h45min

La Banque mondiale prévoit une augmentation de 50% des prix de l'énergie en 2022 avant de baisser légèrement en 2023 et 2024. Les prix non énergétiques, y compris les aliments et les métaux, verraient leurs prix se renchérir de 20% cette année pour enregistrer une modération au cours des deux prochaines années.

Dans son dernier rapport sur les matières premières, l'institution prévoit le maintien de l'envolée des prix des denrées alimentaires et de l'énergie pour une période de trois ans.

Les prix de l'énergie

Les perturbations subies par le commerce et la production d'énergies en raison de la guerre que la Russie mène en Ukraine placeront le baril de brut de Brent de la mer du Nord dans une moyenne de 100 dollars. Il s'agit d'une hausse de 40% par rapport à 2021 ainsi que le niveau le plus élevé depuis 2013.

Les prix des 159 litres de la référence mondiale devraient reculer à 92 dollars en 2023, se plaçant au-dessus d'une moyenne de cinq ans de 60 dollars le baril. Cette année, les prix du gaz en Europe seraient deux fois supérieurs à ceux enregistrés en 2021, alors que les prix du charbon matérialiseraient une hausse de 80%. Les prix du gaz et du charbon se placeraient ainsi à des niveaux records.

Dans l'ensemble, cela représente le plus grand choc des matières premières que nous ayons connu depuis les années 1970. Comme c'était le cas à l'époque, le choc est aggravé par une augmentation des restrictions commerciales sur les denrées alimentaires, les carburants et les engrais ", a détaillé le vice-président de la Banque mondiale pour le pôle Croissance équitable, finances et institutions, Indermit Gill.

Les prix de l'alimentation

Le spectre de la famine plane sur la Corne de l'Afrique ainsi que sur des pays déstabilisés par des conflits, puisque les prix du blé seraient en hausse de 40% cette année, atteignant un niveau record, selon la Banque mondiale. L'atteinte à un des greniers de blé du monde, l'Ukraine, " mettra la pression sur les économies en développement qui dépendent des importations de céréales, en particulier de Russie et d'Ukraine ".

La région de l'Est de l'Afrique est déjà affaiblie par une sécheresse qui s'aggrave au Kenya, en Somalie et en Éthiopie. Pour ce qui est des matières premières utilisées par l'industrie, leurs prix bondiraient de 16% en 2022 avant de baisser en 2023, mais resteraient à des niveaux élevés.

La communauté internationale économique s'inquiète du devenir de la conjoncture mondiale. La directrice générale de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), Ngozi Okonjo-Iweala, a indiqué que le Produit Intérieur Brut (PIB) mondial pourrait se réduire de 5% à long terme.

Mariem Ben Yahia

Publié le 28/04/22 11:07

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

nHZF_3KO4_9mWV8QlTe4E_lB3DujZYigWqBolXocJz0 False