bourse tunis

''Flouci'', la Super App financière ou l’amorce d’un véritable écosystème du paiement mobile

Le 10 novembre 2020 est une date charnière pour Nebras Jemel et Anis Kallel concernant leur Startup KAOUN avec le lancement des services de paiement mobile en Tunisie par Attijari bank via l'application " Flouci " initiée par KAOUN. La rédaction d'ilBoursa a approché les deux entrepreneurs afin de mieux comprendre leur parcours ainsi que leur vision pour la Startup KAOUN.

 

Anis Kallel et Nebras Jemel, Co-fondateurs de Kaoun

 

" Au vu de la concentration d'agences bancaires dans les grandes villes, il est nécessaire de réduire, voire enlever, l'obligation de se déplacer pour ouvrir un compte ", déclare Anis Kallel. Flouci vise aussi la démocratisation de la signature électronique pour ouvrir des comptes bancaires à distance. " Il s'agit du seul produit autorisé par la Banque Centrale de Tunisie pour l'ouverture de comptes bancaires 100% à distance ", indique Nebras Jemel qui tient à préciser qu'afin d'obtenir l'aval de l'institution d'émission, ils ont proposé une nouvelle interprétation des textes règlementaires.  

Le fruit du kaléidoscope bancaire désuet

Nebras Jemel a intégré la prestigieuse Harvard pour étudier les sciences humaines et sociales. " Après un quotidien Cashless aux États-Unis, je suis retourné à Gabes en 2017 et je me suis rendu compte de l'absence de la culture pour les achats en ligne. Ce n'est qu'une des retombées du problème d'inclusion financière en Tunisie ", détaille Nebras Jemel. " J'ai constaté que la plupart des personnes de mon entourage ne disposaient pas de cartes bancaires, mais possédaient un Smartphone connecté. C'était bizarre. J'ai cherché les causes du rejet d'une technologie née dans les années 1960 ".

Pour le CEO de KAOUN, le retard constaté est généré par un problème d'infrastructure mais aussi par la perception des clients des banques. " Le manque de confiance des Tunisiens envers les institutions bancaires est flagrant. Ils ont plus confiance en les sites de pari en ligne plutôt qu'en leur banque. C'est-à-dire qu'ils ont confiance en la technologie, hormis celle du secteur bancaire ", analyse Nebras Jemel.

Pour l'infrastructure, il constate la présence de barrières à l'entrée dans le marché bancaire. Les services digitaux présentés par les banques fixent des frais supplémentaires, en plus de cartes de paiement en manque de fiabilité. Le cheminement logique que présente Anis Kallel se fonde sur l'inclusion du secteur formel ainsi que l'optimisation de la dynamique industrielle, il est donc nécessaire d'aligner les intérêts de tous.

Comment Flouci a-t-elle bousculé la fracture générationnelle ?

D'aucuns connaissent le mythe de la fracture générationnelle. Malgré leurs formations dans des universités de l'Ivy League, les deux entrepreneurs ont été sérieusement confrontés à ce fossé. Entre les Baby-boomers vieillissants et les 25-35 ans, " les idées sont radicalement différentes sur l'évolution des infrastructures, la philosophie du produit et les mesures instaurées à l'écosystème ", fait part Anis Kallel. Entre des surnoms infantilisants et un manque de prise au sérieux, " nous nous sommes imposés dès les premières réunionsNous nous sommes également adaptés aux mécanismes tacites et chronophages comme la confirmation de la réception d'un mail par téléphone ", détaille le CTO de KAOUN.

Un modèle dynamique

''Flouci'' propose l'ouverture d'un compte bancaire 100% à distance et offre une infrastructure de paiement interbancaire instantanée. Les opérations de virement sont effectuées dans un délai de cinq secondes. Pour comprendre le gain de temps réalisé, Anis Kallel explique que l'infrastructure de Flouci repose sur la synchronisation en temps réel entre les différentes institutions afin de débloquer les messages. " Nous sommes sûrs que l'information est unique car nous avons utilisé la technologie Blockchain. Au bout de quatre secondes, l'information, en crypté, se propage tout en restant technologiquement la même. Toutes les parties prenantes ont toujours la même information". Par conséquent, le volet sécuritaire des données est assuré étant donné que " chaque banque ne peut déchiffrer que l'information qui la concerne ".

Comment inciter les gens à utiliser un moyen digital pour les paiements ?

Les Tunisiens ont plus l'habitude de payer en liquide ou par carte bancaire. L'utilisation du téléphone pourrait être contre-intuitive. Cependant, les fondateurs de l'application financière voient en cette aversion envers les moyens de paiement électronique une opportunité. " En Tunisie, l'infrastructure des cartes de crédit est cher, ce qui est insensé ", explique le CEO. Pour Anis Kallel, décentraliser la technologie permet de raccourcir la durée des transferts puisque les autres banques disponibles font passer la transaction.

Il voit également en l'attrait des Tunisiens à l'argent liquide comme étant " un manque de confiance ainsi qu'une question d'habitude ". Le CTO voit ceci, non pas comme un obstacle mais plutôt comme un challenge. " Nous nous intégrons avec les acteurs du système bancaire. Nous ne réinventons pas la roue mais nous permettons de recevoir de l'argent instantanément ".

L'application sera-t-elle victime de son succès ?

Des suites du lancement officiel de l'application Flouci, les deux entrepreneurs nous expliquent qu'ils ont fait face à un pic de téléchargements et d'utilisations. " En l'espace de 48h, l'application a été téléchargée 9.000 fois. Il y a également eu 700 demandes d'ouverture de compte bancaireNous devions gérer une hausse de 200% de la capacité initiale des centres d'appels ".

Les ambitions de Flouci visent l'uniformité des différents processus bancaires. " Le but est de devenir le standard pour la vie financière en Tunisie. Le modèle chinois est parlant. Les plateformes Alipay et WeChat Pay sont largement utilisées bien que l'utilisation des cartes bancaires soit répandue ", illustre Nebras Jemel. Pour ce faire, il faudrait intégrer la majorité des acteurs financiers, comme les banques, dans nos réseaux, poursuit le CEO de KAOUN. La finalité étant de " devenir une Superapp financière ".

Quel Business model et quelles ambitions à venir ?

Les sources de revenus de Flouci sont générées par un modèle standard. "  Nous prenons une partie des frais de transaction. Nos commissions sont mesurées par l'ensemble des dépôts effectués auprès de la banque. Nous commercialisons également des services comme celui de la signature électronique ".

Concernant la question du financement, la Startup a levé 425 mille dollars pour mener à bien la première étape qu'est la commercialisation de l'application. Pour ce qui est des Objectifs à court terme, les fondateurs de KAOUN prévoient un Round up dans trois ou quatre mois. L'objectif est d'arriver à 300 mille dollars. Enfin, au troisième trimestre de 2021, ils planifient une levée de fonds en " série A ".

 

Propos recueillis par Myriam Ben Yahia

Publié le 16/11/2020 20:03:46

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.