bourse tunis

Secteur bancaire coté : Plus de peur que de mal

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis ouvre dans 16h34min

Après un parcours boursier exemplaire de 2014 jusqu'à août 2018 (une performance de 125% pour le secteur bancaire coté), les banques ont connu un retournement de tendance brutal depuis le mois de septembre dernier qui s'est déclenché suite à l'annonce par la BCT de deux nouvelles mesures, régulant le risque de transformation et limitant l'accès au refinancement.

L'intermédiaire en Bourse Tunisie Valeurs vient de publier sa dernière étude sur le secteur bancaire coté. Les 12 banques cotées qui représentent une capitalisation boursière de 9,7 milliards de dinars (40% de la capitalisation du marché), affichent une résistance au niveau de la productivité en dépit de l'inflation des coûts et la surcharge du fonds de garantie des dépôts bancaire pour sa première année d'entrée en application outre une résistance au niveau de la qualité du portefeuille nonobstant la hausse des risques d'impayés et du reclassement de 25% de l'exposition à Carthage Cement, selon les directives de la BCT.

La dégradation brusque de la perception des banques sur le marché met sur le devant de la scène la question des évolutions réglementaires en vue et leurs implications possibles sur les réalisations du secteur à l'aune de la conjoncture actuelle : Assèchement des liquidité, érosion du taux d'épargne, atonie du climat des affaires et situation inquiétante des déficits jumeaux sont autant de défis auxquels doivent faire face les banques tunisiennes de nos jours.

Il va sans dire que les banques seront les premières à subir les effets de la transition réglementaire vers les normes de Bâle III. Mais elles seront aussi les premières à en récolter les fruits : ancrer une culture d'autoévaluation et d'autogestion des risques, développer une meilleure discipline prudentielle et renforcer la capacité de résilience face aux chocs externes.

Les chiffres de la deuxième moitié de 2018 et du premier trimestre de l'année en cours pourraient indiquer un début de ralentissement de l'activité des banques dans les prochaines années : relâchement de la collecte, tassement de la croissance des crédits et décélération du PNB suite au resserrement des conditions monétaires et à une activité de placement en bons du Trésor plus encadrée.

Des réformes structurelles sont à un stade avancé pour moderniser l'infrastructure du marché, améliorer l'accès des banques à la liquidité et améliorer l'efficacité de la politique monétaire. Il s'agit notamment de :

  • La réforme du marché interbancaire : La nouvelle circulaire de la BCT n°2018-12 de novembre 2018 qui est entrée en vigueur en 2019 vise à dynamiser le marché interbancaire. Elle révise les modalités d'échange de la liquidité en dinars.
  • La réforme du marché des titres de créances négociables en vue d'améliorer la profondeur du marché des Certificats de Dépôts et de limiter la surenchère tarifaire.
  • La création des OPCVM monétaires : Les OPCVM monétaires (cadre législatif instauré en septembre 2018) ouvriront de nouvelles fenêtres de liquidité aux banques et réduiront par conséquent le recours au refinancement de la Banque Centrale.

Perspectives d'avenir ET prévisions 2019-2020

Dans les deux prochains exercices, le secteur bancaire devrait évoluer dans un environnement difficile marqué par un resserrement des liquidités, une politique monétaire plus réactive, une réglementation bancaire plus contraignante notamment sur les exigences de fonds propres et sur les normes de liquidité et par une supervision prudentielle plus rapprochée. Des facteurs qui soutiennent le scénario de la convergence vers une nouvelle normalité, celle d'un ralentissement sans rupture de croissance.

Les analystes de Tunisie Valeurs pensent que le ralentissement du cœur de métier devrait inciter les banques à chercher de nouveaux gisements de rentabilité à travers :

- une politique de tarification plus dynamique pour booster les commissions,

- une optimisation des frais généraux,

- une sélectivité accrue en matière de risques (risque de crédit et risque de taux).

Le relèvement du taux directeur de la BCT de 100 points de base intervenu en ce début d'année aura à notre avis trois effets distincts sur les banques : i) un effet à court terme bénéfique sur la marge d'intérêt qui proviendrait substantiellement des crédits neufs (c'est-à-dire des crédits accordés sur les dernières années), ii) un effet répulsif sur la demande des nouveaux emprunteurs induite par le renchérissement du crédit, iii) et une pression à la hausse sur le coût de la collecte, érodant à terme la marge d'intérêt.

Tunisie valeurs prévoit ainsi une poursuite de l'amélioration de la marge d'intérêt en 2019 qui devrait ralentir dans les années suivantes, au fur et à mesure de l'ajustement à la hausse du coût des ressources et de la décélération des octrois des nouveaux crédits.

Valorisation et recommandations de Tunisie Valeurs

Les résultats du Scoring confirment la préférence de Tunisie Valeurs pour les Blue Chips bancaires. Les pressions vendeuses subies sur les derniers mois ont ramené les valorisations à des niveaux globalement intéressants : 6,2x les bénéfices attendus en 2019 et 1,0x les fonds propres estimés de 2019. D'un point de vue fondamental, mais technique aussi, ces ratios nous amènent à conclure qu'un rattrapage boursier est légitime dans les prochains mois.

Les banques les plus liquides, celles qui affichent les coûts des ressources les plus faibles, une structure diversifiée des revenus et une bonne discipline prudentielle devraient afficher la meilleure résistance au contexte actuel.

Attijari Bank, la BIAT constitueront ainsi le cœur de la sélection de valeurs bancaires. Indépendamment de l'issue de l'affaire de la Douane pour Attijari Bank et de la possibilité de réalisation d'une augmentation de capital pour la BIAT, la position dominante de ces deux banques, leur structure de dépôts avantageuse et leur bonne qualité du portefeuille leur permettent d'afficher un profil de croissance structurellement supérieur à la concurrence.

Tunisie Valeurs passe à l'achat sur la BH. La réactivité commerciale continue à payer malgré un contexte monétaire tendu et une réglementation bancaire plus contraignante. La valorisation boursière est alléchante pour une banque qui avance à pas sûrs dans son processus de restructuration, qui surperforme ses prévisions et dont les fondamentaux sont plus que jamais proches des standards privés du secteur.

Un seul bémol mérite cependant d'être signalé. Les investisseurs devront faire preuve d'attentisme sur l'identité de la nouvelle équipe managériale qui prendra les rênes de la banque sur la période à venir. Elle devra aussi s'atteler à poursuivre et à consolider les efforts entrepris par la banque jusque-là.

L'UIB et la BT restent également à l'achat dans une optique de diversification sectorielle. La gestion rigoureuse de ces deux banques (maîtrise des frais généraux et une politique du crédit prudente) et leur forte capacité génératrice de commissions sont des avantages comparatifs de taille dans le contexte actuel.

Télécharger l'étude de Tunisie Valeurs sur le secteur bancaire coté

Publié le 19/07/2019 12:35:22

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.