se connecter recherche

Le financement des infrastructures en Afrique a crû de 22% en 2017 à 81 milliards de dollars

ISIN : TN0009050014 - Ticker : PX1
La bourse de Tunis ouvre dans 40h0min

Le Consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA) a annoncé, hier mercredi 7 novembre 2018, que les financements engagés pour le développement des infrastructures en Afrique ont augmenté de 22% en 2017 pour atteindre plus de 81 milliards de dollars.

Publié le premier jour de l’Africa Investment Forum qui se tient à Johannesburg en Afrique du Sud, le rapport 2017 de l’ICA sur les Tendances de financement des infrastructures en Afrique révèle que les engagements en faveur du développement des infrastructures sur le continent ont bondi de 66,9 milliards de dollars en 2016 à 81,6 milliards de dollars en 2017.

Ce chiffre est le plus haut enregistré depuis 2010 et les analyses de l’ICA montrent que cette croissance est essentiellement due à deux facteurs majeurs : une hausse de 13 milliards de dollars des engagements de la Chine et une hausse de 3,7 milliards de dollars des dépenses publiques des États africains. 

Mais, si l’augmentation de 22% des engagements financiers en 2017 est bienvenue, le rapport sert aussi à souligner l’ampleur du déficit de financement des infrastructures en Afrique, une question cruciale qui est précisément au centre de nos préoccupations durant ce Forum. 

La valeur des projets engagés avec la participation du secteur privé et qui ont atteint leur clôture financière en 2017 a totalisé près de 5,2 milliards de dollars, dont 2,3 milliards de dollars (44,8%) provenant de fonds privés. Le secteur des transports demeure le principal bénéficiaire, absorbant près de 42% du total des investissements dans les infrastructures en 2017, suivi du secteur de l’énergie (30%) puis du secteur de l’eau (16%).

Sur les 81,6 milliards de dollars engagés en 2017 pour développer les infrastructures en Afrique, l’Afrique de l’Ouest a perçu 22 milliards, devant l’Afrique du Nord (15,9 milliards), l’Afrique de l’Est (15,8 milliards), l’Afrique australe hors Afrique du Sud (12,2 milliards), l’Afrique du Sud (8,7 milliards) et l’Afrique centrale (6 milliards).

Concernant la région de l’Afrique du Nord, le gouvernement égyptien a investi 3,7 milliards de dollars dans son infrastructure nationale, suivi des gouvernements marocain (1,1 milliard de dollars), algérien (817 millions de dollars), tunisien (737 millions de dollars) et mauritanien (103 millions de dollars).

La première édition de l’Africa Investment Forum, qui se déroule du 7 au 9 novembre 2018 à Johannesburg, en Afrique du Sud, offre une plate-forme destinée à financer des projets bancables en Afrique, à conclure des transactions dans le secteur des infrastructures et à proposer des solutions financières novatrices.

L’événement réunit des entreprises mondiales, des acteurs financiers et des décideurs publics qui s’attaqueront aux déficits en matière d’investissement dans les infrastructures du continent.

Publié le 08/11/18 14:42

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.